Suisse: UBS condamné pour avoir licencié sans enquêter

Print Friendly, PDF & Email

En octobre 2008, une stagiaire de l’UBS se plaint de remarques péjoratives et sexistes de la part de son supérieur.

L’homme est entendu alors que la jeune fille, soutenue par l’assistance sociale de l’UBS, est déplacée dans une autre succursale. Devant la directrice des RH, l’homme va tenter de s’expliquer, rien n’y fait.

Sur la base d’un précédent avertissement pour des faits différents et des faits rapportés par les RH, alors qu’aucun procès-verbal n’est dressé, la banque procède à un licenciement ordinaire.

Si le premier procès intenté à UBS par l’employé n’a rien donné, Me Maïssa Fattal consultée pour appel, a remporté le recours devant la Cour d’appel des prud’hommes, considérant que l’UBS n’avait pas procédé à une enquête exhaustive.

Source: Tribune de Genève du 13.08.10