À l’école de la patience

Print Friendly, PDF & Email

 

En cette pleine saison d’inscriptions en 1P des écoles genevoises, faites-vous partie de ces parents ayant reçu le Graal ? Votre enfant est-il admissible à la rentrée 2020 ? Oui, certainement, pour autant qu’il ait 4 ans révolus au 31 juillet. Sinon il devra encore patienter une année, ce qui peut être difficile à gérer pour certains parents, surtout avec les problèmes rencontrés pour trouver une solution de garde et les coûts que cela engendre.

 

Ce que dit la loi

En effet, la Loi sur l’Instruction Publique stipule que l’enfant doit être âgé de 4 ans révolus au 31 juillet pour intégrer l’école primaire à la rentrée. Cette réglementation est entrée en vigueur le 1er août 2009 avec HarmoS – l’accord intercantonal sur l’harmonisation de la scolarité obligatoire – et suite aux votations de 2006. Que faire alors lorsque l’enfant est né le 1er août ou après ? Aucune dérogation n’est envisagée, la règle est stricte, comme indiqué sur le site ge.ch.

 

Les difficultés du placement

La plupart du temps, il n’y a pas véritablement de choix et il faut laisser son enfant à la crèche, chez la maman de jour ou chez les grands-parents pour une année supplémentaire. Cependant, les places en crèche dans le canton se font rares et même les associations d’accueil familial de jour ont de plus en plus de mal à accueillir les enfants. Les petits nés après le 31 juillet rempilent pour une année supplémentaire, ne libérant donc pas de place en structure d’accueil pour les bébés.

 

L’option du privé

Lorsqu’ils en ont les moyens, les parents les plus pressés envisagent de mettre leurs enfants dans le circuit privé, qui les accueille généralement dès 3 ans jusqu’à ce que leur enfant soit en âge d’intégrer l’école publique. Pour les enfants commençant la 1P qu’à 4 ½ – 5 ans et présentant dès le début de la facilité ou une avance, sauter une classe pourra être une solution envisageable.

Finalement, que ce soit à quatre ou cinq ans, les enfants finissent tous par commencer l’école et pour y rester en tout cas quelques années. Peut-être un jour les parents regretteront la période préscolaire (année supplémentaire ou non) lorsqu’ils seront confrontés aux devoirs, aux problèmes de mathématiques ou au vocabulaire d’allemand.

 

Lectures complémentaires :

La rentrée scolaire “et plus si affinités” : activités artistiques et loisirs pour nos enfants par Claudia Constantin-Barreiro

L’éducation financière, un luxe réservé aux enfants des riches ? par Alice Gashi

 

Photo credits : Unsplash

Sources : GE.ch ; Loi sur l’instruction publique ; BIPE

Canelle Feuerstein Canelle Feuerstein

Aussi loin que je m’en souvienne, j’ai toujours voulu être enseignante. Cependant, mon parcours m’a d’abord mené au monde de la communication et de l’organisation d’événement. Pendant plus de 7 ans et diverses expériences, j’ai acquis des compétences organisationnelles, gestion de projets et d’équipes, des qualités rédactionnelles et le sens de la communication.

En l’état actuel de nos sociétés et de la planète, j’ai ressenti un besoin « d’essentiel ». Et quel métier est plus essentiel et important que celui d’enseignant ? Accompagner les enfants à travers les différents apprentissages scolaires et humains. Car, non seulement le rôle d’un professeur est celui de transmettre des savoirs et des connaissances aux élèves, mais il est également celui de leur apprendre à donner le meilleur d’eux-mêmes.

Je me trouve aujourd’hui à mi-chemin entre la communication et l’enseignement, l’un étant étroitement lié à l’autre. L’enseignant manie la communication à des fins de compréhension et d’apprentissage, le communicant joue avec les mots et la langue pour délivrer une information.
________________________________________________________________________________

For as long as I can remember, I have always wanted to be a teacher. Initially, however, my life led me to work in communications and event planning. With over seven years of various experiences, I have acquired skills in managing projects and people, writing and communication.

The way our societies and earth work made me think more about treating our essential needs. And what job is more essential and important than teaching? Guiding children in their core learning of life skills, academic skills and human behaviors is the most rewarding career path for me. I believe a teacher’s role in a children’s life is about knowledge and developing skills, but it is also about giving them the chance to become good people.

Today, I’m somewhere between communication and teaching, and they do have a link to each other. The teacher uses communications skills for the purpose of understanding and learning, the communication specialist manages words to deliver information.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.