France : Raffinerie Total, le gouvernement n’acceptera pas de fermeture sans garanties

Print Friendly, PDF & Email

Le ministre de l’Industrie, Christian Estrosi, a annoncé que la fermeture de la raffinerie Total de Dunkerque ne serait pas acceptée par le gouvernement tant que les garanties nécessaires sur la pérennité des quelques 800 emplois ne seront pas établies.
Total a réalisé une étude sur l’implantation d’un terminal gazier qui permettra la pérennité des emplois directs et des emplois des sous-traitants dépendants de la raffinerie
Lundi, le groupe pétrolier se prononcera sur le sort de la raffinerie des Flandres, près de Dunkerque, qui compte 370 salariés et 450 sous-traitants. En raison de la faible commande de carburants, la raffinerie ne parvient à écouler sa production et est en arrêt conjoncturel depuis mi-septembre.
Ce déroulement rappelle étrangement celui de mars 2009, lorsque Total avait annoncé la suppression de 555 postes en France, dont 249 dans le raffinage d’ici à 2013 comparé aux 13,9 milliards d’euros de profits en 2008.

Source : AFP, 01 février 2010, 08h24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.