Suisse : L’Assurance chômage sur la sellette

Print Friendly, PDF & Email

Les statistiques du SECO (Secrétariat d’Etat à l’Economie) suscitent un vif intérêt auprès de la population, à propos du taux de chômage en juillet. En effet, elle sera appelée à voter sur la 4ème révision de l’ACI (Loi fédérale sur l’assurance-chômage) le 26 septembre prochain. Cette réforme porte sur la hausse des cotisations, qui va passer 2 à 2,2% et une réduction des prestations. Ce qui provoque des dissensions entre la gauche et la droite.

Ces mesures vont particulièrement pénaliser les jeunes sortant de formation, qui n’ont pas cotisé. « La réduction d’une année à quatre mois de leurs indemnités est discriminatoire », selon Jean-Christophe Schwaab, de l’Union syndicale. Les moins de 25 ans sans enfant ne toucheront que 9 mois d’indemnités au lieu de 12 pour un an de cotisations.

L’instauration d’un parallélisme entre cotisations et indemnités est prévu. Ainsi, il faudra cotiser au moins un an pour être indemnisé durant un an. Les travailleurs âgés, qui avaient droit à deux ans d’indemnité pour un an et demi de cotisations, devront cotiser deux ans. Dans les régions en crise, la possibilité de prolonger la durée d’indemnisation de 400 à 520 jours sera supprimée. D’autre part, la prise en considération dans la période de cotisation de revenus financés par l’AC (programmes d’occupation, formation etc…) n’existera plus.

En revanche, Alexandre Pessard, membre de l’Union patronale suisse (UPS) estime que « cette réforme est équilibrée puisqu’elle combine quelques réductions acceptables des prestations et une augmentation raisonnable des cotisations et qu’il faut assainir une bonne institution».

Dans l’hypothèse d’un résultat négatif, le taux de cotisation passera à 2,5% dès le 1er janvier 2011. Une nouvelle révision sera mise sur pied par le Conseil fédéral.

Source : La Tribune de Genève du 06 août 2010