Château Carton

Print Friendly, PDF & Email

Ajouter aux notes fruitées d’un vin un parfum sucré de révolution écologique, c’est en quelques mots le pari que se sont fixé trois étudiants genevois en reprenant, il y a déjà trois ans, le Château Carton, au 5 rue Dizerens, dans le quartier animé de Plainpalais.

Si le concept paraît simple, il n’en demeure pas pour autant courant : le Château Carton est encore aujourd’hui le seul bar à vin romand préférant voir le précieux liquide s’écouler d’un box (ou fontaine à vin) plutôt que de la traditionnelle bouteille de verre. Le but est clair : offrir à une clientèle un vin de qualité mais dont les coûts financiers et écologiques du transport se retrouvent divisés par deux, par le simple fait du contenant. Car le box de carton, s’il se recycle, permet aussi un gain de place non négligeable, autorisant un chargement en poids plus important pour un même volume, et donc un coût de transport inférieur de 40% en importation, et de 20% pour le marché domestique.

”
© Château Carton

Négociants en vin avant même de devenir de véritables tenanciers, les trois seigneurs du Château ne voient plus leur domaine désemplir depuis l’ouverture régulière du bar en décembre 2008. Malgré une campagne publicitaire discrète et avant tout basée sur le bouche-à-oreille, la salle de 70 places ne peine pas à se remplir, et accueille parfois des soirées d’entreprise. Deux très bons articles dans la Tribune de Genève et une campagne à venir dans les tramway genevois ne devraient que renforcer la bonne santé actuelle du Château Carton.

Avec un chiffre d’affaire en augmentation moyenne de 20% par année, et la multiplication des projets à venir, cette petite entreprise ne semble pas connaître la crise. Au contraire : le vin a cet avantage de dépendre d’une demande élastique. Lorsque son prix baisse, sa demande augmente. Une illustration typique peut être démontrée par la politique des producteurs australiens, chiliens, ou encore sud-africains qui, en diminuant fortement leurs tarifs, ont réussi à conquérir de nouveaux marchés. Le schéma adopté par le Château Carton est similaire, et c’est en jouant cette fois sur les prix de transport et les coûts logistiques que les prix sont tirés vers le bas. De plus, comme nous l’indique Marc Sarazin, « en période de crise, un buveur de vin continuera à boire du vin, mais moins cher ! » C’est là tout l’enjeu de l’entreprise, car s’il n’a aucune incidence sur la qualité du liquide, le carton box a en revanche un gros impact sur son prix.

Ces trois self made men ont donc créé leurs propres emplois, grâce à leurs fonds propres et leurs expériences personnelles. Tout en répondant à la hausse de l’activité, le recrutement récent d’un nouvel employé est venu marquer une nouvelle étape symbolique du développement de l’entreprise : celle de l’expansion. Et si le Château Carton recourt souvent à l’embauche d’extras, il n’en est pas moins exigeant, mais ouvert, concernant le profil des candidats. Là encore les jeunes employeurs préfèrent le bouche-à-oreille, permettant la pluralité des profils, au classique appel d’offre ; un handicap pouvant toujours être comblé par une grande motivation. Selon les besoins, une pluridisciplinarité pourra aussi permettre au candidat de se détacher des concurrents. C’est ainsi que le nouvel employé, possédant de solides compétences dans le domaine du graphisme, a pu se démarquer des autres. Ses compétences dans ce domaine permettront au Château Carton d’abaisser encore une fois les coûts engendrés par la réalisation des plaquettes et affiches évènementielles.

Nous avons peut être tendance à l’oublier, mais la révolution écologique ne se fera pas uniquement par de spectaculaires changements. Au niveau de l’individu, elle passera par une prise de conscience entrainant parfois des modifications minimes de nos habitudes et comportements. Boire un Dardagny AOC du domaine Stéphane Gros au Château Carton constitue aujourd’hui l’un de ces gestes respectueux de l’environnement : un geste engagé, tellement plaisant lorsque le liquide entre en contact avec le palais alors qu’un concert jazzy fait s’enflammer le Château…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.