Santé: Le sous-effectif des hôpitaux augmente le risque d’infections

Print Friendly, PDF & Email

La surcharge de travail et le manque de personnel soignant va de pair avec une hausse des infections contractées à l’hôpital.
Ce sont les conclusions d’études menées aux Hôpitaux universitaires de Genève. Chaque année, 70 000 personnes contractent une infection nosocomiale et 5000 y succombent.
Les auteurs de l’étude ont constaté que sur 1883 patients qui ont séjourné plus de deux jours en milieu hospitalier, 415 ont attrapé au moins une nouvelle infection.
Selon les statistiques établies, un patient est pris en charge par 1,9 soignant. L’étude démontre que plus d’un quart des nouvelles maladies pourraient être évitées si ce taux passait à 2,2.

Les chercheurs ont souligné dans la même étude la corrélation entre surcharge de travail et infections. Mécontentement lié au stress, soins déficients,
manque de temps consacré à l’hygiène sont tous des facteurs qui augmentent les maladies contractées en milieu hospitalier. Les patients, eux, dont l’organisme est affaibli,
sont plus sujets à des infections.

Une hygiène irréprochable nécessiterait près de vingt lavages par heure. La solution, selon les scientifiques,
est la substitution du lavabo par une petite fiole d’eau-alcool. Celle-ci se place dans les poches de la blouse. Cette manipulation ne prend qu’une dizaine de secondes.
Ils prouvent dans l’étude que ce gain de temps permet de diminuer de moitié le taux d’infections liées aux soins.

Sources : 20minutes, 7 octobre 2008 – Le matin, 6 octobre 2008