La consommation des vins rosés se mondialise

Print Friendly, PDF & Email

Rosés - vignes avec fond montagneux et ciel bleu

La consommation mondiale des vins tranquilles rosés, c’est-à-dire des vins sans bulles, est en constante augmentation depuis 2003, et ce, dans un contexte de stagnation de la consommation globale de vins. Ce marché très dynamique montre des baisses à long terme de consommation de vins rosés dans certains pays producteurs significatifs. Ainsi en 2016, la France conserve de loin sa position de leader de la production et de la consommation de vins rosés dans le monde.

 

La consommation en augmentation régulière

En 2016, la consommation mondiale de vins rosés est de 24 millions d’hectolitres. Ce volume est en augmentation régulière depuis 2002. Cette tendance s’explique par une croissance de la consommation de vins rosés tranquilles et par la stabilité de la consommation des vins tranquilles en général.

Historiquement, les pays d’Europe occidentale sont producteurs et consommateurs de vin. Il n’est donc pas étonnant de les retrouver parmi les premiers pays consommateurs de rosé. Plus du tiers du vin rosé consommé dans le monde en 2016 est consommé en France (35%) suivi par les États-Unis (14%). La consommation de ces derniers est en légère hausse depuis 2010, après une période de baisse qui s’explique par un transfert de consommation de rosés américains vers des rosés importés.

 

La production de vins rosés en progression

La production de vins rosés s’établit à 22,5 millions d’hectolitres en 2016. Elle reste en progression de + 12 % par rapport à 2002. La production de rosés en 2016 est concentrée sur quatre pays qui réalisent près de 75 % de la production. La France pèse pour près d’un tiers de la production mondiale de rosés suivie par l’Espagne, les États-Unis et l’Italie en 4ème position. La production de l’Italie baisse depuis 2010, en raison du fait qu’elle s’est retirée des marchés ‘entrée de gamme’ au profit des vins espagnols et sud-africains.

 

Tendance à la hausse pour les importations

Les importations de rosés dans le monde représentent plus de 9 millions d’hectolitres en 2016. Plus de la moitié de ces volumes sont à destination de 3 pays : la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni. Les importations françaises ont connu une baisse marquée entre 2011 et 2013, mais depuis, la tendance est à nouveau à la hausse. Cela s’explique par la forte hausse de la production de vins rosés IGP (Pays d’Oc principalement) et des Vins de France à cette période, qui a entraîné moins de besoins en importation.

 

Exportation et importation en termes de valeur

L’Espagne est le premier exportateur de vins rosés avec près de 40 % des volumes mondiaux en 2016, suivi par la France et l’Italie. Les États-Unis et le Royaume-Uni sont les deux principaux importateurs de rosé en valeur. En termes d’exportateurs en valeur, la France est le principal exportateur, suivie par l’Italie et l’Espagne.

Des répartitions différentes en volume et en valeur montre une forte différence des prix des vins rosés importés selon les marchés. La France et l’Allemagne importent essentiellement des vins rosés d’entrée de gamme. La Belgique, les Pays-Bas, la Suède et le Royaume-Uni importent plutôt des vins qui restent peu valorisés. La Suisse, les États-Unis et le Japon importent des vins plutôt haut de gamme.

 

Le marché mondial de vins rosés atteint une augmentation de 20 % depuis 2002. Par conséquent, la demande mondiale croissante stimule la production et les échanges.

La France (premier pays producteur de vins rosés en 2016) et les États-Unis sont les principaux consommateurs de vins rosés. Peu de pays voient leur consommation de rosé baisser, ce sont des pays historiquement importants dans la consommation de vin et de vin rosé : l’Italie, l’Espagne et le Portugal. La consommation de rosé se mondialise et nombre de nouveaux pays se font jour, notamment d’Europe du nord. La France enregistre la plus forte hausse dans les dernières années. Les exportations mondiales des vins rosés ont connu une croissance soutenue, stimulée par une forte demande provenant de grands pays consommateurs, notamment des pays non producteurs comme le Royaume-Uni, les Pays-Bas et la Belgique.

Ce marché est dorénavant au même niveau d’échanges que le marché global. Le développement de la consommation est porté par des tranches de populations jeunes.

 

Sources :

OIV: « The rosé wine market » / France agri mer : « Marché du vin rosé »

Photo credit : pedrik via flickr.com

Pablo Alvarez Pablo Alvarez

Passionné de vin avec une grande expérience personnelle dans ce domaine. Grande connaissance du marché en soi et plus spécifiquement du marché espagnol. En tant qu’ingénieur agronome spécialisé en viticulture et œnologie, j’ai continué ma formation avec le WSET 2.

Soft Skills :
- Résolution de problèmes et compétences analytiques
- Ingénieux, avec des ressources pour trouver des solutions
- Vision positive et excellente communication interpersonnelle
- Présentation claire des concepts
- Langues : Anglais – Français – Espagnol – Allemand

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.