3,639 milliards d’euros

Print Friendly, PDF & Email

C’est le chiffre d’affaires de l’allemand Zalando pour 2016, en croissance de 23 % par rapport à l’exercice précédent.

Comme chaque année le 1er mars à Berlin, le géant du commerce en ligne, spécialisé dans les chaussures et le prêt-à-porter, a publié dans son communiqué de presse les résultats de l’année écoulée et les prévisions pour l’année en cours.

Il paraît loin le temps où ses fondateurs Robert Gentz et David Schneider empaquetaient eux-mêmes des tongs dans un petit appartement berlinois. C’est pourtant il y a moins de dix ans, en 2008, que les deux compères rencontrés sur les bancs de l’université décident d’imiter la start-up américaine à succès Zappos, spécialisée dans la vente de chaussures en ligne, qui sera rachetée 1,2 milliards de dollars en 2009 par Amazon.

Dans un premier temps, le groupe est dans les chiffres rouges, malgré un chiffre d’affaires en hausse constante, certainement à cause des importants investissements liés à son développement à l’international. Mais, en 2014, il atteint le seuil de profitabilité et ne cesse de se développer depuis.

En 2016, le groupe est le numéro un en Europe du commerce en ligne et près de 20 millions de clients ont acheté chez Zalando (un chiffre en hausse de 11% par rapport à l’exercice précédent) et l’entreprise compte créer 2000 emplois supplémentaires en 2017.

Selon une enquête de l’Association de Vente à Distance (ASAD) en Suisse, l’an passé, les commandes privées ont atteint 5,75 milliards de francs, soit près de 7% du chiffre d’affaires total du commerce de détail du pays.

 

Source : Zalando

Crédit photo : Wikimedia 

Julien Grenon Julien Grenon

Passionné par l’évolution constante des stratégies de vente, je cherche à analyser les mécanismes développés par les meilleurs entrepreneurs pour les mener au succès.

De formation commerciale et au bénéfice d’une solide expérience dans la promotion de produits, j’ai eu la chance d’être immergé au cœur des processus de communication de grandes marques, notamment lors du lancement de nouveautés au grand public.

Je m’intéresse de près à la place prépondérante qu’occupe l’information dans le système économique. Elle augmente sa performance à plusieurs niveaux, aidant sa production, facilitant la distribution et la consommation des produits et services.

Convaincu que tous les échelons ont leur importance pour aboutir à la commercialisation réussie d’un bien ou d’un service auprès du public, mon parcours atypique m’a permis de développer des compétences à différents niveaux en entreprise.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.