La Nuit de l’Hôtellerie : l’envers du décor

Print Friendly, PDF & Email

Nous avons rencontré Vanessa Weill qui organise La Nuit de l’Hôtellerie afin d’en savoir sur plus sur son parcours et sur les dessous de l’évènement en lui-même.

Logo

 

Le parcours d’une personne qui concrétise les rêves !

Née à Paris, Vanessa Weill a aussi vécu en Angleterre avec sa famille. Fruit d’une culture anglo-saxonne et française, Vanessa garde un lien très fort avec la France.

Elle s’installe en Suisse à l’âge de 12 ans. Très tôt, son goût pour les voyages s’affirme. Il s’exprime d’abord par ses déplacements à Paris et ailleurs avec ses parents, et petit à petit se développe à travers son intérêt pour les voyages et l’hôtellerie.

Formée en tant qu’attachée de presse et spécialiste en relations publiques, Vanessa Weill multiplie les emplois en relation avec le divertissement et la relation avec les clients. Elle a travaillé dans les clubs Med et en tant qu’hôtesse de l’air, dans l’aviation privée. Elle organise le système d’accueil d’une compagnie d’aviation privée au Bourget. Très tôt, son sens du service se développe, elle enrichit son expérience en travaillant avec des organisateurs d’évènement.

Vanessa Weill poursuit son ascension en travaillant pour l’attaché de presse de Christophe Lambert pour radio Plus. Elle a toujours été tournée vers la communication et le domaine du luxe, tout en étant proche du public. Très orientée client, elle met en pratique ses compétences en organisant des évènements, notamment ceux d’un joaillier à Cannes ainsi que des expositions à Monaco.

La Nuit de l'Hôtellerie

 

Communication et service client

Vanessa Weill bénéficie d’un parcours très varié axé sur la communication et le service client. Elle a évolué à une époque où les compétences et les valeurs humaines étaient mises en avant plutôt que les diplômes, ce qui lui a permis de faire différentes activités.

Vanessa Weill a commencé à travailler très tôt, à l’âge de 17 ans, par envie et par passion de la communication, des médias et de l’organisation. Elle a toujours été en contact avec des gens dans des univers variés qui font rêver. Depuis 16 ans, elle travaille à la RTS et elle est actuellement chargée de production à 50%.

C’est aussi ce qui lui permet aujourd’hui d’organiser cet évènement tant attendu par les habitants de la Cité de Calvin qui n’est autre que la Nuit de l’Hôtellerie.

 

La passion d’une outsider

Ne connaissant pas le milieu de l’hôtellerie, ses codes, ni les retombées économiques du projet, il a fallu beaucoup de patience, de courage, d’audace et de passion pour présenter son idée. Son sens relationnel et organisationnel, et sa vision globale ont aussi beaucoup compté.

Elle a eu envie de faire découvrir ce milieu. L’intérêt de Thierry Lavaley, président de la Société des Hôteliers de Genève et directeur du Grand Hôtel Kempinski, n’a fait que conforter l’idée qu’il y a un véritable intérêt des hôteliers à participer à cet évènement. Cela a donc motivé d’autant plus Vanessa Weill à démarcher chaque hôtel afin de leur présenter le projet!

Même sans mener d’étude de marché, le succès était au rendez-vous, car elle est l’interface entre le client et les hôtels et les partenaires : elle n’achète et ne vend pas, mais met sur pied un projet qui a pour but de faire connaître ses clients.

L’une des difficultés majeures qu’elle a eue à affronter est le côté commercial. Sans formation dans ce domaine, elle a tout de même dû vendre des espaces sur un site internet et mener une campagne publicitaire.

Grâce à sa passion et à ses petites abeilles, qui lui bourdonnent dans l’oreille et l’aident dans différents domaines, elle a mené ce projet de A à Z. Cette fête, n’aurait pas pu exister sans son enthousiasme, son insouciance et son innocence.

 

Les défis et les victoires

Pour Vanessa Weill, ce projet n’a pas présenté de challenge, mais de petites victoires !

Elle mentionne le fait que certaines personnes l’ont contactée pour travailler avec elle alors que le projet était à peine lancé, et parle aussi de l’intérêt de l’Office du Tourisme de Genève.

Le vrai challenge, étant donné la forte demande, était de réussir à contenter tout le monde, d’augmenter le nombre de chambres, et d’essayer d’attirer la clientèle sur les autres activités qu’offre La Nuit de l’Hôtellerie.

Un autre exemple de victoire, consiste à regrouper à la fois les professionnels impliqués et 15 journalistes. Sa plus grande récompense a été de recevoir la Rose de l’Illustré, qui pour elle vaut tous les oscars, car elle représente la reconnaissance de ses réalisations.

 

Conviction et persuasion

Faire appel à son réseau ne suffit pas pour obtenir des sponsors.

En effet, pour démarcher des sociétés, il faut convaincre de croire à son projet et ce qu’il peut leur apporter et leur faire comprendre qu’il s’agissait d’une occasion unique de se promouvoir.

Il fallait faire de cette nuit un événement exclusif. Le but est de trouver des partenaires qui puissent être intéressés pour qu’ils contribuent à la légitimité de la Nuit de l’Hôtellerie.

Très vite, des entreprises telles que l’Ecole Hôtelière de Genève et Hotelis, qui est  le «partenaire emploi» de nombreux acteurs du domaine de l’hôtellerie, ont signalé leur intérêt.

Ladurée, qui depuis tant d’années détient le secret pour mettre en éveil nos papilles, notamment avec leurs célèbres macarons, Caviar House, qui est un produit haut de gamme et luxueux, Elis et l’Office du Tourisme de Geneve ont rejoint la liste des partenaires.

Devant l’engouement du public, ils ont trouvé dans la Nuit de l’Hôtellerie une belle opportunité pour se faire connaître et mener une campagne de publicité qui se fait presque toute seule, grâce à la réussite rencontrée par cet évènement qu’est La Nuit de l’Hôtellerie.

Au début, certains hôtels étaient sceptiques sur le fait qu’une personne extérieure au monde de l’hôtellerie puisse proposer un tel évènement. Mais la légitimité et le capital confiance de Vanessa Weill ont été renforcés lorsqu’elle a reçu l’appui de la Société des Hôteliers de Genève, et quand les gens ont compris ses motivations. L’idée du projet n’est pas de faire de l’argent, mais de promouvoir les hôtels, tout un corps de métier, et surtout de démystifier les métiers de l’hôtellerie.

 

Un événement unique en pleine expansion

La Nuit de l’Hôtellerie est un évènement qui s’imagine encore et a le potentiel de s’installer dans la durée, à un niveau mondial – de même que la fête de la musique ou que le salon de l’automobile – grâce à sa pertinence et son originalité qui transgresse tous les codes.

D’autres événements similaires existent, mais aucun ne propose une telle variété, ni ne réunit autant de professionnels.

Ce qui caractérise avant tout la Nuit de l’Hôtellerie c’est l’opportunité de montrer le savoir-faire suisse, le service par excellence, dans un univers agréable où tout a été pensé.

En prenant un simple café, le client peut se sentir transporter dans un autre monde où le mot service a encore un sens, quel que soit votre budget.

 

Tout une équipe au service du public

Tout est une question de partage et de volontariat. A partir du moment où elle savait ce qu’elle voulait faire, Vanessa Weill a foncé. Elle a bénéficié de l’aide précieuse de son mari et d’amis qui l’ont aidée dans différents aspects du projet. Au final, la Nuit de l’Hôtellerie est une organisation familiale. Les membres de l’équipe sont unis par un lien très fort et partagent avec beaucoup de passion les moments agréables tout comme les moments plus difficiles. Vanessa trouve sa satisfaction au service d’autrui : motiver les professionnels et les pousser à donner le meilleur d’eux-mêmes.

Il s’agir de montrer au public ce qui se passe derrière le voile, faire découvrir des petits plaisirs… Permettre à tout un chacun de pouvoir prendre un café dans un palace servi par une personne bienveillante, qui est là pour vous faire découvrir un univers dans un décor idyllique, accorder à tous de profiter du calme et du luxe au même prix qu’un café au Starbucks.

Il ne s’agit pas d’une question d’argent, mais plutôt d’une attitude.

Mettre en valeur les hôtels, briser les codes et être au service de tous sont les leçons à tirer de cette expérience.

 

Un événement à suivre !

Vanessa a de la suite dans les idées, puisqu’une seconde édition est déjà prévue à Genève en 2019. Puis la Nuit de l’Hôtellerie ira vraisemblablement poser ses bagages sur la Riviera et – qui sait – peut-être dans les pays voisins !

Cedric Fidele Cedric Fidele

As an Event Coordinator, I have managed the development and implementation of different projects from workshops, round tables or courses, to forums and events with over 1,000 participants.

I am involved in every stage of the process from planning and delivery to post-event follow up. In every situation, though one thing is always present: my focus on top quality client service in French and English. How do I do this?

By:

Listening - so I fully understand the needs of my clients
Communicating - creating and building relationships so I can effectively convey what the client wants
Organizing - planning ahead and being proactive to ensure we respect our deadlines

Comments

  1. Jeanine Witt et Peter Bromley

    Félicitations pour la nuit de l’Hôtellerie.

    Bien chère Vanessa,

    Nous n’avons appris votre projet que dans le journal Le Matin le 25.05.18. Bien sûr que tout était complet.

    Étant du 3ème âge, si lors d’une nouvelle Nuit, comment pouvons nous être mis au courant dans les temps nécessaires?

    Très bonne continuation à vous, et encore un grand bravo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.