Qu’est-ce que le tourisme durable ?

Print Friendly, PDF & Email

tourisme durable‘’Nous ne sommes pas propriétaires de la Terre, nous en sommes les dépositaires pour nos enfants’’(sagesse Hopis)

Le tourisme est la plus grande industrie au monde. Quelques chiffres pour s’en convaincre :

1950 : 25 millions de touristes

2000 : 702 millions de touristes

2005 : 800 millions de touristes

Avec une progression de 4% par an, l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT) prévoit en 2020 1,5 milliards de touristes, soit 20% de la population mondiale.

Ce qui est à craindre ce sont les conséquences d’une telle croissance sur une génération si celle-ci n’est pas encadrée : impacts socio-culturels (érosion culturelle, choc des cultures) ; impacts et enjeux du tourisme sur l’environnement (consommation démesurées des ressources naturelles).

Côté environnement, notre chère planète en supporte plus que nécessaire. Depuis 1950, nous avons produit 9 milliards de tonnes de plastiques, dont 8 millions sont encore au fond de l’océan. A ce rythme, d’ici 2050, il y aura plus de plastiques dans l’océan que de poissons.

Le tourisme doit donc en tenir compte pour protéger la nature.

Tourisme et développement durable

En effet, le tourisme durable est un des grands piliers du développement durable.

L’esprit du Tourisme Durable a été inspiré de la déclaration de Rio sur l’environnement (Sommet de la Terre, 1992) et le concept a été élaboré lors de la Conférence de Lanzarote en 1995.

Le tourisme durable ou tourisme responsable est décliné sous plusieurs noms. L’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT) définit le Tourisme durable comme un « Tourisme qui tient pleinement compte de ses impacts économiques, sociaux et environnementaux actuels et futurs, en répondant aux besoins de visiteurs, des professionnels, de l’environnement et des communautés d’accueil ». Il existe plusieurs formes de tourisme durable :

 

Le tourisme durable : c’est une philosophie directement dérivée du développement durable qui comprend toutes les formes de tourisme respectueuses de l’environnement et du bien-être de la population locale.

Le tourisme communautaire est un tourisme dans lequel l’accueil est entièrement géré par la population locale.

Le slow tourisme permet de découvrir une destination à son propre rythme pour sortir des sentiers battus et aller à la rencontre des populations locales.

Le tourisme équitable s’inspire du commerce équitable que nous connaissons bien, il permet une rémunération plus juste des communautés locales.

Le tourisme participatif permet d’établir des relations entre les populations d’accueil et les voyageurs. Il s’agit d’une nouvelle forme d’hospitalité, le voyageur participe activement à la vie locale.

L’écotourisme ou tourisme vert est pratiqué en milieu naturel. Il estrespectueux de l’environnement et du bien-être de la population. Il serait une source financière naturelle pour les populations locales.

Le tourisme solidaire permet de créer un lien de solidarité entre le voyageur et les locaux. Le voyageur ou l’organisateur de voyages verse une participation financière aux locaux pour financer des projets visant à améliorer leurs conditions de vie.

L’agrotourisme est une forme de tourisme durable à la ferme avec les paysans. Le principe général est l’hébergement en chambres d’hôtes, la visite de la ferme, et la dégustation des produits du terroir. Le but est de faciliter la rencontre avec le fermier ou le paysan et de faire connaître leur vie et leur activité.

Le tourisme humanitaire consiste en un séjour éthique et durable. Le tourisme humanitaire participe à l’amélioration des conditions de vie des populations locales, par la transmission du savoir et l’aide au développement local ainsi que la participation des touristes aux tâches locales.

Voici quelques suggestions afin de laisser à nos enfants et aux futures générations le moyen de répondre à leur propre besoin :

  • Éviter de louer des voitures. Utiliser les bus locaux, le train ou le vélo ou tout autre moyen de transports non polluants.
  • Recycler journaux et magazines.
  • Éviter les couverts jetables
  • Faire comme vous faites chez vous à l’hôtel : ne pas rester des heures sous la douche, ne pas utiliser de nouvelle serviette chaque jour,
  • Réduire la consommation d’énergie.

Les deux concepts Tourisme et Environnement sont complémentaires. Les comportements positifs et responsables des touristes d’aujourd’hui et de demain transforment un simple voyage d’agrément en actes bénéfiques pour l’environnement et les populations locales.

Sources :

http://www.voyageons-autrement.com/index/tourisme-durable/enjeux-tourisme-durable/

https://www.cairn.info/revue-pour-2014-3-page-135.htm

Photo credit : King Julian Variation2 via flickr.com

Louis Stanislas Rasamson Louis Stanislas Rasamson

Avec mes 30 ans d’expérience en agence de voyages, Tour Opérating et Voyages d’Affaires, j’ai vécu depuis l’intérieur les différents changements et les chamboulements intervenus dans l’industrie des voyages: depuis la tarification et l’émission manuelles des billets jusqu’au tout électronique. C’est loin le temps où le client discutait en face de son agent de voyage devant un bon café au bistrot du coin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.