“Les créatifs visuels font avant tout un travail de recherche de sens”

Print Friendly, PDF & Email

© Emmanuelle Bayart pour GBNews, 2012

Après MaxComm et SMC&CO, l’agence colegram SA clôt le premier volet de la série que nous consacrons aux métiers de la communication. Ces trois agences se caractérisent autant par leur petite taille et par leur grande indépendance. Mais également par leur “spécialisation”. Si MaxComm mise sur l’élaboration de contenus et SMC&CO sur le relationnel, “l’essence ou l’ADN” de Colegram SA est le travail de création visuelle.

 

Julien Lance, fondateur de l’agence de communication colegram SA

 

Julien Lance, fondateur et directeur de création de l'agence de communication colegram basée à Genève © Emmanuelle Bayart, GBNews, 2012

Si vous deviez faire de la com’ pour votre agence, quel point fort mettriez-vous en avant?

Le travail de création est central chez colegram. Davantage que son point fort, je dirais que c’est son essence, son ADN. Nous sommes une agence bâtie autour de ses créatifs. Lorsque j’ai fondé Colegram en 2003, je venais de quitter Trimedia Communications, où j’avais exercé durant quelques années la fonction de directeur artistique. J’ai pris avec moi mon bagage de compétences et mis la créativité au centre du fonctionnement de mon agence.

 

Qu’est-ce qui vous a motivé à quitter le poste de directeur artistique chez Trimedia Communication?

Chez Trimedia, je me sentais déconnecté du terrain. Ma place me donnait accès à la plupart des défis créatifs, mais me privait du contact direct avec les clients. J’ai ressenti le besoin d’aller à la rencontre des gens, de comprendre leurs problématiques pour mieux répondre ainsi à leurs besoins.

 

En quoi consiste le profil des “créatifs” de votre agence?

L’équipe est constituée majoritairement de graphistes. Nous œuvrons principalement dans la création d’identités visuelles et dans l’édition de rapports annuels, brochures, journaux d’entreprise… Nous sommes trois créatifs – deux designers et un directeur artistique –, plus une collaboratrice administrative.

 

Qui se charge de la création de vos contenus?

Issu des Lettres, je me charge de la rédaction du «tout venant». Pour des tâches plus pointues nous faisons appel à des concepteurs-rédacteurs indépendants, à des agences RP, parfois même à des journalistes. L’essentiel est d’être polyvalent et de pouvoir élargir nos prestations rédactionnelles à des thèmes divers: de la technologie à l’art, en passant par l’économie…

 

La polyvalence est un trait marquant parmi les professionnels de la com’. Comment le déclinez-vous dans votre entreprise ?

Les trois créatifs qui composent notre équipe sont à l’aise dans plusieurs des métiers de la chaîne graphique : il peuvent tenir sans problème le rôle de maquettistes, de designers ou de retoucheurs. Ils sont aussi dotés d’une solide culture, classique ou contemporaine. Je suis moi-même titulaire d’une license universitaire en histoire de l’art. L’alliance entre la culture classique et les techniques modernes de la communication s’est par exemple avéré être un atout important lorsque l’agence a décroche le mandat du Musée international de la Réforme. D’une manière générale, je considère que les créatifs visuels font avant tout un travail de recherche de sens. D’où l’importance que j’attribue à la culture générale.

 

Musée international de la Réforme. Création de l'identité visuelle et réalisation des supports de communication, de la signalétique et des objets de merchandising © Emmanuelle Bayart, GBNews, 2012

 

Comment un licencié en histoire de l’art en arrive à embrasser le domaine de la création graphique et de la communication?

Le graphisme et la communication sont des activités où dominent l’imagination et la capacité à transfigurer la réalité. C’est une affaire de transformation, comme dans l’art (toutes proportions gardées, bien évidemment !). Les personnes formées dans les disciplines humanistes, telles l’histoire, l’art, la littérature, ou la philosophie, décodent les rouages du fonctionnement d’une société, ce qui constitue un ressort fondamental pour le métier que j’exerce.

 

De quelles autres compétences se nourrit une agence comme la vôtre?

De la faculté d’adaptation, c’est-à-dire de l’éclectisme, et de la capacité à saisir l’air du temps.

L’éclectisme, c’est pour nous créer des univers visuels particuliers et identitaires pour des missions aussi différentes que la promotion d’une institution culturelle comme le Musée international de la Réforme, la présentation du Plan directeur cantonal, un document administratif et technique destiné aux pouvoirs publiques, ou la communication de watt’s, une marque genevoise de vélo électriques qui s’adresse au grand public… Nous comptons parmi nos clients des acteurs de la sphère culturelle, des PME, des collectivités publiques, des industries, etc. Voilà pour l’éclectisme.

Pour ce qui est de la capacité à saisir l’air du temps, elle est fondamentale quand on a la vocation de susciter l’intérêt pour une marque ou une entreprise en faisant converger sa nouvelle image avec les besoins ou les attentes d’un public donné, à un moment donné, dans un média donné. On ne communique pas de la même manière dans un rapport annuel ou sur Facebook !

 

Pour watt's: création du logo et de la ligne graphique.Direction artistique et prise de vue des visuels de communication (colegram 2011)

 

 

 

La capacité à saisir l’air du temps, selon vous, c’est de l’acquis ou de l’inné ?

Les personnes qui ont ce talent sont des gens naturellement curieux, qui aiment aller au fond des choses mais aussi se tenir au courant de tout ce qui bouge. Ensuite, il faut entretenir cette faculté en la testant continuellement, ce que nous faisons régulièrement en imaginant des caricatures de l’actualité, sous forme de petites installations dans les vitrines de notre agence. Nous avons commencé cette saga courant 2011 ; nous avons observé avec amusement les passants du quartier s’arrêter pour voir nos caricatures et les avons diffusées sur notre page Facebook. C’est devenu peu à peu un rendez-vous hebdomadaire avec notre communauté. A la fin de l’année, un sondage sur notre page a plébiscité le sujet de l’anosognosie de Chirac; nous avons alors envoyé à chaque sondé un tirage photo de son sujet préféré. Cette expérience amusante nous a permis de mieux tisser des liens avec notre public local et digital, tout en démontrant nos capacités de créativité et de réactivité.

 

Capture d'écran de la page Facebook de colegram que ces derniers animent en créant des montages photos exposés en vitrine de leur agence rue Caroline

 

En quoi consistent concrètement les mandats de Colegram?

Nous créons des identités visuelles d’entreprise (nous approchons la centaine de logos créés depuis les débuts de colegram), des rapports annuels, des sites internet, et des maquettes de journaux – notamment babymag.ch. Nous avons aussi parfois des mandats d’illustration, comme par exemple l’affiche de la Fête des voisins.

 

Quels sont les défis auxquels votre agence doit faire face?

Le défi principal consiste à acquérir de nouvelles compétences. L’évolution technologique impose à chacun de nous de se mettre continuellement à la page. De nouvelles spécialisations apparaissent en lien avec ces évolutions, comme par exemple celle de Community Manager, dont le but est d’animer pour une société ou une marque les échanges sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Linkedin, etc.). colegram a intégré depuis quelques mois une Community Manager, qui élargit également nos prestations dans le marketing digital. Nous envisageons de proposer dans un avenir proche ces services de à certains de nos clients. Nous sommes également en train de développer de nouvelles prestations dans l’édition digitale, c’est-à-dire dans la publication sur les tablettes et smartphones, et espérons ainsi pouvoir mieux réagir à l’évidente baisse de budgets alloués à la création d’imprimés.

 

La semaine prochaine, nous ouvrons un deuxième volet en déplaçant le focus sur les grandes firmes de la communication. Le premier rendez-vous est fixé avec Catherine Gale, Managing Director chez Saatchi & Saatchi.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.