Ventes aux enchères : Genève garde son préstige et établit un nouveau record

Print Friendly, PDF & Email

X's DiamandLes traditionnelles ventes aux enchères genevoises tenues par Christie’s et Sotheby’s du mois de novembre se sont achevées la semaine dernière au Four Seasons Hotel des Bergues et a l’hôtel Beau-Rivage au bord de la rive droite du Léman. Une folle semaine sous le signe des montres de luxe uniques et de collections, du vins prestigieux et bien sur des fameux bijoux et pierres précieuses parfois inestimables.

Lors de ces ventes, Christie’s, le numéro un mondial des ventes aux enchères, à obtenu un record pour la vente du précieux diamant de l’Archiduc Joseph provenant des mythiques mines de Golconde en Inde. Une pierre pesant 76.02 carat, d’une couleur et d’une pureté rares, vendu pour un prix marteau de 18’100’000 francs suisse. En ajoutant la commission Christie’s, le montant total payer par l’acheteur est de 20’355’000 francs suisse. L’acheteur a par ailleurs souhaité rester anonyme et a enchérit par téléphone.

X's RK DiamandUne salle comble et un lourd silence régnait dans la Salle des Nations de l’hôtel des Bergues ce soir de 13 novembre. Une attente interminable pour Rahul Kadakia (au centre sur l’illustration), vice président de Christie’s Genève et New York, le commissaire priseur, debout en fond de salle sur son trône, régnant comme le maître de la vente. Un employé de Christie’s  à sa gauche, suspendu à son téléphone, avec au bout du fil un riche magnat asiatique qui mise pour acquérir ces 76.02 carats pur. De l’autre coté, François Curiel (à gauche sur l’illustration), directeur Christie’s Asie, portable fixé à l’oreille avec un client privé présumé très fortuné. L’attente du « bidding sir ! » (terme en anglais pour enchérir) à l’attention du commissaire priseur se fait ressentir. Le salon des Bergues retient son souffle, la foule amassée jusqu’aux portes du salon s’empresse de se faire une place afin d’apercevoir les montants mirobolants s’afficher sur l’écran et de voir jusqu’ou peuvent encore s’arrêter l’ascension affolante des chiffres. La tension redescend lorsque le bruit du mythique marteau tape sur le pupitre du commissaire priseur comme si une sentence avait été prononcée. Le fameux diamant vient d’être adjugé.

La maison Christie’s effectue des ventes aussi impressionnantes depuis presque trois siècles. Tout commença en 1766 lorsque James Christie, un Londonien, fonda la société de vente aux enchères Christie’s. Elle a depuis la réputation de mener les plus grandes ventes aux enchères de ces derniers siècles. Sa notoriété croit encore plus lors du rachat de la société par le grand collectionneur et amateur d’art François Pinault en 1998 (fondateur du groupe PPR, détenant entre autres : Yves-Saint-Laurent, Gucci, Balenciaga ou encore  Alexander McQueen pour le pôle luxe).

Un succès du aux amateurs d’art, collectionneurs mais  surtout à ces nombreux investisseurs soucieux de placer leur fortune dans un bien physique afin d’échapper à une crise toujours aussi présente dont le risque de perte dans des investissements boursiers est devenu presque obsessionnel. La grande force des maisons de ventes aux enchères de part le monde est l’attrait de l’exclusivité et la sécurité de placer sa fortune dans des biens de valeur. Une recette qui fonctionne depuis longtemps et qui n’a toujours pas échoué tant que ce cercle de confiance dans la mise en vente toujours aussi attrayante et unique de pièces exclusives ne s’arrête.

Illustration : Fabrice Coffrini / AFP, www.profusionimmo.ca

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.