Le brainstorming, mode d’emploi

Print Friendly, PDF & Email

Trop souvent galvaudé, le brainstorming n’est surtout pas à confondre avec une réunion. Son but est d’obtenir, à travers une réflexion collective, une quantité maximale d’idées sur un sujet donné en un minimum de temps. Un brainstorming réussi vise à libérer l’inspiration et l’imagination des participants, à stimuler leur créativité et à provoquer des réactions en chaîne en rebondissant sur les idées des autres participants. Il s’agit de « mettre en réseau » les cerveaux ! Avant tout destiné à la résolution de problèmes, il peut aussi être utilisé comme outil de recherche de risques, ou de causes d’une situation.

En voici les dix règles d’or :

  1. Formuler une question précise, ciblée, claire et concise ; plus le champ d’investigation est restreint, meilleur sera le résultat;
  2. Déléguer un modérateur, qui va gérer la séance, présenter la question, définir les règles et surtout animer, mettre les cerveaux sous pression ! Il ne devra jamais lâcher son auditoire, et tâchera d’obtenir le maximum d’output.
  3. Interdire les critiques, les questions et l’autocensure ; toutes les réponses sont bonnes ! Il s’agit de penser en-dehors des limitations habituelles. Valoriser les réponses individuelles, et le groupe dans son ensemble.
  4. Le but du brainstorming doit être clairement défini, et rappelé.
  5. S’assurer que toutes les parties prenantes à la problématique sont présentes, en veillant à une hétérogénéité maximale des profils des participants ; plus la diversité des points de vue sera grande, plus intéressant sera le résultat.
  6. Veiller en permanence à ce que tout le monde soit sur un pied d’égalité, et à rompre avec le cadre habituel (hierarchies, affinités personnelles ou de groupe, etc). Mélangez les participants !
  7. Procéder à un rapide tour de chauffe.
  8. Terminer le brainstorming dès que l’objectif est atteint ; la durée idéale d’un brainstorming n’excède pas 5 minutes !
  9. Ensuite, grouper les réponses par affinités ; Utiliser pour cela un Diagramme d’Affinités (méthode KJ). Il est à nouveau permis d’être réaliste et critique face aux output.
  10. Remercier tout le monde !