La culture à Genève, entre idées reçues et défis pour l’avenir

Print Friendly, PDF & Email

Genève est la ville d’Europe qui consacre la part la plus élevée de son budget à la culture. Pourtant, rares sont les personnes à être au courant de ce fait. Avec 20% de son budget alloué au secteur culturel, c’est plus qu’une ville comme Paris, Londres ou Rome (et de facto il s’agit du plus grand budget Suisse en la matière avec 243 millions de francs par an). Pourquoi la ville de Genève a-t-elle tant de peine à mettre en avant sa politique culturelle ? Si Genève n’est pas à ce jour une capitale culturelle en Europe, comment peut-elle booster son attractivité à l’avenir ? Tour d’horizon de ce que la ville propose à ses citoyens, ainsi que les perspectives en terme de développement culturel.

Il est indéniable que la cité de Calvin dispose de riches arguments en matière culturelle. Danse, théâtre, cinéma, musique, festivals… Les amis de la culture ont à leur disposition pas moins de vingt musées répartis sur un minuscule territoire de seize kilomètres carrés. Si le chiffre a de quoi impressionner, c’est surtout le manque d’information quant à cette diversité de l’offre qui laisse songeur. Plusieurs pistes peuvent être explorées afin de tenter une explication de cet état de fait. Premièrement, la tradition austère du calvinisme genevois est à prendre en considération. Celle-ci, profondément enracinée dans la culture de la cité et de ses habitants, empêche selon toute vraisemblance une mise en avant des institutions genevoises qui ont tendance à rester en retrait et par conséquent à ne pas communiquer autour de leurs activités.

5586893022_8a66424a68

Deuxièmement, force est de constater également que Genève est une petite enclave qui ne dispose d’aucun symbole fort susceptible d’attirer un public cible qui se déplacerait dans la ville à sa rencontre. Ainsi, l’exemple de villes comme Bilbao et son superbe Guggenheim ne pourrait pas s’appliquer ici. Manque de place et surtout manque de budgets et probablement d’ambition s’ajoutent à un système politique très particulier et décentralisé à l’inverse de pays européens, comme la France par exemple. Par ailleurs, les autorités doivent non seulement faire face au conservatisme de la ville, mais elles pâtissent également d’un problème conséquent de vision audacieuse. Genève a de la peine à s’adapter aux nouvelles demandes d’un public toujours plus friand de grandes expositions-événement, que des villes comme Paris intègrent pleinement à leur stratégie. S’ajoute à cela un problème de taille : les nouvelles acquisitions dont les musées du monde entier doivent consacrer une part plus ou moins importante de leur budget. A Genève, les nouveaux achats sont pour ainsi dire au point mort et l’attractivité des collections s’en fait durablement ressentir. Certes il convient de garder à l’esprit que Genève en tant que petite ville n’a pas les moyens de faire la compétition au Reina Sofia, à la Tate Modern ou au MoMa… Toutes proportions gardées, la cité pourrait néanmoins consentir à d’avantage d’efforts afin d’améliorer l’attractivité et la mise en valeur de son patrimoine artistique.

Le tourisme culturel genevois est plutôt tissé par des personnes qui sont de passage dans la ville pour des congrès ou des conférences internationales, et c’est là peut-être que se trouve l’atout de taille à disposition : profiter de cette dynamique et explorer tout le potentiel du rayonnement incontestablement international de Genève.

Ville de culture et de festivals

Si Genève est très loin de disposer de l’attrait des grandes capitales mondiales de la culture, l’idée reçue selon laquelle il s’agirait d’une ville qui ne propose rien d’intéressant est manifestement erronée. Nuit des musées, festival électron, aubes musicales, fête de la musique, festival de la Bâtie, nuit des Bains, Escalade… Les occasions quotidiennes de rencontres culturelles en tout genre ne se comptent plus, spécialement pendant la période estivale et ses événements en plein air. Ainsi, il convient de souligner les efforts des autorités afin de proposer aux genevois une multitude d’événements de qualité s’adressant à un auditoire aussi  hétéroclite que possible. Il est très fréquent à Genève d’avoir la chance d’assister à des concerts ou à des représentations théâtrales de très grande qualité, menés par des professionnels de renom et des célébrités internationales, souvent dans des lieux intimistes,alors que ces derniers se produisent habituellement dans les grands théâtres ou opéras du monde entier.

Parmi les projets d’envergure que la ville est en train de traiter, la ré-inauguration du Musée d’Ethnographie cette année en a été le point d’orgue. La très attendue nouvelle salle de l’Alhambra, la rénovation du Théâtre Saint-Gervais ainsi que les nécessaires travaux de rénovation du Grand-Théâtre comptent également parmi les chantiers conséquents à venir.

En misant sur sa position stratégique, sur le dynamisme de sa multiculturalité ainsi que sur son orientation internationale, la ville de Calvin a un rôle certain à jouer dans l’Europe de la culture. En adoptant des stratégies plus efficaces et une vision ambitieuse pour son rayonnement culturel, Genève a toutes les cartes en main pour devenir cette métropole attirante pour les amateurs d’art et de culture.

Sources : Le Temps1, 2 Tribune de GenèveFrançoise-Hélène Brou, critique d’art

Photo credit : Geoff Livingston via Flickr.com under Creative Commons licence

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.