L’investissement responsable et durable sur le marché financier

Print Friendly, PDF & Email

investissement -main avec une plante dollar en potL’éthique et la finance : deux mondes qui paraissaient diamétralement opposés jusqu’ici. C’était sans compter sur l’Investissement Socialement Responsable (ISR), une notion qui connaît actuellement un essor spectaculaire.

 

Au début, il y eut l’ISR

En effet, la notion d’éthique dans le monde financier s’établit dès les années 70. Dans les années 80, on reconnaît le besoin de développer de nouvelles méthodologies afin d’investir dans des sociétés plus éthiques et d’éviter celles ayant des méthodes controversées. L’ISR était né.

Dès les années 2000, l’« Impact Investing » (investissement d’impact) ajoutera un degré supplémentaire aux critères de responsabilité et de durabilité d’une entreprise. En effet, ce type d’investissement s’intéresse même à l’impact que les projets d’investissements de l’entreprise peuvent avoir sur l’environnement et la société.

 

En clair, de quoi s’agit-il ?

Concrètement, la finance durable consiste à générer un rendement financier, tout en respectant des normes écologiques et sociales. Ses méthodes d’analyses sont axées sur trois grands critères : Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG).

Par exemple :

  • Environnementaux : absence de substances dangereuses pour l’environnement, réduction de quantité de déchets, réduction d’émissions de CO2, consommation énergétique, etc.
  • Sociaux : création d’emploi, absence de danger pour les producteurs et utilisateurs, absence de discrimination dans les lieux de production, conditions de travail décentes, etc.
  • Gouvernance : lutte contre le gaspillage, utilisation optimale des ressources, longue durée de vie des produits, rémunération des cadres supérieurs, etc.

 

Ça se passe chez nous, en ce moment même

A Genève, l’association SFG « Sustainable Finance Geneva » nous prouve que les investissements durables sont tout aussi rentables que les investissement traditionnels. Actuellement, c’est l’ensemble de la place financière qui est en mutation. Il ne s’agit plus de savoir s’il faut investir dans ce secteur, mais comment. Son livre « le monde change, la finance innove » nous présente d’ailleurs 60 innovations financières face à 10 changements globaux pour promouvoir la finance durable.

Du côté des Caisses de Pensions suisses également, la tendance s’accentue. Première caisse de pension écologique et éthique de Suisse, Nest Fondation investit son capital de manière responsable et, chiffres à l’appui, nous prouve qu’après 34 ans, elle reste à l’avant-garde de la tendance en investissements durables.

Professeur à l’Université de Genève, Philipp Krüger nous confirme que les investissements durables sont rentables. Ils incluent une vision à long terme, tout en respectant les critères ESG. Mais il existe plusieurs approches différentes, les objectifs visés étant accessibles à des degrés variables.

 

Comment ?

Alors comment choisir où investir ? Pour établir l’évaluation des entreprises, sont nés des organismes d’analyses sociétales permettant de les noter en terme de développement durable. Ces organismes se sont développés rapidement pour faire face à une demande croissante de la part des investisseurs. On peut citer Sustainanalytics, leader global en ESG, ou encore InRate et RepRisk, en Suisse. De son côté, la Fondation Ethos, groupe de caisses de pension suisses, a par exemple créé Ethos Services et emploie ses propres analystes ESG pour ses investissement durables.

Les analystes sont en charge de mettre en évidence le niveau d’implication des entreprises dans les problématiques de développement durable, selon les critères ESG. Ils collectent les données et interrogent les dirigeants. Puis, ils comparent ces indicateurs avec des indices de référence. Suite à leur évaluation de la société, ils peuvent élaborer des recommandations en fonction d’une grille d’analyse axée sur la responsabilité sociale. L’important étant d’obtenir des données fiables et homogènes.

 

En conclusion

Comme évoqué récemment dans nos lignes, Genève a été sélectionnée par les Nations Unies pour devenir une plateforme de la finance durable. Toutefois, si le sujet semble important, il manque encore à ce jour en Suisse un vrai leader, capable de sensibiliser l’ensemble du secteur à la finance durable. En regardant de près,  nous nous rendons compte que nous n’en sommes encore qu’au début. La problématique du développement durable est dans l’esprit de chacun, mais au niveau de la place financière, il reste encore du chemin à faire.

 

Sources :

Le Temps : https://www.letemps.ch/economie/clients-demain-voudront-investissements-responsables

La Vie Economique : https://dievolkswirtschaft.ch/fr/2015/12/krueger-01-02-2016-franz/

SFG : http://www.sfgeneva.org/

Photo credit : geralt via pixabay.com

Samantha Rodel Ansuini Samantha Rodel Ansuini

Avec plus de 14 ans d'expérience en analyse de données, je suis un élément central au sein d'un team, faisant le lien avec différents départements.

Pragmatique, synthétique et orientée résultats, je travaille toujours en pensant à l’utilisateur final et à ce que cela pourra lui apporter. Fournir un tas de données en vrac n’est pas ce qui m’importe. Au contraire, mon côté empathique me donne envie d’optimiser mes analyses en fonction du besoin de mon interlocuteur.

Ce que je fais concrètement ? Je récolte des informations et des données. Tel un entonnoir, je vais les manipuler, les vérifier et les analyser, pour les redistribuer dans le format approprié : un fichier source pour un programme informatique, une analyse complète sur Excel, une présentation PowerPoint ou une communication avec chiffres à l’appui.

De nature stable, calme et discrète, j’aimerais intégrer une équipe et savoir que le but essentiel de notre travail servira une juste cause.

_____ _____ _____

With more than 14-years’ experience in data analytics, I am a central element of any team, working closely with other departments.

Pragmatic, results-oriented and with a natural ability to interpret and analyze data, I always keep in mind who is the final user and how I can be the most helpful. Just providing analyses in bulk is not what I’m looking for. What makes me happy is when I can provide the information which is most useful to the end-user.

What I’m doing concretely? I collect information and relevant data. Then, like an information funnel, I manipulate, verify, analyze this data, and then present it in the appropriate format: an input for a program or computer, a complete analysis on Excel, a PowerPoint presentation.

Stable, calm and discreet, I would love to join a team where the essential purpose of our work is to serve a cause.

Comments

  1. Gabriela

    Article vraiment très intéressant sur un sujet qui devrait être mis en avant, surtout sur la scène entrepreneuriale. Les références et liens à des acteurs existant sur le plan du ESG m’ont beaucoup plu. Bravo!

  2. Samantha Rodel Ansuini

    Merci pour votre message et vos commentaires positifs. Oui restons à l’écoute : en effet, de nombreux éléments très intéressants se mettent en place à l’heure actuelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.