Organisations internationales et ONG : Quelle est la différence ?

Print Friendly, PDF & Email

Pour commencer, il est important de définir les deux types d’organisation que nous allons évoquer.

Une organisation internationale (OI) est une personne morale de droit public fondée par un traité international par des États ou des organisations internationales afin de coordonner une action sur un sujet déterminé dans les statuts.

Une organisation non gouvernementale (ONG) est une association à but non lucratif, d’intérêt public, qui ne relève ni de l’État, ni d’institutions internationales. Les ONG n’ont pas le statut de sujet de droit international.

 

Lien entre organisations internationales et organisations non-gouvernementales

ONGLes organisations internationales (OI) et organisations non-gouvernementales (ONG) sont très foncièrement liées. En effet, L’ECOSOC (United Nations Economic and Social Council) qui est l’un des six principaux organes de l’ONU constituée en 1945, et qui a un pouvoir exécutif et législatif, a permis de donner un véritable statut aux 250 ONG sur les 400 situées à Genève.

Les délégués de ces différentes organisations qui sont à l’étranger se retrouvent donc régulièrement à Genève pour diverses conventions et conférences, ce qui en fait une ville multiculturelle.

 

Différencier OI et ONG

ONGPour simplifier, concernant les organisations internationales à Genève, tout commence avec le Comité International de la Croix-Rouge (CICR), créée par le genevois Henry Dunant, en 1860.

Mais le véritable impact sur la ville de Genève au niveau international est la mise en place, en 1919, de la Société des Nations, ancêtre de l’actuelle Organisation des Nations Unies (ONU).

Depuis lors, se sont installées plusieurs organisations internationales, telles que l’OIT (Organisation Internationale du Travail), l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), l’OMPI (Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle), l’UIT (Union internationale des Télécommunications), l’OMM (Organisation Météorologique Mondiale), et le HCR (Haut-Commissariat pour les Réfugiés).

 

Le dynamisme international à Genève

C’est grâce à cet aménagement que les organisations non-gouvernementales ont réussi à s’implanter aussi aisément et de façon naturelle, à coopérer avec les organisations internationales, où les enjeux actuels et futurs de notre monde se déterminent et entrent en action.

Source :

http://www.ville-geneve.ch/themes/geneve-internationale/institutions-internationales-missions-permanentes-organisations-non-gouvernementales/organisations-internationales/
https://www.icrc.org/fr/document/fondation-et-premieres-annees-du-cicr-1863-1914

Photo credit : https://www.icrc.org/en ; https://www.un.org/ecosoc/en/home

Nina Milankov Nina Milankov

Le sens de l’entraide et le contact humain me fascine et me motive à progresser. Maintenant, avec quelques années d’expériences de support administratif dans des différents domaines, je suis intéressée dans l’administration sociale, les ressources humaines, et être utile à la Collectivité publique en général. Avec ma facilité de communication et mon empathie, j’apporte du soutien et de l’écoute aux autres, tout en restant sur une vision globale axée sur les solutions.

Comments

  1. NDERBE Anatole

    Bonjour,
    Je suis un technicien supérieur en ophtalmologie, de nationalité tchadienne, exerçant depuis 10 ans. Suite aux constats lors mes consultations en stratégies avancées et de mes expériences dans ce domaine et avec les autres techniciens, nous avons pu mettre sur pied en 2015 une association dénommée ASSOCIATION POUR LA PRÉVENTION DES MALADIES CECITANTES ÉVITABLES AU TCHAD, en abrégé APMCET.
    Cette association a pour objectifs, la lutte contre les maladies cécitantes par :
    – Mise sur pieds des centres périphériques de dépistage et de prévention des maladies cécité appelés CPDPC dans les districts sanitaire,
    – Formation des infirmiers responsables des centres de santé dans les dépistages de la baisse de vision et des premiers soins,
    – Formation des relais communautaires oculaires des centres de santé afin d’orienter les malades vers les RCS, formés pour cette charge,
    – Enfin contribution de façon pratique et concrète à l’amélioration de la structure et de la qualité du personnel à tous les niveaux.
    La cécité étant une maladie de la pauvreté, l’association a pu écrire plusieurs projets de formation des RCS et relais communautaires. C’est là le lieu où faire passer les messages de santé oculaire, allant de l’hygiène à l’équilibre alimentaire, et par des démonstrations pratiques pour prévenir le trachome, la carence en vitamine A, les diabètes, l’hypertension artérielle et la forte myopie.
    Nous avons pu selon nos moyens réaliser plusieurs émissions radiodiffusées et organiser à l’occasion de de la journée mondiale des GLAUCOMATEUX,une campagne de consultation et de distribution gratuite des molécules hypotenseurs (timosol 0.5%) aux malades nécessiteux dans un village à environ 5km au sud de la province du Mandoul.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.