Les festivals de films ont-ils un futur ?

Print Friendly, PDF & Email

festivals

Partout, dans le monde, depuis le mois de mars, cela a été une hécatombe pour les festivals. Ils sont tombés les uns après les autres, du plus prestigieux, aux festivals indépendants.

Sommes-nous arrivés au point où ceux qui s’adapteront le plus vite seront les survivants, comme dans la nature ?

 

Des festivals mis à mal par la pandémie

Localement, nous pouvons penser au FIFDH qui a lieu en mars et qui a dû fermer presque du jour au lendemain, pour offrir un festival en ligne de dernière minute.

Visions du Réel a lui aussi dû s’adapter avec à peine un peu plus de temps, pour une édition en ligne.

Il a fallu une pandémie pour mettre à terre le prestigieux et mondialement connu, Festival de Cannes qui, depuis sa création n’a annulé qu’une seule édition (1946).

 

L’envers du décor d’un festival

Qu’est-ce qu’un festival de film pour vous ? Tapis rouge, célébrités et robes de gala ?

Cependant, un festival, quel qu’il soit, demande une organisation énorme que ce soit en temps, ou en énergie. Il peut également employer des milliers de personnes dans des branches professionnelles différentes. Alors, quand un festival est annulé à la dernière minute, cela peut faire des dégâts énormes. Par exemple, le Salon de l’Automobile de Genève est au bord de la faillite depuis sa fermeture obligée au mois de mars. Dans une situation similaire, un studio de production indépendant comptant sur la saison festivalière pour présenter leur film et avoir espoir de le vendre, peut facilement se retrouver sans rien.

 

Certains festivals se réinventent déjà !

Mais certains festivals n’ont pas attendu que le couperet tombe pour prendre les choses en main. Le festival londonien Barnes Film Festival a par exemple pris dès mars la décision de présenter leur édition de juin en ligne. La très prestigieuse Biennale de Venise, elle, va carrément s’étendre au niveau de la réalité virtuelle (VR) et proposer des films en compétition créés pour la VR.

Les questions que nous pouvons nous poser sont : Est-ce que nous sommes prêts à une telle évolution dans nos habitudes et d’aller à un festival dans notre salon. Est-ce qu’ils peuvent survivre sans un public présent ?

Seul le futur pourra répondre à certaines de ces questions, mais dans les semaines à venir, j’espère avoir une vision plus claire de ce qu’il en est, avec des prochaines interviews avec certains acteurs primordiaux des festivals de la région.

Restez connectés !

Stay tuned !

 

Lecture complémentaire :

 

NIFFF : Anniversaire, streaming et COVID-19 par

Crédit photo : Barnes Film Festival

Anna Pisano Anna Pisano

I am a self-taught “Jane of all trades” in communication, online and offline.

I have a « can do » spirit and it’s this attitude that helped me dive into Premiere Pro and edit promotional video clips and a 16min interview after watching a 20min tutorial on YouTube. I’ve also done pamphlets and banners using desktop publishing software, helped colleagues produce IG Live events, and worked on strategies, content creation, and setting up monthly publishing schedules.

All my past experiences have shown me that I love to support my co-workers in their job and work within a team. All in one I have been lucky to do what I love doing- working in communication’!

In fact, I think it’s fair to say that there’s nothing I love hearing more than, “Anna, can you help ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.