365 jours d’activisme contre la violence à l’égard des femmes

Print Friendly, PDF & Email

Ruban BlancAujourd’hui, nous célébrons « La journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes » soutenue par l’Organisation des Nations Unies.

Élimination de la violence à l’égard des femmes : Pourquoi le 25 novembre ?

La date du 25 novembre est récente. En effet, le 25 novembre 1960, l’assassinat des trois sœurs Mirabal, militantes politiques dominicaines, fut la principale raison qui conduit la République Dominicaine à proposer cette journée de lutte contre la violence faite aux femmes.

Le 17 décembre 1999, l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations Unies a adopté, à son tour, le 25 novembre, comme Journée internationale pour l’élimination de la violence contre les femmes.

En 1993, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté la Déclaration sur l’élimination de la violence à l’égard des femmes. Celle-ci définit le terme « violence à l’égard des femmes » comme : « tous actes de violence dirigés contre le sexe féminin, et causant ou pouvant causer aux femmes un préjudice ou des souffrances physiques, sexuelles ou psychologiques, y compris la menace de tels actes, la contrainte ou la privation arbitraire de liberté, que ce soit dans la vie publique ou dans la vie privée ».

La Campagne Ruban Blanc pour une masculinité de respect et d’égalité

La Campagne Ruban Blanc travaille dans ce sens avec une approche particulière et cruciale. En effet, Ruban Blanc est née d’une initiative qui a vu le jour au Canada il y a plus de 25 ans, lorsque des hommes ont décidé de sensibiliser et de mobiliser d’autres hommes pour tenter de mettre fin à la violence contre les femmes.

La Campagne Ruban Blanc​ est aujourd’hui présente dans plus de 60 pays à travers le monde. Le ruban blanc porté par des hommes et des femmes symbolise la solidarité envers les victimes de cette violence, ainsi qu’un engagement à contribuer à la naissance d’une société où les femmes ne sont plus victimes de violence de la part des hommes.

Le Ruban Blanc présente sa nouvelle stratégie et lance Youth Engage

Vendredi dernier a eu lieu leur table ronde annuelle : « Pour une masculinité de respect et d’égalité afin d’éliminer la violence envers les femmes et les jeunes en Suisse ». Cette année, l’accent était mis sur l’importance de l’implication des hommes dans cette lutte. A cette occasion, Elly Pradervand, Directrice de la Fondation WWSF, a profité pour présenter la stratégie 2020-2021 et le lancement du mouvement Youth Engage.

En effet, cette campagne plaide pour une jeunesse suisse engagée, capable d’être le porte-parole du changement pour une Suisse sans violence de genre envers les femmes.

Cette table ronde s’est déroulée avec la participation de Pierre Pradervand, modérateur, ambassadeur Ruban Blanc, sociologue et écrivain, de Laurence Fehlmann Rielle, Conseillère nationale, vice-présidente de la Commission des affaires juridiques, de Jean-Marc Richard, ambassadeur Ruban Blanc, animateur à la RTS, et de Maxime Crettex, jeune délégué suisse à l’ONU (Swiss Youth Delegate to the UN).

Le Ruban Blanc propose des stages de formation pour les jeunes de 18 à 30 ans, afin de se former comme ambassadeur ou ambassadrice Youth Engage-Ruban Blanc dans le but d’atteindre l’objectif de la campagne.

La vision de la Campagne Ruban Blanc Suisse est l’élimination de la violence envers les femmes et les jeunes d’ici 2030.

 

Un kit de sensibilisation pour tous

Afin d’augmenter la mobilisation de la société civile pour créer une Suisse libre de toute forme de violence et de discriminations, leur Kit d’outils « 365 Jours d’activisme», en français et en allemand, permet à chacun et chacune d’organiser des programmes de sensibilisation, d’éducation et d’engagements. Le Ruban Blanc publiera vos initiatives sur son site et vous accompagnera dans vos initiatives personnelles.

Pour plus d’information : https://ruban-blanc.ch/wp-content/uploads/2019/06/2019_kit1365j_fr_13.06-fi-light-copy.pdf

 

Ruban blanc

Caridad Clemente Caridad Clemente

Au bénéfice d’une expérience internationale dans la gestion de projets au sein de différentes ONGs. J’ai occupé le poste de coordinatrice de projets. Ces 8 années d’expérience m’ont permis d’acquérir et consolider mon savoir-faire en matière de gestion de projets, gestion stratégique de partenariats, reporting et recherche de fonds. De plus, J’ai souvent eu à former les stagiaires, ce qui m’a permis de développer mes compétences en matière de supervision et Team-building. Dotée d’un esprit de synthèse et d’analyse, proactive, je me considère comme une personne rigoureuse, résistante au stress, autonome, polyvalente, responsable et respecte les délais.

D’origine espagnole, j’ai obtenu une licence en Sciences Humaines (Université d’Alicante) et un DEA en études européennes à l’Université de Genève. Plus récemment, je me suis spécialisée dans la thématique du Genre grâce à un CAS obtenu à l’IHEID (Institut de hautes études internationales et du développement), en plus d’une certification IPMA en gestion de projets.

Parfaitement bilingue Français/Espagnol avec un excellent niveau en Anglais.

Comments

  1. JQC

    Selon des informations publiées par les Nations Unies, chaque jour, 137 femmes en moyenne dans le monde meurent aux mains de leur partenaire ou d’un membre de leur famille.
    Nous devons arrêter ce chiffre accablant!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.