A la tête d’une entreprise “familiale” et prête à s’engager dans une autre société

Print Friendly, PDF & Email

ceo-familial« J’ai appris que le courage n’est pas l’absence de peur, mais la capacité de la vaincre ».  Nelson Mandela

Etre femme et mère avec tous les défis que cela implique à tout âge est une chose, se sentir prête à retrouver un travail en dehors de son foyer après une longue période d’absence est pour certaines un parcours du combattant.

Cette femme et maman a longtemps exercé une activité professionnelle, puis elle a créé sa propre entreprise “familiale”. En effet, elle a fondé une famille, parallèlement à son emploi, avant de prendre une pause. Cette dernière peut être bénéfique au début, mais pourrait finir par être pesante, surtout après avoir fait de longues études. Le temps vous paraît long. Certaines femmes s’investissent donc dans des activités bénévoles pour se sentir utiles en dehors de leurs fonctions de CEO de leur famille !

Permettez-nous de vous parler un peu de sa société. Elle est à la tête d’une entreprise familiale depuis 17 ans maintenant. Elle dirige trois projets (i.e. trois enfants) avec des attentes complètement différentes : les méthodes appliquées pour l’un peuvent ne plus être applicables pour les autres, voire même être obsolètes. Si, par analogie, elle devait utiliser le cycle de vie d’un produit en marketing, elle dirait ceci :

  • Le premier est en phase de maturité avec une forte sensibilité liée à la conjoncture, aux coûts de promotion et un service à la clientèle très élevés. La demande est très exigeante. L’anticipation de ses besoins est accrue par le biais de la recherche et du développement.
  • Le second est en phase de croissance avec des coûts réduits par les économies d’échelles.
  • Le troisième est encore nouveau sur le marché, ses coûts de production et de développement sont forcément élevés.

Les mamans savent de quoi elle parle ici. Des explications sur les trois projets distincts. L’adolescence est une période sensible et exigeante d’où la constante anticipation. Les économies d’échelles faites pour le deuxième enfant se justifient souvent par la réutilisation des investissements du premier. Cela n’amoindrit pas la tâche car la préadolescence est quand même là. Le dernier produit peut être vu ici comme le dernier enfant avant de clôturer le chapitre « maternité ». Et comme il s’agit d’une fille après deux garçons, quelle joie ! Pourtant, le recyclage n’était plus possible après tout ce temps, bonjour les frais de production….

Aucune formation reconnue n’a été nécessaire pour s’y préparer, elle a créé sa société et il fallait la diriger! Et son associé dans tout ça ? Il est bel et bien présent mais, sans vouloir minimiser le rôle des pères, la maman est le pilier en matière de gestion d’une entreprise familiale. A son corps défendant, son associé est souvent appelé à voyager pour son travail. Elle gère donc le calendrier de quatre personnes : celui des trois enfants ayant des rendez-vous médicaux ainsi que leurs activités extra-scolaires, et celui de son associé avec ses desiderata. Pas de commentaires… C’est une entreprise qui ne connaît pas de périodes de vacances, seulement des pics de haute ou basse saison, comme diraient les professionnels du tourisme. Accepte-t-elle les certificats de maladie ? Réfléchissez une seconde avant de réagir : à qui présenterait-elle son certificat ? A  elle-même… C’est tout vu !  Suivant….

Cette entreprise demande beaucoup de sacrifice de sa part, mais la maman-CEO est heureuse de chaque succès des siens. Cette société exige également de la patience, lorsque la CEO “familial” doit se réveiller au milieu de la nuit, calmer un enfant malade et garder le sourire toute la journée le lendemain en retenant un bâillement ici et là. Une bonne planification, un sens aigu de la gestion et des responsabilités, une anticipation sans faille pour parer aux urgences. L’organisation n’a plus de secret pour elle. Savez-vous ce que vous ferez le 26 septembre ? Une maman jette un coup d’œil à son calendrier et vous dit si elle est libre ou pas. Très exigeant lui diriez-vous, mais elle persiste et signe : c’est le plus beau métier du monde !

La cheffe d’entreprise veut reprendre une activité professionnelle parallèle et, tenez-vous bien, c’est possible ! Elle n’a rien oublié de ce qu’elle a fait avant et elle a capitalisé ce savoir avec son métier de CEO. Comme toutes les professions, elle est en constante évolution et la maman doit aussi tenir compte de l’environnement dans lequel évolue sa compagnie. Elle aurait bien pu valider ces acquis par une maîtrise en gestion de projet aussi, n’est-ce pas ?

Si vous ne savez plus où vous en êtes avant de reprendre un boulot, si vous pensez avoir tout oublié, parlez-en autour de vous. Il existe des mesures qui peuvent vous aider dans ce sens. Vous verrez ensemble les valeurs qui vous portent, celles auxquelles vous tenez si vous ne le savez pas d’emblée. Vous apprendrez ensuite ce que le marché du travail demande dans votre secteur et mettrez tout en œuvre afin que votre candidature corresponde au profil recherché.

« L’éducation est votre arme la plus puissante pour changer le monde ». Nelson Mandela

Sources :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Cycle_de_vie_(commerce)

 

Credit photo : Photos Libres

Comments

  1. Isabelle Bonne

    Que dire de plus: quel bel article criant de vérité!
    Evidemment, les entreprises devraient s’en inspirer et plus si affinités….

    Un jour quelqu’un m’a dit: le phénix renaît toujours de ses cendres 😉

  2. Emmanuel Rugomboka

    Très bel article : les entreprises devraient valoriser cette politique de parentalité … Pour une bonne souplesse dans la gestion des projets

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.