De l’Atlantique au Pacifique – le virus de la maladie de Carré de Phocine

Print Friendly, PDF & Email

Une maladie qui transite entre les deux principaux océans de la planète, vous avez dit impossible ? C’est pourtant la triste réalité que de nombreux experts ont pu constater récemment. Affectant les mammifères marins comme les phoques ou les loutres de mer, ce virus risque désormais de se développer à la vitesse grand V.

Le pourquoi du comment

Une fois n’est pas coutume, le réchauffement climatique fait encore des siennes. En provoquant petit à petit la fonte de la banquise de la mer Arctique, ce dernier a permis la création involontaire de différents passages reliant le nord de l’Atlantique à l’Alaska ! Une conséquence évidente direz-vous sûrement, sauf qu’elle peut augmenter en gravité lorsque ces cheminements deviennent transporteurs de maladies.

 

Phocine distemper virus (PDV)

Appelé le virus de la maladie de Carré de la Phocine en français, cette bactérie, qui transite donc « à dos » de phoques et de loutres de mer, attaque le système immunitaire et peut provoquer la mort de l’animal en moins de 10 jours. Jusqu’à maintenant contenu dans une zone géographique précise, il avait pourtant déjà tué près de 25’000 phoques en 1988 et 2002.

Les échantillons testés entre 2001 et 2016 par différents scientifiques montrent une augmentation progressive de la présence du PDV dans les eaux alaskiennes, et tout particulièrement lors des périodes de fortes fontes des glaces, ouvrant de ce fait le chemin entre Atlantique et Pacifique.

Une récente étude faite sur plus de 2’000 spécimens confirme malheureusement la tendance pressentie : les gènes de cette maladie sont tout aussi fort à l’est qu’à l’ouest de l’Amérique du Nord.

 

Quid de la suite ?

On peut donc facilement s’imaginer les conséquences que peuvent avoir de telles conclusions pour notre futur proche. En effet, avec un réchauffement planétaire qui n’arrête pas d’augmenter, on peut déjà imaginer ce type de virus se propager le long des côtes russes ou même plus bas dans l’océan Pacifique. Et pire encore, qui sait quelles seront les prochaines maladies qui arriveront à s’infiltrer dans les différentes étendues d’eau, mettant en danger bon nombres d’espèces animales.

Source: The Guardian

Image: Wikipédia

Clément Capponi Clément Capponi

"A pessimist sees the difficulty in every opportunity. An optimist sees the opportunity in every difficulty." - Winston S. Churchill

As someone who loves life, I can relate myself to this quote because facing challenging situations is part of my everyday experience. From my years as an Aircraft Coordinator using my leadership when I was supervising everything that happens on a plane, to handling conflicts with angry customers, via my relationship building skills based on all the people that I've met, I want to evolve in a dynamic environment where my values and my team spirit are useful.

This has lead me to have no fear of taking responsibilities even when I'm under pressure. As a solution finder, I always follow my instinct because what matters the most comes from inside of me.

To avoid routine, I spend my free time doing what I love, which means hanging out with my friends or spending energy playing tennis or football (actually sport in general) or supporting my favorite ice hockey team at the stadium.

Let sum up like this :

"Some people want it to happen, some wish it would happen, and others make it happen." - Michael Jordan

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.