Ah ! La belle Escalade !

Print Friendly, PDF & Email

escalade

Depuis le 12ème siècle, l’histoire de Genève est celle des tentatives de la ville d’être et de rester indépendante. Le caractère principal de la ville est celui de l’autonomie.

Entourée d’ennemis qui voulaient ses richesses ou haïssaient sa religion, la volonté de Genève de rester libre a été une bataille constante. Et elle n’a pas toujours réussi.

En effet, Genève a eu un long conflit avec la Maison de Savoie.

Cette animosité culmine dans la nuit du 11 décembre. Les Savoyards ont tenté de prendre la ville à la dérobée. Ils escaladent les murs à l’aide d’échelles. Cependant, ils ont été découverts (les récits diffèrent sur la façon dont ils ont été découverts) et repoussés.

L’histoire de L’Escalade est bien connue et est reconstituée chaque année.

 

L’Escalade : Histoires et anecdotes

Mais voici quelques faits concernant L’Escalade que vous ne connaissez peut-être pas.

  • La chanson qui relate l’événement s’appelle Cé qu’è l’ainô. En général, seules quatre strophes sont chantées. En réalité, la chanson compte 68 strophes. On suppose que personne n’a le temps – ni la mémoire – de la chanter en entier.
  • Bien que cela ressemble à un assaut majeur, les Savoyards n’ont apporté que trois échelles ! Nous supposons qu’ils ne s’attendaient pas à une grande résistance de la part des habitants de la ville.
  • 13 Savoyards faits prisonniers ont été sommairement pendus sur la place du Bourg-de-Four le lendemain. Cruel, mais normal pour l’époque !
  • Lors de l’Escalade, quelque 800 personnes se déguisent en costumes de l’époque. Ces costumes sont très colorés, mais certains historiens rabat-joie ont remarqué que de nombreuses couleurs utilisées dans les costumes n’existaient pas en 1601.
  • L’association qui organise l’Escalade s’appelle la Compagnie de 1602. Il faut être Suisse pour y adhérer. Définitivement pas de Savoyards !
  • Les célébrations de l’Escalade ne sont vraiment devenues annuelles, et un grand événement, qu’après 1860. Ont-ils oublié entre temps ?
  • Le soir du 12 décembre, tous les Genevois ont chez eux une marmite en chocolat, frappée aux armes de Genève et remplie de légumes en massepain, dont des carottes orange. Eh bien, en 1601, les carottes auraient été noires ou violettes. Ça n’a pas l’air aussi bon que l’orange.
  • Un duc de Savoie a fait quelque chose de bien pour Genève. Il a construit Carouge. L’architecte est le même que celui qui a conçu la vieille ville de Nice, en France. Vous pouvez voir la ressemblance avec Carouge, lorsque vous visitez Nice.
  • Il existe de nombreuses histoires apocryphes sur cet événement. L’une d’elles raconte qu’une vieille dame a déplacé une armoire pour barricader sa porte contre les Savoyards. Le lendemain, il a fallu cinq hommes pour la déplacer. Le stress et l’adrénaline vous rendent fort !

Vous voyez maintenant la fête de l’Escalade sous un autre angle ! Alors maintenant, habillez-vous chaudement pour participer aux festivités :  1602.ch

 

Sources :

https://blog.bge-geneve.ch/escalade/

https://www.geneve.ch/fr/faire-geneve/decouvrir-geneve-quartiers/histoire-geneve/histoire-escalade/laino

Photo credit : KrisNM via flickr.com (CC creative commons)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.