Portrait métier : comptable à l’Orchestre de la Suisse Romande Reviewed by Jean Bloechlinger on . Nous avons rencontré Alexandre Fahrny qui nous a raconté son métier de comptable au sein de l’Orchestre de la Suisse Romande, institution bientôt centenaire don Nous avons rencontré Alexandre Fahrny qui nous a raconté son métier de comptable au sein de l’Orchestre de la Suisse Romande, institution bientôt centenaire don Rating: 0

Portrait métier : comptable à l’Orchestre de la Suisse Romande

Orchestre-suisse-romandeNous avons rencontré Alexandre Fahrny qui nous a raconté son métier de comptable au sein de l’Orchestre de la Suisse Romande, institution bientôt centenaire dont les locaux sont situés au coeur de Genève et proches du légendaire Victoria Hall. De par les illustres chefs d’orchestre qui l’ont dirigé jusqu’à aujourd’hui, l’OSR a atteint un rayonnement international. C’est Neeme Järvi, l’un des chefs d’orchestre les plus réputés de notre époque, qui dirige l’OSR sur le plan artistique et musical. Un orchestre de cette envergure pourrait-il exister sans l’organisation qui lui est sous-jacente ? Le public assiste aux concerts mais n’est pas au fait de tout ce qui se passe dans les coulisses de l’OSR. Il s’agit d’une entreprise qui ne mesure pas seulement son activité d’un point de vue humain, mais aussi de manière chiffrée.

Comment Alexandre Fahrny a rejoint l’OSR

Après une école de commerce terminée en juin 1994, puis des obligations militaires, Alexandre Fahrny a commencé sa carrière à la Papeterie Brachard fin mai 1995. Sous contrat de deux ans, il y a travaillé tant au bureau qu’à la vente jusqu’en 1997. Puis il a contacté l’OSR qui cherchait un comptable. « J’aimais bien les chiffres, je me suis dit pourquoi pas ? » Ne connaissant pas ce domaine qu’est la musique classique, il a été recruté dans le secteur administratif de l’OSR, où il travaille depuis maintenant seize ans. Il a donc pris ses fonctions à l’époque où Fabio Luisi, chef d’orchestre, prenait les siennes dans cette même institution, et ceci jusqu’en 2002.

Les activités quotidiennes

Alexandre-FahrnyOn pourrait croire que chaque jour il n’y a, pour cet homme qui se veut « très orienté chiffres », que des activités récurrentes propres au métier de comptable qui est le sien : passation d’écritures comptables, paiements de fournisseurs, réconciliations comptables en tout genre, etc… Mais la spécificité humaine de son métier dans ce secteur est qu’il est en liaison étroite avec les musiciens, pour des questions à propos de leurs salaires, pour des questions sur les assurances des instruments, et beaucoup d’autres renseignements à leur fournir ainsi qu’à ses collègues de l’administration pour que cette institution musicale fonctionne bien. Il est donc en contact régulièrement avec les musiciens et ses collègues de l’administration. Toutefois, il entretient aussi des relations avec les intervenants extérieurs tels que la banque, la poste, l’Administration Fiscale Cantonale, l’Office Cantonal des Assurances Sociales pour tout ce qui touche à l’AVS ou les Allocations Familiales, et bien d’autres encore. Alexandre Fahrny est en lien avec près de 140 collaborateurs pour tout ce qui concerne les maladies et les accidents. C’est tout un aspect relationnel qui est capital pour la réussite de ce poste : disponibilité, écoute, confiance et efficacité.

Les périodes de travail intenses

Après juillet et août, où généralement beaucoup d’entreprises ralentissent leur activité, a lieu la clôture de la saison de l’OSR et par là-même la fin de son exercice comptable. Quelqu’un de novice au milieu comptable pourrait croire que fin août-début septembre est la grande période de « rush » annuelle. Cela est évidemment faux, car le mois de décembre d’une année ainsi que le mois de janvier de l’année qui la suit sont également chargés. A cette période l’OSR doit en effet rendre des comptes aux administrations publiques et à ses employés. Il faut par exemple pour notre comptable calculer les impôts à la source, émettre des attestations-quittance et des certificats de salaire, etc…

La structure de l’administration et les sources de financement de l’OSR

L’administration qui assure la partie logistique de l’OSR est divisée en plusieurs secteurs : la direction, les services financiers dont fait partie Alexandre Fahrny, le service artistique, le service communication et sponsoring, le service régie et le service billetterie. L’Orchestre de la Suisse Romande ne pourrait se passer des sources de financement qui sont clairement affichées sur son site internet :

  • La Ville de Genève et le Canton de Genève. Une nouvelle convention tripartite entre la Fondation de l’OSR et ces derniers a d’ailleurs été signée en décembre 2012 pour la période allant du 1er janvier 2013 au 31 décembre 2016.
  • Le Canton de Vaud.
  • De nombreux partenaires privés tels que la Fondation Hans Wilsdorf, la Loterie Romande, la Fondation Leenaards, les Amis de l’Orchestre de la Suisse Romande, les mécènes et les sponsors, etc…

A propos de l’OSR

« Fondé en 1918 par Ernest Ansermet, l’Orchestre de la Suisse Romande compte 112 musiciens et assure ses concerts d’abonnement à Genève et Lausanne, ainsi que les représentations lyriques au Grand Théâtre de Genève. Formation de réputation mondiale, l’Orchestre de la Suisse Romande, contribue activement à l’histoire de la musique avec la découverte ou le soutien de compositeurs contemporains, dont les oeuvres sont créées à Genève (Britten, Debussy, Eötvös, Holliger, Honegger, Jarrell, Martin, Milhaud ou Stravinski). Les tournées internationales de l’OSR le conduisent dans les salles prestigieuses du monde entier et dans de nombreux festivals en Europe »

A propos de l'auteur

Jean Bloechlinger
Nombre d'entrées : 8

Laisser un commentaire

Image CAPTCHA
*

© 2014 - Tous droits réservés - Geneva Business News

Retour en haut de la page