Symbole de la cause féminine, le clitoris s’apprend au cycle

Print Friendly, PDF & Email

En novembre 2018, le Théâtre de Saint-Gervais accueillait la 14ème édition du festival les Créatives; festival pluridisciplinaire, féminin et féministe qui défend la cause féminine et ses libertés sexuelles.

Devant le théâtre Saint-Gervais, se trouvait un modèle grandeur nature d’un clitoris avec pour slogan « C’est parti, mon cli-cli ». Le festival utilise le clitoris comme symbole fort de la cause féminine.

 

Le clitoris : apprentissage de cet organe méconnu à l’école

Après affirmation et revendication féminine, le clitoris revient en force, mais cette fois pour éduquer les jeunes concernant cet organe féminin très mal connu.

En effet, cette année, le clitoris prend d’assaut le cycle d’orientation pour la rentrée 2019-2020. Genève sera la première ville au monde à présenter à ses élèves une planche anatomique qui met en évidence et en couleurs les organes du plaisir, afin que les ados puissent se sentir à l’aise et surtout qu’ils soient bien informés des caractéristiques du pénis et du clitoris.

 

Une planche anatomique 2.0

Le DIP (Département de l’instruction publique, de la formation et de la jeunesse), les HUG (Hôpitaux Universitaire de Genève), le laboratoire Bioscope ainsi que l’université de Genève se sont associés pour créer une planche anatomique 2.0. Les élèves du cycle auront ainsi le plaisir et le loisir d’apprendre l’anatomie sur une planche anatomique dernière génération.

 

La science pour combattre les  discriminations

Selon Isabelle Vuillemin, directrice de l’enseignement au DIP, « l’école soutient ce projet qui élargit notre perception de l’humain, les récentes découvertes scientifiques doivent être intégrées par l’instruction publique, quitte à remettre en question les faits qu’on pensait établis. On ne parle plus seulement de fille d’un côté, de garçon de l’autre, mais aussi de continuum des genres. La science permet ainsi de combattre les discriminations. »

Le clitoris pour combattre la discrimination, pourquoi pas ? Voilà un sujet qui fera sans doute débat dans notre village genevois. Ceci dit, la liberté commence par l’acceptation de soi. Il serait donc préférable de se connaître physiquement et psychologiquement. Alors, quel meilleur environnement que les établissements scolaires pour commencer à apprendre, à se connaître et à s’accepter. La cité de Calvin deviendra-t-elle la nouvelle ville clitoridienne ? Avis au citoyen pour une meilleure acceptation de soi.

Sources :

https://www.20min.ch/ro/news/geneve/story/-Il-n-existe-pas-de-gene-de-la-chambre-rose–17073579

https://www.lescreatives.ch/

https://www.letemps.ch/sciences/lente-rehabilitation-clitoris

Photo credit : Ahmadi [Public domain], via Wikimedia Commons

Ross Bagou Ross Bagou

After many years working in hospitality , an area well known for people with many skills , versatile capability is a must ! the pleasure of solving issues in other to bring full satisfaction to clients and company is still authentic and the energy to it is absolute.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.