Et si on recyclait la mode ?

Print Friendly, PDF & Email

couture - champs de cotton

“Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ».

Antoine Laurent de Lavoisier (1743-1794)

La maxime d’Antoine Laurent Lavoisier datant de 1789 est résolument dans l’air du temps, au sein de l’univers de la mode. En effet, l’industrie de la couture est de plus en plus sensible à l’impact écologique des matières utilisée pour ses collections.

Des grandes enseignes de la mode s’engagent pour le textile recyclé et durable

La société Coop, pionnière sur le marché du commerce équitable, propose depuis 1994 sa ligne Naturaline Bio & Fare qui offre à ses clients des vêtements et linge de maison uniquement à base de coton bio dans le respect de l’homme et de l’environnement.

De son côté, H&M (deuxième acteur mondial, derrière inditex) instaure dans ces enseignes en 2013 la collecte de vêtements usagés, qui sont soit vendus en seconde main, soit recyclés afin de devenir de nouveaux produits ou fibres textiles. Le résultat de cette campagne est très encourageant, puisque le groupe affirme qu’à fin 2017, 35% de son offre est constituée de textiles recyclés ou durables.

Le groupe a également lancé en 2015 le concours Global Change Awards, qui récompense cinq innovations textiles durables avec une dotation totale d’un million d’euros.

L’engagement RSE (responsabilités sociales des entreprises) chez les fabricants d’H&M implique l’amélioration des conditions de travail, de meilleurs systèmes de rémunération. Des programmes de dialogue social ont également été mis en place.

Le 12 avril 2018, le groupe a initié le projet pilote « take care » dans son flagship hambourgeois afin d’inciter les consommateurs à donner une nouvelle vie à leur article de mode. Pour ce faire, des produits d’entretien siglés H&M, des ateliers de broderies, des conseils en magasin, sont mis à disposition des clients.

L’enseigne C&A s’engage, elle aussi, à manufacturer des vêtements avec un coton biologique certifié, et de la viscose Canopy Style, afin de faire de la durabilité la nouvelle normalité.

L’univers du luxe se préoccupe également de l’environnement. Son ambassadrice, la créatrice Stella Mc Cartney, célèbre pour son refus d’utiliser cuir et fourrure dans ses créations, l’a fait remarquer dernièrement lors d’une intervention à la BBC : « Si l’on prend en compte l’intégralité du secteur de la mode, allant du luxe à la fast fashion, on est en train de saigner la planète ».

Une exposition pour sensibiliser consommateurs et créateurs

Une exposition « Fashion from Nature » a lieu actuellement au Victoria and Albert Museum de Londres afin de démontrer les tendances utilisées au travers des époques, afin de sensibiliser le consommateur et les créateurs sur les nouveaux matériaux et des nouvelles méthodes qui peuvent être employés dans le but de limiter l’impact écologique sur la planète.

Pour information, chaque année, 1,2 milliard de tonnes de gaz à effet de serre sont imputés à la production textile, soit plus que tout le transport aérien et maritime.

Les jeunes se lancent également dans le textile recyclé

Les jeunes marques se lancent aussi dans le défi des vêtements respectueux de l’environnement.

Par exemple, le label Ornement qui travaille avec des « stocks morts », soit des stocks non utilisés par les autres marques et des chutes de tissus achetés à des grossistes, à partir desquels il crée sa collection. Un évènement sera organisé par le créateur les 18 et 19 mai chez Democratie à Paris, où il présentera un atelier de réparation et customisation, afin d’offrir aux vêtements une seconde vie.

Les initiatives responsables se multiplient, de nombreux gros distributeurs prennent le sujet au sérieux. Certes, il reste encore beaucoup de travail pour réduire d’une part, les émissions de co2 et d’autres part, l’amélioration des conditions de travail, mais nous sommes sur la bonne voie.

 

Sources :

http://ch.fashionnetwork.com/news/H-M-martele-ses-ambitions-en-matiere-d-ecoresponsabilite,968959.html#.WubhGaSFOUk

http://ch.fashionnetwork.com/news/H-M-lance-un-projet-pilote-a-Hambourg-autour-de-la-mode-durable,967835.html#.WubhdqSFOUk

http://ch.fashionnetwork.com/news/Mode-et-environnement-ne-vont-pas-encore-de-pair-pour-Stella-McCartney,970839.html#.WubhqaSFOUk

http://ch.fashionnetwork.com/news/Ornement-redonne-vie-aux-stocks-et-chutes-de-tissus,965539.html#.WubhyqSFOUk

http://www.fibrecitoyenne.org/index.php?id=9

https://www.gbnews.ch/sustainable-fashion-a-growing-trend/

https://www.indispensac.com/single-post/semaine-europ%C3%A9enne-du-developpement-durable

https://www.lesechos.fr/04/10/2006/LesEchos/19765-113-ECH_le-textile-s-habille-aux-couleurs-du-developpement-durable.htm

https://www.havep.com/be-fr/csr-types-de-tissu-recycle-friendly

http://sustainability.c-and-a.com/home/

Photo credit : Mamyoung via pixabay.com

Sophie Keller Sophie Keller

20 ans d’expérience dans un environnement multiculturel où j’ai acquis des compétences relationnelles. Aujourd’hui, je mets mes capacités au service d’une activité axée co-responsabilité afin de développer et partager ma créativité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.