Jean-Claude Biver ou quand l’art devient fusion

Print Friendly, PDF & Email

Né au Luxembourg, Jean-Claude Biver a étudié au sein de HEC Lausanne qu’il aime appeler « la plus belle salle d’attente du monde ».
Résolument humain, c’est un homme de terrain, un manager connu et reconnu pour ses nombreuses qualités et compétences au sein de l’univers du Luxe.

Mais c’est aussi un leader hors du commun, un créateur d’exception et un magicien du temps. Jean-Claude Biver, animé par une passion à toutes épreuves, a révolutionné l’industrie horlogère suisse grâce à un regard visionnaire.

Cet amour, sans faille, lui a permis d’exceller dans la « réanimation » de marques horlogères oubliées ou en dérive avec une exceptionnelle conviction et des idées avant-gardistes. Depuis 2004, il est CEO de la marque Hublot situé à Nyon.

Jean Claude Biver, HUBLOT

Jean-Claude Biver, CEO de la marque HUBLOT © Catherine Ferret pour GBnews

Portrait d’un homme d’exception.

Le feu de la passion aux commandes

Ne sachant pas quelle direction professionnelle prendre et n’ayant jamais eu l’envie de travailler, Jean-Claude Biver a préféré les bancs de l’Université pour s’enrichir intellectuellement repoussant ainsi son entrée dans la vie active.

JCB et la passion ne font qu’un. Cette énergie, née de la passion, lui donne la sensation de ne jamais travailler. La passion d’un adulte s’apparente, selon lui, à un enfant avec son jouet. On comprend mieux qu’un homme comme lui puisse ne pas compter ses heures de travail.

Aussi, cet amour de l’exceptionnel est le moteur de son immense pro activité. D’ailleurs si la vie le lui permet, JCB aimerait poursuivre son rôle au sein de Hublot encore une quinzaine d’années.

 

Erreurs et sanctions

Pour JCB, l’erreur peut également être un moteur. « Notre système de vie est basé sur la sanction des erreurs ; dès notre plus jeune âge tout est sanctionné. Pourtant se tromper est humain. Certains corps de métier fonctionnent avec des règlements limitant la prise de risque et rendant les gens statiques.

Jean-Claude Biver condamne ce système, puisqu’il reconnaît l’erreur comme bienfaisante et permettant d’aller de l’avant. Cette dernière devient non pénalisante lorsqu’elle est identifiée et jamais répétée, sinon elle devient de l’incompétence. Ainsi, il préfère voir les répétiteurs d’erreurs chez la concurrence.

HUBLOT

HUBLOT © Catherine Ferret pour GBnews

La rétention de talent

Jean-Claude Biver a mis en place un programme de transmission intergénérationnelle des savoirs et des compétences entre préretraités et jeunes apprentis.

« Cette transmission n’est rien d’autre que du partage, c’est la raison première de notre existence. On ne peut pas mourir égoïste en n’ayant rien transmis. Je suis convaincu que celui qui meurt sans avoir un jour transmis est quelqu’un qui a vécu de manière égoïste telle une pure perte des savoirs et des échanges. Je suis animé par l’amour de la vie, vis-à-vis de ma famille et la passion de mon métier ; tout ceci est de la transmission. Il est de la responsabilité de tout un chacun de partager ; c’est la richesse de l’homme », précise-t-il.

Les retraités « actifs » sont les bienvenus chez Hublot car « à 65 ans nous ne sommes pas forcément vieux, ni dans le cœur, ni dans la tête. Nous avons besoin d’eux et ils ont besoin de nous. Nous embauchons ces retraités dans nos divers secteurs comme la comptabilité, les finances, la vente, le marketing ou la production.» dit-il.

Les seniors sont essentiels à deux niveaux. Selon JCB « d’un côté, ils apportent l’expérience qu’on ne peut pas avoir; d’un autre côté, ils sont réinsérés dans le système et gardent de cette façon un certain équilibre. Ce sont des hommes et des femmes dont on a besoin. En outre, quand ils prennent la retraite trop vite, ils tombent plus facilement malades, car ils se sentent inutiles. En continuant à travailler, ils ne dépriment pas et tombent moins malades ; du coup, ils coûtent moins cher à l’assurance maladie. Donc, c’est un acte gagnant à tous les échelons. Cette transmission intergénérationnelle regroupe le management responsable, humain et intelligent.» indique-t-il.

HUBLOT

HUBLOT © Catherine Ferret pour GBnews

Recrutement / politique RH

En termes de recrutement, Hublot embauche en permanence trois à quatre stagiaires pour une durée de six mois ou un an. D’ailleurs, les stagiaires en poste l’année passé, issus de HEC, sont restés au sein de Hublot au département marketing. JCB précise à ce sujet : «Dans les montres, nous prenons des apprentis en vue de les garder par la suite. »

Comment J-C. Biver identifie un talent ? Pour lui, parler de « talent » est un bien grand mot. « Lors d’un entretien d’embauche on remarque rapidement, au travers du regard, si une personne est honnête, de bonne composition, éveillée, sincère, agréable, souriante et vraie ; le curriculum vitae n’étant pas le miroir de l’âme. »

Passionné comme JCB serait peut-être trop demandé au collaborateur idéal de Hublot. Par contre, l’honnêteté prime, accompagnée d’une forte conscience. Pour JCB, il doit être très concerné par son travail et son entreprise, fidèle à lui-même, à ses idées ainsi qu’aux politiques de l’entreprise. Disponible, il doit pouvoir accepter les changements de direction internes, suivant l’évolution de stratégies. En outre, souplesse d’esprit et faculté pour s’adapter aux situations changeantes sont fortement apprécié.

 

La responsabilité sociale de Hublot

Le partage est LE mot d’ordre en termes de responsabilité sociale. JCB évoque une cause chère à ses yeux : les enfants.
« Précieux et délicats, ils sont les moins protégés et représentent l’avenir. Les enfants sont par conséquent les plus importants. » C’est pourquoi, JCB vient en aide aux charités et aux fondations se chargeant de faire respecter les droits de l’enfant.

 

Les événements qui ont marqué sa vie

Fondamentalement serein, bon et humble, Jean-Claude Biver reste sensible aux autres et aux circonstances. Il dit avoir été très souvent marqué positivement. Ainsi, la plupart des étapes qui ont construit sa vie comme son mariage, celui de sa fille ou la naissance de ses enfants l’ont marqué.

Autre pilier important dans son parcours : l’achat et les premiers succès de Blancpain qui lui ont donné confiance, suivi de la vente de cette marque récoltant ainsi les fruits de son travail et de son équipe. JCB évoque son départ de Swatch group, après 11 ans de service, en quittant d’une façon son père spirituel, Mr Hayek.

Marqué également par le doute qu’a suscité la reprise de Hublot par LVMH et son succès. Son « autre enfant », la Big Bang, née en juin 2005, a été un évènement tout aussi mémorable.

En somme, JCB demeure le même homme au travail qu’en privé. Il évoque une philosophie qu’il a su acquérir au travers de ses expériences, de ses nombreux succès et de son indépendance dont il en a tiré une éthique.

Monsieur Jean-Claude Biver et Monsieur Chérif Antar-Antar

Monsieur Jean-Claude Biver, CEO de la marque HUBLOT et Monsieur Chérif Antar-Antar, notre reporter © Catherine Ferret pour GBnews

Leader au cœur tendre

Lorsqu’on aborde la question de la gestion humaine en tant que chef d’entreprise, Jean Claude Biver analyse les cas de figures qui peuvent se présenter à lui. Il précise bien que l’on ne doit pas mélanger sensiblerie et élan de cœur. En effet, il dirige avec le cœur sans y ajouter cette sensiblerie. Il viendrait volontiers en aide à un de ses employés en difficulté pour peu que la situation s’inscrive dans ses possibilités et devoirs.

L’intelligence émotionnelle et l’intuition restent au cœur de son management. Jean-Claude Biver regrette le fait que la plupart des gens demeurent trop rationnels face à une situation, alors que l’homme est naturellement né avec beaucoup d’instinct, tout comme l’animal. L’éducation et la religion lui enlèvent cette qualité naturelle.

JCB invite à « redécouvrir son intuition / son instinct et surtout d’en prendre soin et de l’écouter ; c’est très important. »

 

Jean-Claude Biver aimerait qu’on se souvienne de lui comme un patron humain, juste, quelqu’un qui partage et qui a toujours su respecter et pardonner autrui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.