Les Sapins Genevois : une alternative au gaspillage systématique

Print Friendly, PDF & Email

Sapin de Noël et bougies

Voilà bientôt venu le temps d’aller chercher un sapin de Noël, à décorer avec les enfants, et sous lequel déposer les cadeaux soigneusement choisis.

Et tout aussi tôt viendra le temps de ramasser les aiguilles piquantes qui joncheront le parquet, brunes et cassantes, et de se débarrasser tant bien que mal du tronc dégarni.

Si cela vous fatigue d’avance, si vous vous désolez de ce gaspillage annuel de conifères tout ce qu’il y a de plus respectables, il existe plusieurs solutions.

 

Mon faux sapin, roi des salons…

Vous pouvez tout simplement vous passer de sapin. Il est possible par exemple de décorer votre plante verte ou votre arbuste habituel de guirlandes et d’ornements classiques, pour un effet « sapin exotique ».

Une autre option est de mettre à profit vos dons de bricoleur et de créer un arbre de guirlandes, de livres, de bouteilles, de boites à œufs, que sais-je  – votre imagination est la seule limite !

Si le temps vous manque, il existe aujourd’hui aussi de nombreux modèles de sapins en plastique, de plus en plus réalistes, que vous pourrez remiser à la cave entre deux célébrations.

Mais pour certains, rien ne remplacera jamais le vrai sapin de Noël. Heureusement, nous ne sommes plus condamnés à choisir entre le faux sapin et le sapin coupé. Depuis 2005, les Sapins Genevois proposent à la vente des sapins en pots, écologiques, et cultivés localement.

 

Le sapin du terroir… avec un peu de son terroir !

L’idée et le procédé, mis au point par le jeune horticulteur Neil Etienne, permettent non seulement d’éviter la coupe et l’importation massive d’arbres de l’étranger, mais aussi de limiter la pollution due à l’incinération des sapins coupés après les fêtes.

Il est possible d’acheter les sapins en pot – il s’agit plus précisément d’épicéas plantés et cultivés à Genève – par le biais d’internet (du 6 novembre au 21 décembre). Vous pouvez aussi vous en procurer directement à la pépinière (les 2 et 3 décembre), ou en vous rendant au marché des sapins de Noël au Rond-Point de Plainpalais (du 2 au 24 décembre). Des livraisons sont organisées pour les commandes effectuées en ligne.

Selon la taille et l’âge de l’arbre (de 5 à 13 ans ; de 80 à 220 cm), votre sapin en pot vous coûtera de 70 à 220.- La somme peut paraître importante. Cependant, contrairement aux sapins coupés, vous ne devrez pas en racheter chaque année. L’achat d’un sapin en pot représente un investissement plus important au départ, mais cet investissement est rentabilisé en deux à trois ans, suivant les espèces et les revendeurs.

 

Branche de Sapin

La garderie des sapins

Un autre souci potentiel est la conservation des arbres tout au long de l’année.

Certes, vous ne voulez pas jeter votre sapin à la poubelle début janvier, mais vous n’avez peut-être pas la possibilité de le conserver chez vous.

En effet, les sapins en pot ne doivent pas rester plus de deux à trois semaines en intérieur. Cependant, nous n’avons pas tous un jardin où entreposer voire replanter un sapin.

Voilà pourquoi les Sapins Genevois proposent également un service de garderie.

Sur demande, ils passeront rechercher votre sapin après les fêtes pour le replanter dans la pépinière d’ici aux prochaines fêtes. Le prix de la garde varie entre 5 et 10 francs par mois selon la taille de l’arbre.

 

Tout est donc prévu pour que vous puissiez profiter d’un beau sapin de Noël pour les fêtes, tout en respectant mère nature par la même occasion. Un magnifique sapin plein de vie et une conscience tranquille, que demander de plus ? Simplement un joyeux Noël à vous tous!

 

Pour plus d’informations :

Post scriptum : Au moment de publier, nous apprenons que les Sapins Genevois ne seront pas à même d’assurer leur activité cette année et qu’ils reprendrons leur culture pour 2018.

Toutefois, un concept similaire est proposé par écosapin. Il n’est cependant pas possible de louer le même sapin d’année en année, et pour l’instant les arbres proposés proviennent majoritairement de l’étranger.

Cela changera dans les années qui viennent, lorsque les sapins plantés en 2011 et 2013 à Cottens et Fribourg auront grandi.

Source : http://www.sapinsgenevois.ch/

Crédits photo : StockSnap via pixabaysatschnt via pixabay

Amanda Spierings Amanda Spierings

Au terme d’un « parcours atypique », j’ai trouvé ma voie et je me consacre désormais à l’écriture en tant que rédactrice, relectrice et traductrice indépendante à L’écritoire : https://www.lecritoire.ch/

Je suis titulaire d’une maîtrise en français moderne ainsi que d’un doctorat en philosophie. De nature polyvalente, j'ai travaillé dans différents milieux passionnants (universitaire, associatif, éditorial …) avant de me lancer à mon compte. Ces expériences m’ont beaucoup apporté et me permettent aujourd’hui de proposer une palette de services variés et complémentaires.
Quel que soit le domaine, quelle que soit la demande, je mets ma passion, ma curiosité, mon sens de l’écoute et mon exigence au service des différents projets qu'on me confie."

Des sciences dures aux sciences humaines, de la culture classique à la pop culture, des questions existentielles aux préoccupations quotidiennes, je navigue et crée des ponts entre ces différents univers et publics.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.