GBN Talk 3 : Quand les neurosciences glorifient l’échec

Print Friendly, PDF & Email

Success-Failure: the failure as a constitutive part of the success

Nous sommes ce que nous faisons à répétition. L’excellence n’est donc pas un acte mais une habitude.

William J. Durant

Pour trouver un emploi, un appartement, des clients, obtenir un prêt bancaire, trouver des investisseurs, on nous le rabâche à longueur de journée : il faut oser activer son réseau et le réseau de son réseau. Ce dont on parle moins, c’est de la difficulté à affronter notre peur du rejet social.

Pourquoi envisageons-nous aussi négativement les réactions de rejet ? Quelle justification donner à l’exploitation d’une opportunité dans un rapport interpersonnel ? Si nous essuyons un refus, comment transformer cela en une expérience ou un apprentissage positif ?

Lors de ce GBN Talk 3, Marc Turiault sera invité à démystifier ces mécanismes et comportements neurobiologiques qui offrent à notre cerveau cette plasticité nécessaire pour s’adapter. Il abordera aussi des problématiques liées à la perspective de l’échec afin de répondre à ces questions qu’accompagnent les rejets, refus et autres exclusions.

 

Portrait de Marc Turiault

Marc Turiault, neuroscientifique, journaliste et conférencier… entre autres.

Exceller, maîtriser, fédérer, mener ou tout simplement réussir : tel est le vocabulaire que nous associons au succès. Toutefois, même s’il tient compte des efforts nécessaires à y parvenir, ce vocabulaire tend à minimiser la place de l’échec, voir même à l’occulter.

Ainsi, aller vers les autres – quels qu’ils soient – et communiquer peut paraître facile, anodin et sans grand intérêt à l’heure de l’interconnexion à grande échelle. Oui, à l’heure où les objets usuels peuvent communiquer, rien ne semblerait plus simple et accessible que d’être en contact avec l’Autre. C’est sans compter sur la peur du rejet. La peur qu’avancer vers l’Inconnu puisse devenir un pas vers une forme d’isolement.

L’échec participe aussi de la réussite, tant personnelle que professionnelle, parce que nos motivations, moteurs de nos réalisations, sont directement sujettes à notre état d’esprit. Dans ce cas, la peur qu’une quelconque requête puisse être mal interprétée ou qu’elle nous oblige, finalement, à faire face à un refus impacte irrémédiablement notre esprit, ipso facto ce qui nous motive.

Convaincu par le fait qu’évoluer au-delà de nos échecs ne pourrait uniquement se réduire à apprendre de nos erreurs, Geneva Business News organise ce nouveau GBN Talk pour offrir aux participants l’occasion de changer leur conception de l’échec.

 

GBN Talk 3, 28 mai 2019, 18h30, 109 rue de Lyon, Genève

 

INSCRIVEZ-VOUS ICI !

 

Pour nous suivre sur les réseaux sociaux : #GBNTalks.

 

Photo credit : Thierry Sorg; https://www.unome.ch/marc-turiault/

Thierry Sorg

Thierry Sorg


Someone told me it may be a challenge for me to write technical articles for non-IT people... Guess what! I'm writing!

I'm a computer scientist with a previous background in ERP development and a taste for teaching.
I'm a scientist in the heart, so if it can be seperated in small pieces and then studied during hours with a magnifying glass, it will interest me. There's no doubt!

I think there is a good place to write my motto just after the very next colon: rather than programming solutions, I love to solve problems.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.