Google

Print Friendly, PDF & Email

Le siège de Google Switzerland, le plus grand centre hors Etats-Unis, est un gigantesque bâtiment situé dans la banlieue de Zurich (Hürlimann areal), au sein duquel pas moins de 600 personnes se côtoient dans une ambiance pop multicolore, originale et thématique. Le géant américain qui ne connaît pas la crise est réputé pour son mode de recrutement particulièrement long et atypique puisque, outre les entretiens téléphoniques, il propose aussi une série d’interviews en présence des hypothétiques futurs collègues du candidat. L’entreprise se singularise aussi par son attachement au bien-être de ses employés (c.f. notre enquête sur le bien-être au travail) ainsi que par sa philosophie. Nous avons rencontré Matthias Meyer, le chargé de communication de Google Switzerland pour un tour du propriétaire haut en couleur.

Matthias Meyer
© Matthias Meyer,
chargé de communication de Google Switzerland

Matthias Meyer, quelle est la philosophie d’entreprise de Google Switzerland?

Notre philosophie est bien particulière. Google a pour mission d’organiser les informations à l’échelle mondiale dans le but de les rendre accessibles et utiles à tous. Pour atteindre ce but, il nous faut pousser l’innovation. Pour que nos employés puissent donner le meilleur d’eux-mêmes, il faut faire en sorte qu’ils se concentrent sur leur travail et non pas sur le reste, tout en sachant que ce n’est pas en étant fixé devant son écran que l’on est le plus productif. Afin de favoriser la créativité et l’émergence d’idées, nous mettons à la disposition des Googlers des salles de jeux équipées de babyfoot, jeux vidéo, billard et autres jeux de sociétés. Ils ont aussi accès à la « Water Lounge », une salle de détente éclairée par les seules lueurs des aquariums incrustés dans le mur, à une salle de sport ou encore à des mini-cuisines à tous les étages. Dans la majorité de ces espaces se trouve un tableau blanc sur lequel les ingénieurs peuvent écrire instantanément leurs idées lorsqu’elles surgissent, par exemple, en pleine partie de billard. Nous prônons la culture du feedback instantané qui est indispensable dans le milieu de l’informatique où tout va extrêmement vite. Grâce à cela, presque chaque semaine une nouveauté voit le jour. Les informaticiens sont des gens très speeds et grâce à la communication immédiate, sans assistants ni barrières, les choses peuvent aller vite. Nous sommes aussi adeptes de la culture de l’ouverture. Si nous avons un problème, nous l’exprimons immédiatement. Du fait de la faiblesse hiérarchique, nous pouvons nous exprimer facilement. De plus, toujours dans le but de favoriser la rapidité, nous fonctionnons en petites équipes avec, à leur tête, un Tech Lead qui effectue les mêmes tâches que les autres personnes du groupe qu’il supervise et synchronise. Tous les trois mois, les employés définissent eux-mêmes leurs buts à atteindre et effectuent leur travail comme ils l’entendent, à l’endroit et au moment qu’ils désirent.

Combien d’employés travaillent pour Google Switzerland et quels sont les principaux métiers de l’entreprise?

Siège de Google Switzerland, Zürich
Siège de Google Switzerland, Zürich
© Julie Bauer pour Gbnews

En tout, au 31 mars 2009, on dénombrait 20’164 personnes qui travaillent pour Google à travers le monde. A Zurich, nous avons démarré en 2004 avec deux employés. Actuellement, nous sommes 600 personnes originaires de 40 nationalités différentes. Sans être le Head Quarter pour l’Europe, il s’agit du plus grand centre de recherches Google hors Etats-Unis. Ici, nous nous occupons avant tout de l’optimisation de l’outil de recherche, de la qualité de Google AdWords, des produits GEO comme Google Earth et Google Maps, et de la navigation sécurisée grâce à la fonctionnalité Safe Search qui a été développée ici.

Quelles qualités faut-il avoir pour travailler chez Google?

hall d’entrée de Google Switzerland
Hall d’entrée de Google Switzerland
© Julie Bauer pour Gbnews

Notre devise en termes de recrutement est: « We hire the best ». Actuellement, nous sommes d’ailleurs à la recherche de talents. La diversité est importante. Parmi les employés actuels, beaucoup sont des jeunes fraîchement sortis de l’Université, mais il y a aussi des collaborateurs de tous âges. Ils proviennent de différentes cultures, car il faut se rappeler qu’Internet n’est pas seulement un monde d’anglophones! Il est important aussi de voir si l’employé peut travailler dans cette ambiance. Lors du processus de recrutement, le candidat s’entretient avec les différents employés de cette entreprise, car nous voulons engager quelqu’un de « googly », qui soit fier de la culture que nous véhiculons. A cette occasion, l’aspirant « Googler » a également l’opportunité de voir si cela l’intéresse vraiment ou non. Les personnes que nous engageons répondent aussi à notre critère: To be out of the ordinary. Par exemple, à Zurich, nous avons des ingénieurs qui sont des anciens sportifs d’élite, des musiciens, des producteurs de film. Tous ont quelque chose d’exceptionnel sur leur CV ou ont déjà monté une entreprise par le passé. Nous privilégions aussi les candidats qui sont riches d’un background interculturel. Finalement, la maîtrise de l’anglais est, bien sûr, primordiale.

Que privilégiez-vous lors du recrutement d’un candidat? Sa formation ou son expérience?

Les deux. Les bonnes notes, mais aussi l’expérience déjà acquise dans des entreprises ou des associations, sont les points forts d’un dossier.

Voiture de Google Street View
Voiture de Google Street View
© Julie Bauer pour Gbnews

Quelle est votre politique en matière de formation? Les employés suivent-ils des cours de perfectionnement?

Oui, tous les départements disposent de cours de langue, de formations continues et, selon les cas, certains employés peuvent suivre en parallèle des cours à l’Université. De plus, par le biais du « 20 % Time », nous encourageons les projets personnels liés à l’informatique en donnant à chacun l’opportunité de consacrer le 20% de son temps de travail à cela. Souvent, les produits à succès sont nés à ce moment-là. Par exemple, Gmail est l’œuvre d’un employé qui était passionné de recettes de cuisine et les échangeait avec ses connaissances par courrier électronique. Pour s’y retrouver dans sa boîte, il a inventé la fonction recherche dans les emails et ainsi est né Gmail en 2004. De même, c’est un « Zoogler » (un « Googler » de Zurich) passionné d’aviation, Gerhard Wesp, qui a développé le simulateur de vol de Google Earth.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.