Une cinéaste Genevoise à l’honneur au nouveau cinéma NORD-SUD, avec le film : « LES INSOUMISES »

Print Friendly, PDF & Email
Laura Cazador et Fernando Perez Valdes

Le cinéma Nord-Sud

C’est après huit mois de travaux de rénovation que le traditionnel cinéma du quartier de la Servette a rouvert ses portes et accueille les cinéphiles dans deux salles. La Salle Nord, avec 166 places, et, la Salle Sud, avec 30 places, le tout sous la gérance de l’association «FONCTION : CINEMA». Le Nord-Sud reprend ainsi ses activités qui avaient débuté en 1951 sous la direction de la famille Darbellay, en programmant un film d’une Genevoise et un Cubain sur un personnage suisse controversé ayant vécu à Cuba, au début du 19ème siècle.

 

L’histoire derrière le film

L’avant-première du film : « Les Insoumises » de Laura Cazador et Fernando Perez Valdes a eu lieu en présence des réalisateurs. La coréalisatrice Laura Cazador, nous accorde une interview exclusive au cours de laquelle elle nous dévoile la double personnalité du personnage principale de son film : Henriette Faber, une Vaudoise originale et déterminée. Henriette adopte le nom de Enrique Faber et travestie en homme elle arrive à Cuba en 1819, âgé(e) de 22 ans, en tant que jeune médecin-chirurgien ayant décroché son diplôme à la Sorbonne.

 

Laura Cazador, son histoire

Dans l’entretien avec Laura Cazador, nous découvrons son amour pour le cinéma transmis par son père (distributeur en Suisse des Films Trigon) et ses expériences de comédienne et d’écrivaine. Laura a fait un travail de recherche historique et d’imagination pour reconstituer la vie de ce personnage. Il s’agit d’un film réalisé à quatre mains, avec la collaboration active de son maître, Fernando Perez, un cinéaste qui vit à la Havane, cofondateur du collectif cubain : « ESPERA, ESPERA, BIO PRODUCCIONES », qu’elle a rencontré à l’âge de 13 ans à Genève.

C’est sur l’invitation de Fernando Perez qu’elle va habiter à Cuba où elle étudie la dramaturgie à L’Institut Supérieur des Arts de la Havane parallèlement à la production à l’école de cinéma. Elle rejoint le « Collectif » de Fernando Perez où elle fait ses premières armes dans la production, création et tournage de court métrages, documentaires et, finalement, elle se tourne vers les longs métrages.

L’idée du film

Lors de son séjour à Cuba, la jeune cinéaste rencontre le personnage d’Henriette Faber par le biais d’un collège gay, également dénommé Enrique.

Quatre ans plus tard, elle décide de revenir à Cuba, où elle apprend qu’Enrique est mort suite à une attaque homophobe à la Havane. En honneur à cet ami et collègue, homosexuel, qui lui avait parlé de cet femme, homosexuelle, suisse, elle se décide à mener à terme ce projet de long métrage.

Elle demande à son maître, Fernando Perez, de lui venir en aide. Après un processus qui a duré presque dix ans, ils font le tournage en 2018 en deux mois seulement, avec la comédienne Sylvie Testud, une équipe de tournage mixte cubano-suisse et des acteurs cubains, principalement.

 

Le résultat

Dans un style simple et intimiste, sous une lumière et des couleurs clair-obscur, « Les Insoumises » rend le récit de la saga de cette femme pionnière et indomptable, incroyablement crédible. Le personnage d’Henriette Faber est traité dans une ambiance de magie afro-cubaine et d’histoire universelle.

 

 

Credits photo :

Les photos des personnes ont été transformées par l’auteur et sont publiées avec l’accord des personnes qui y figurent.

La photo du cinéma Nord-Sud rénové a été retouchée avec Photoshop.

Eduardo Gutierrez

Eduardo Gutierrez


Orienté vers la culture et la communication, avec expérience de réalisation et production dans les médias, radio, T.V. et cinéma, ainsi que dans l'enregistrement à l'extérieur et en studio, captation d'images,montage audio-visuel et projection de films en 35mm, digital et DCP.

De formation musicale, composition, guitare et piano.

J'ai réalisé deux CD en entier et en solo (tout le processus de production : Compositions, arrangements, exécutions, enregistrements et mixages ).

Participation à la création d'une station de radio dans la région Purepecha, en vue de récupérer la culture indigène locale, au Michoacàn, Mexique : Prise de son, formation des participants natifs, production, participation au recensement de la population de la Meseta Purepecha.

Musique pour le courte-métrage "Enchiladas Suizas".

De nature sociable, avec la capacité de travailler en équipe, mais aussi autonome, avec foi et espoir en la capacité évolutive de l’humanité.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.