ET TOI, QUI EST TON HEROS ?

Print Friendly, PDF & Email

Enforce the connection between a mother and a childUne petite fille rentra de l’école

Il y a quelques années de cela, quelque part dans le monde, une petite fille rentra de l’école avec la peur de se faire gronder par ses parents. Elle avait offert son pull tout neuf à un enfant de la rue qui grelottait sous le froid.

Contre toute attente, elle fut félicitée pour cet acte noble. Encouragée, elle récidiva sous l’œil admiratif de ses parents et de ses frères et sœurs qui décidèrent de prendre exemple sur elle.

Cependant il fallut parfois contenir cet élan altruiste débordant. Comme par exemple, la fois où elle voulut à tout prix héberger une jeune femme, toute frêle, à peine habillée et qui arpentait inlassablement le même trottoir.

Son offre fut gentiment et pudiquement repoussée mais elle insista et finit par aller chercher sa mère à la rescousse. Elles revinrent à la charge, toutes deux, déterminées à lui offrir l’hospitalité.

Décontenancée, la jeune femme dût avouer à demi-mots que c’était son choix de rester là…à son poste de travail, non sans remercier chaleureusement pour leur sollicitude.

Malgré sa déception, ce jour-là, la jeune adolescente venait d’apprendre qu’elle ne pouvait pas aider la terre entière et que les choses n’étaient pas forcément ce qu’elles paraissaient être en apparence. Cette mésaventure lui apprit cependant qu’il n’y avait aucun mal à essayer, bien au contraire ! Une mission dont elle se sentait investie de tout son être et qui régirait son existence, son bref passage sur terre, sa modeste pierre à l’édifice.

Tendre la main aux plus démunis, écouter, servir, encourager, aider, une vocation était ainsi née en elle, à moins qu’elle n’ait été toujours là, présente dans ses tripes, ses gènes, attendant d’éclore.

Qu’à cela ne tienne, cette vocation fut nourrie, encadrée, encouragée par une femme extraordinaire. Une femme d’une immense générosité et dont l’abnégation n’avait d’égal que  son inébranlable foi en Dieu.

Mon héros…

Qui mieux qu’une femme, une mère, pourrait plus m’inspirer…

Toutes les mères, toutes les femmes quelles qu’elles soient me fascinent et m’inspirent.

Elles m’éblouissent dans cette faculté qu’elles ont à transmettre, à guider et accompagner, à inculquer des valeurs fortes, à asseoir et encourager des vocations par la seule force de leur amour.

Je veux parler de cette force, à la fois si puissante et si empreinte de douceur et de subtilité. Cette force capable de faire sortir le meilleur de nous-mêmes, de nous galvaniser et nous faire soulever des montagnes pour leur seul sourire.

Cette capacité à tisser avec nous un contrat tacite que nul ne peut trahir impunément.

Cet apaisement, qui autorise le partage parce qu’il repousse la peur de manquer et l’impose tel un devoir. Ce qui conduit à tendre la main aux plus démunis, que ce soit pour donner ou pour recevoir, mais sans jamais rien attendre.

Vous l’aurez compris, au risque de paraître superficielle, ma réponse à la question de départ est : Mon héros c’est ma Mère !

Celle-ci fut une oasis d’amour et de bonté, mon rempart, ma référence, mon intarissable source d’inspiration.

Une philosophie de vie

Philosophe, sa manière d’aborder la vie était spéciale, presque atypique.

« C’est la main qui donne qui reçoit. » disait-elle.

Sa façon d’appréhender les épreuves de la vie ne fut pas en reste.

Convaincue que les afflictions en cette vie plus qu’inévitables, sont indispensables. Mieux, elles seraient même bénéfiques.

Elle en parlait comme d’une phase de transition positive, et comme à l’accoutumée, étayait ses propos avec une analogie dont elle seule en avait le secret.

« On ne peut mettre d’habits neufs, ni se parer de plus beaux atours sans se défaire de ceux que l’on a sur soi. Entre les deux étapes, la nudité est une phase incontournable. Nudité qui ne devrait pas être synonyme d’angoisse ni de détresse. Relativiser et positiver conduit à une acceptation de cette situation qui mène au renouveau. »

Elle eût la grâce de bénir les siens et de leur dire combien elle avait été honorée du rôle qu’elle a eu dans leur vie.

Femme modeste et discrète, elle a quitté ce monde comme elle a vécu, en toute discrétion et douceur. Ses dernières paroles furent à son image, empreintes d’amour. Elle eût la grâce de bénir les siens et de leur dire combien elle avait été honorée du rôle qu’elle a eu dans leur vie.

Jusqu’à la fin, elle aura œuvré à laisser derrière elle une famille apaisée et soudée, aimante et cela malgré les souffrances et les douleurs. Elle sut métamorphoser un moment de tristesse et de détresse en un moment de bénédiction et de sérénité, transformer le désespoir en espoir !

Elle mit un point d’honneur à apprendre à ses enfants à être conscients de leur vraie valeur tout en n’ignorant pas celle des autres, à marcher la tête haute mais sans bomber le torse, la dignité toute en humilité.

Cette intelligence du cœur qui nous rend positif, qui nous donne confiance toute en humilité et nous apaise tout en nous motivant.

Je pourrais vous en dire plus de cette femme magnifique qui a vécu toute en discrétion et a marqué son monde d’une empreinte indélébile mais je garde à l’esprit sa grande pudeur, son refus des éloges et sa grande modestie.

Vous comprendrez aisément qu’à la question « Et toi, qui est ton héros ? » Il m’est impossible de répondre autrement.

A travers ma mère comme je disais tantôt, toutes les personnes extraordinaires, qui comme elle, œuvrent volontairement dans l’ombre et rendent un service incommensurable à la société, chacune à son niveau.

Ces personnes qui, par la seule force de leur amour et de leur abnégation font ressortir le meilleur de nous !

En espérant qu’un jour quelqu’un dans ce monde en réponse à une telle question pensera à cette petite fille…

 

Photo: 

Orione Conceição provenant de Pexels Inpiration

Maguette Ndoye Maguette Ndoye

Sociologue de formation, j’ai travaillé dans l’administration pendant quelques années, puis dans la gestion des Ressources Humaines en qualité de spécialiste RH avec brevet fédéral.
De la sociologie à l’administration et la gestion des Ressources Humaines en passant par la gestion de commerces et restaurants, je me suis impliquée dans des domaines aussi intéressants que variés avec à chaque fois la même détermination et le même enthousiasme.
Pour ce faire, j’ai dû m’adapter, me réinventer et relever de nombreux défis avec un fil conducteur qui est résolument resté et reste toujours le même : l’HUMAIN.
Fonder l’association « les Enfants d’abord » en faveur des enfants défavorisés ainsi que « rayons de soleil » destinée aux femmes en situation précaire, est de loin ma plus grande satisfaction.
Enthousiaste et fervente optimiste, je suis toujours prête pour de nouveaux challenges !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.