L’ASFL, une association pas comme les autres

Print Friendly, PDF & Email

asflL’ASFL (Association Suisse pour la Formation professionnelle en Logistique) est une association créée en 1988. Elle participe non seulement à la formation des formateurs en entreprise pour les métiers de la logistique, mais elle organise aussi des cours de formation pour les experts et surtout, pour le gros de son activité, elle prône la formation des logisticiennes et logisticiens à plusieurs niveaux : AFP (attestation fédérale de formation professionnelle), CFC, Brevet Fédéral et Diplôme Fédéral. Cette association donne une palette intéressante de cours de formation continue pour les différentes entreprises, en fonction des vœux et des besoins des entreprises qui travaillent dans le domaine de la logistique.

Nous avons rencontré le directeur de l’ASFL de  Fribourg (Marly), Jean-Bernard Collaud, pour qu’il nous présente un peu plus son établissement.

Les différents diplômes

L’ASFL délivre différents diplômes reconnus dans toute la Suisse. Elle promeut la formation continue et le perfectionnement professionnel pour les spécialistes de la logistique sur le plan suisse, ainsi que la délivrance des cours interentreprises obligatoires et d’autres offres de cours pour garantir la qualité de l’enseignement professionnel dans ce domaine.

L’Attestation Fédérale de Formation (AFP)

L’attestation fédérale de formation professionnelle (AFP) est un titre reconnu dans toute la Suisse, tout comme le certificat de capacité (CFC). Une formation AFP dure deux ans, alors que celle du CFC dure trois ou quatre ans (selon la formation envisagée). L’AFP s’adresse à des personnes dont l’orientation les envoie plutôt vers des métiers manuels qui nécessite du talent comme compétence.

Comme pour le CFC, il s’agit d’une formation en alternance (pratique en entreprise et théorie à l’école professionnelle). Pour l’AFP, l’étudiant passe généralement quatre jours en entreprise et un jour à l’école professionnelle.

Un professionnel peut entamer l’apprentissage de logisticien AFP qui dure deux ans. Il peut ensuite décider d’obtenir un CFC. Il fait alors deux ans d’apprentissage en plus pour obtenir un CFC de gestionnaire en logistique.

L’autre alternative serait d’obtenir de bonnes notes à l’école et de faire un apprentissage de trois ans directement après l’école obligatoire.

Le CFC en entreprise  

CFC en entreprise (formation duale)

La formation duale (entreprise-école) permet à l’apprenti de travailler trois à quatre jours par semaine dans l’entreprise qui l’a engagé. Les autres jours, il suit des cours théoriques, notamment dans un Centre de formation professionnelle (CFP) lié à son pôle.

Brevet Fédéral et Diplôme Fédéral de logisticien 

Le Brevet Fédéral est une formation qui se situe entre le CFC et le Diplôme Fédéral. Le Brevet Fédéral se prépare en plus ou moins 350 heures sur deux semestres, en dehors des heures de travail en entreprise. La formation au Brevet Fédéral est dispensée sous forme de modules. Elle est axée sur des compétences professionnelles (stockage, distribution et production) et sur des compétences générales (management du personnel & conduite des collaborateurs, management de projet, management de qualité, etc.) pour les candidats appelés à occuper des postes à responsabilités.

Ensuite, les détenteurs du Brevet fédéral peuvent envisager de poursuivre leur formation pour obtenir le Diplôme fédéral de logisticien qui se prépare en plus ou moins 510 leçons, soit trois semestres supplémentaires sur l’approfondissement des divers domaines du Brevet Fédéral

 JB-CollaudQuels types de participants viennent faire leurs études à l’ASFL?

« L’ASFL accueille plus de 5’000 participants pour 1’000 entreprises qui suivent plusieurs des 60 formations disponibles » selon Jean-Bernard Collaud.

La plupart des étudiants AFP et CFC sont des jeunes qui représentent les trois régions linguistiques et qui sortent de l’école obligatoire. Ils continuent leur activité à l’école professionnelle et sortent couronnés d’un diplôme d’AFP ou de CFC, qui leur permet d’entrer dans le monde du travail professionnel.

Compte tenu du nombre de jeunes dont les qualités manuelles ne sont plus à démontrer et qui se retrouvent malgré eux dans la « précarité » de formation, l’ASFL a mis sur pied, avec la collaboration des offices cantonaux, une formation qui cible une frange de jeunes qui présente « des difficultés telle que manque de maturité dans les branches générales». Pour les apprentis AFP, la première année du CFC est étalée sur deux ans durant  lesquels les maîtres spécialisés insistent sur les branches professionnelles. Ils ont la possibilité de pouvoir utiliser une passerelle pour rejoindre la deuxième année de CFC.

C’est avec fierté que le directeur note une croissance de 12%  de filles dans la formation de  logisticiens avec CFC. 

La « crème de la crème » des enseignants

Les enseignants qui dispensent des cours au sein de l’ASFL sont des formateurs d’adultes. En plus des compétences professionnelles dans le domaine dans lequel ils enseignent, ils possèdent une formation complémentaire dans le domaine de la pédagogie, qui constitue  le minimum requis pour pouvoir enseigner. Ce sont aussi des personnes que le centre forme pour dispenser des formations au sein des entreprise. En ce qui concerne les formations supérieures, ce sont des formateurs reconnus ou des enseignants officiels qui ont des capacités, des compétences et des connaissances importantes dans le domaine de la logistique. Par exemple. le cours d’approvisionnement sera dispensé par un spécialiste de l’approvisionnement, celui de l’expédition par un spécialiste de l’expédition, etc.

Quant à l’enseignement aux écoles professionnelles, les responsables de chaque formation feront leur choix en fonction des critères techniques et technologiques, mais aussi de l’aspect pédagogique. 

Formation au sein des entreprises

L’ASFL dispense des formations dites « formations continues » au sein des entreprises. Une entreprise peut demander à L’ASFL un programme de formation pour son personnel pour différentes raisons. Dans ce cas, un formateur ou le directeur se rend sur place pour discuter, évaluer la situation et proposer des formations adéquates à la résolution des problèmes, afin que ceux-ci ne puissent plus se reproduire. Il  faudra donc mettre en place une « formation sur mesure » en fonction de la demande du client et d’un programme bien défini qui se déroulera sur deux ou trois jours.

En formation et en emploi

La plupart des étudiants qui suivent les formations sont en emploi, car  « on ne peut pas faire une formation AFP, CFC ou Brevet Fédéral sans emploi » nous confie le directeur. Du fait de sa collaboration étroite avec les offices cantonaux de formation professionnelle et du Secrétariat d’Etat à la formation, à la recherche et à l’innovation (SEFRI), l’ASFL contribue aussi à la formation des formateurs en entreprise, organise des cours de formation pour les experts aux procédures de qualification et dispense des formations aux apprentis logisticiens AFP et CFC.

La très bonne collaboration avec les entreprises permet à l’ASFL d’accueillir des dizaines de milliers de participants par an (en 2004, 11.010 participants et en 2007, 14.532 participants). C’est d’ailleurs la raison pour laquelle un deuxième centre de formation a été créé à Chavornay, dans le canton de Vaud, début février 2014. En soutien à l’ASFL, ce centre a pour but de se rapprocher des clients d’un point de vue stratégique et géographique.

Un des aspects importants évoqué par Jean-Bernard Collaud est que l’ASFL met tout en œuvre pour retrouver un employeur à l’étudiant en cours de formation qui perd son emploi, parce que son entreprise vient à fermer ses portes, pour des raisons économiques.

Valeur ajoutée des étudiants de l’ASFL

Les logisticiens qu’ils soient titulaires d’un AFP, CFC, Brevet fédéral ou Diplôme Fédéral sont reconnus de manière claire et précise au sein de l’économie. Pendant longtemps la profession de magasinier ne bénéficiait guère de reconnaissance. Il a fallu l’implication de Jacques Kurzo, chef expert et cheville ouvrière de la validation des acquis de l’expérience, pour renouveler la profession et trouver un autre nom : gestionnaire en logistique.

Le but de l’ASFL est de mettre à la disposition des entreprises des étudiants capables d’optimiser le travail sous toutes ses formes, que ce soit dans la réception de la marchandise, la mise en stock, la gestion des marchandises au sein d’un stockage, ou éventuellement, de la préparation de celle-ci jusqu’à son expédition. Il faut trouver des méthodes et des processus de travail pour réduire les coûts d’une part, mais aussi pour faciliter le travail des personnes qui portaient auparavant des charges extrêmement lourdes alors que maintenant, il existe des machines pour faire cela.

Un réseau d’anciens étudiants ?

Un réseau d’anciens étudiants de l’ASFL n’existe pas réellement. Cependant, l’ASFL garde  toujours un contact avec les titulaires d’ AFP, CFC, Brevet Fédéral ou Diplôme Fédéral s’ils souhaitent devenir membre de l’association. Ceux qui ne souhaitent pas être membre sont libres de tout engagement. Néanmoins Jean-Bernard Collaud est conscient de l’importance de cet aspect : « Nous sommes une association d’une part, et d’autre part, nous sommes friands de la ressource que représentent ces étudiants que nous avons formés, qui sont plein de connaissances et de compétences, pour pouvoir transmettre celle-ci aux jeunes. Ce n’est pas un réseau, mais c’est un lien d’amitié et surtout un lien de compétences et de connaissances qui est régénéré pratiquement chaque année ».

L’ASFL, la solution logistique

L’ASFL répond non seulement aux attentes des étudiants, mais aussi à celles des entreprises. Grâce à ses formations dispensées de façon bien ciblée, elle soulage et solutionne beaucoup d’entreprises qui ont des problèmes spécifiques à la logistique. La qualité des enseignants dont la conscience professionnelle est une marque de l’ASFL fait de cette association une des meilleures dans son domaine en Suisse. En effet, l’ouverture d’un nouveau centre à Chavornay, pour soulager le centre de Marly,  montre bien que les besoins existent. Elle a donc encore de beaux jours devant elle.

Sources:

http://www.berufsberatung.ch/dyn/30538.aspx?id=216

http://www.svbl.ch/bulletins_42fr.php

Comments

  1. Anonyme

    La richesse des filières de formation professionnelle en Suisse est impressionnante. Il est réjouissant que la profession de logisticien soit aussi bien reconnue. Et tout cela grâce à une association. Un beau modèle pour d’autres industries.

  2. leungue herve

    Bonjour Monsieur Abanda !
    J’ai succinctement lu ce qui précéde et j’aimerais en savoir un peu plus.
    Je suis membre d’une coopérative d’intermédiation entre investisseurs et porteur de projet et promoteur d’un projet d’équipement de villes nouvelles et des logements sociaux.
    sincèrement,
    Herve Leungue

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.