Fin de l’Opération Papyrus ! Et après ?

Print Friendly, PDF & Email

Opération Papyrus

Depuis 2015, l’Opération Papyrus est le nom qu’a donné le canton de Genève au processus de normalisation des personnes sans papiers. Ainsi, en collaboration avec des associations actives dans la défense des droits des étrangers, le canton tend à lutter contre la sous-enchère salariale et le travail au noir, pour tenter de combattre au mieux la traite des personnes et de protéger les personnes en situation irrégulière.

 

Conditions d’octroi

Cependant pour bénéficier de ce processus, certaines conditions doivent être remplies : cinq ans de séjour pour les familles et dix ans pour les célibataires, connaissances de base du français, ou indépendance financière.

 

Clôture du projet Papyrus

Cette Opération Papyrus avait été annoncé dès le départ, en février 2017, comme un projet pilote et était donc défini dans le temps.

La fin de l’opération Papyrus a été fixée au 31 décembre 2018, date limite pour le dépôt des dossiers de régularisation auprès de l’Office cantonal de la population et des migrations.

 

La situation actuelle

Aujourd’hui qu’en est-il ? Les régularisations pourront continuer, bien que l’Opération Papyrus se soit terminée le 31 décembre.

Une solution de remplacement s’est mise en place provisoirement, mais rien n’est définitif.

Nous pouvons en conclure que l’Opération Papyrus a été un projet nécessaire et novateur qui était un début de réponse à un problème non négligeable : le travail clandestin et tout ce que cela implique.

Cependant, il ne faut pas oublier que le problème n’est pas réglé. Il reste encore et toujours des personnes qui vivent dans des conditions inadmissibles. Il faut donc réfléchir à une solution à long terme pour que ces situations ne se répètent pas.

 

Sources : République et canton de Genève

Crédits photo : Domaine public, Lien

Mylene Jauslin Mylene Jauslin

Je suis une personne de nature altruiste et dotée d'une grande patience, cela me permet de m’investir avec constance et persévérance afin de mener à bien des projets à long terme.
J'ai toujours aimé me pencher sur l'analyse des faits, car je suis une personne objective et réaliste qui aime rendre compte de la réalité du monde qui nous entoure.
Je pense que l'on peut me comparer au roseau, je me plie mais ne rompt pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.