GBN Talk 4 : Kanban, gestion des workflows et amélioration continue p. 2

Print Friendly, PDF & Email

Kanban example

 

Après notre premier article consacré à l’origine de la méthode Kanban, nous allons vous expliquer comment mettre en place cette méthode.

 

Principes & mise en place

Avant de présenter les principes sur lesquels se fonde la méthodologie, il est important de comprendre un paradoxe inhérent à l’humain : Nous ne pouvons nous empêcher de catégoriser les choses, mais, d’un autre côté, nous avons besoin d’avoir une vision synthétique des choses pour mieux les aborder. C’est ce que la pratique de Kanban se propose d’apporter.

 

Les fondamentaux

Kanban est fondé sur quatre principes fondateurs qui peuvent être assez facilement résumés:

  • Faites ce que vous savez faire; commencez par ne pas faire de changements dans votre façon de travailler. Kanban permettra d’identifier les points d’optimisation dans votre workflow.
  • Ne révolutionnez pas, évoluez. Kanban oriente beaucoup plus vers la mise en place de changements incrémentaux, plutôt que de profondes réformes destinées à rencontrer l’hostilité de vos collaborateurs.
  • Allez vers une adaptation mutuelle; dans un premier temps, Kanban s’adaptera à votre organisation dans le but de s’y intégrer au mieux. Puis, lorsque cela sera nécessaire, votre équipe saura comment apporter et implémenter des modifications structurelles.
  • Montrez vos idées, montrez votre leadership. Kanban encourage l’amélioration continue à tous les niveaux de l’organisation (Kanban encourages continuous improvement at all the levels of the organization, digite.com). Une part de l’amélioration vient de ce que chacun peut apporter des idées et prendre le lead pour les mener à bien.

Mettre en place Kanban

La mise en place d’une méthodologie se heurte généralement à une certaine réticence de la part des collaborateurs. Qu’importe que les fondements soient longuement exposés ou que la méthodologie promette une efficacité inégalée, seule la pratique met en exergue les qualités attendues.
Ainsi, pour mieux comprendre les principes de Kanban, une bonne pratique s’impose… et vérifier celle-ci est une tâche à part entière, d’ailleurs !

Il n’y a aucune nécessité à reprendre des définitions qui ont déjà fait leur office pour décrire la méthodologie. C’est pour cette raison qu’il apparaît judicieux de s’intéresser aux questions que susciteraient la mise en place de ce système, plutôt qu’à une énième définition de Kanban :

  • Qui ?
  • Quoi ?
  • Quand ?
  • Où ?
  • Comment ?

 

Qui ? Qui est intéressé par ce système ?

Cette question a déjà eu sa réponse. Kanban n’est pas ciblé sur un type unique de participants. Notez toutefois que [la] méthode Kanban n’est pas adaptée à toutes les industries. Elle est plus appropriée pour la production de pièces uniques en grande série (l’industrie automobile par exemple) (planzone.fr).

 

Quoi ? Que m’offre Kanban ?

C’est peut-être l’élément le plus important. Kanban permet de visualiser le flux de travail. Il force aussi à définir explicitement les règles et les directives qui encadrent les procédés métiers. Il encourage l’amélioration continue et permet l’identification des “goulots d’étranglement” (bottleneck), c’est-à-dire les points à améliorer dans les procédés. C’est une réponse directe au paradoxe présenté précédemment.

 

Quand ? Quand Kanban doit-il être mis en place ?

C’est peut-être la seule question qui ne semble pas évidente. En effet, serait-il nécessaire de mettre en place une méthodologie sans pour autant en avoir un quelconque besoin avéré ? En fait, puisqu’il ne change pas la façon de travailler (ce qui est un de ses fondements) et qu’il permet d’améliorer petit à petit les processus, Kanban apparaît comme un bon outil de rationalisation qui peut être déployé indépendamment de toute conjoncture.

 

Où ? Où sera-t-il le plus utile ?

Que ce soit pour un projet professionnel ou pour un voyage organisé, le système Kanban peut être mis en place facilement et garantir un degré d’efficacité dans le processus de travail. Il peut être combiné à d’autres framework ou méthodes tels qu’Agile ou Scrum, par exemple. Cela permet alors d’étendre les cas d’utilisation de Kanban.

Some teams blend the ideals of kanban and scrum into “scrumban.” They take fixed length sprints and roles from scrum and the focus on work in progress limits and cycle time from kanban.

 

Comment ? Comment Kanban peut-il concrètement être mis en place ?

Kanban, comme son nom l’indique (en anglais, en tout cas), est un panneau (board) sur lequel les tâches sont en fonction de leur état. L’implémentation classique de la méthode divise les tâches en 3 catégories de base:

  1. “à faire”
  2. “en progrès”
  3. “fini”

Le bon sens permet de comprendre le fonctionnement de ces catégories ainsi que le concept de flow, puisque les tâches sont censées traverser ces catégories.

Le dernier concept, WIP, est une limitation sur le nombre de tâches concurrentes dans une catégorie. Intuitivement simple à comprendre, le WIP peut être plus difficile à intégrer, car nous sommes toujours enclins à nous croire plus productifs lorsque nous cumulons des tâches.

 

#GBNTalk4

Kanban sera à l’honneur du prochain GBN Talk 4 ! Robert Falkowitz sera invité à présenter cette méthodologie de travail. Ce talk se déroulera sous la forme d’atelier dont les place sont limitées. N’hésitez donc pas à vous inscrire pour y participer !

 

Crédits photo: Thierry Sorg, Aissatou Diankon

Sources :

Kanban – A brief introduction

What is Kanban?

David Galiana, Qu’est-ce que la méthodologie Kanban ?

Kanban Software Development

Karen Abeyasekere, AFSO21 system shows pay off, saves man-hours, money

Thierry Sorg

Thierry Sorg


Someone told me it may be a challenge for me to write technical articles for non-IT people... Guess what! I'm writing!

I'm a computer scientist with a previous background in ERP development and a taste for teaching.
I'm a scientist in the heart, so if it can be seperated in small pieces and then studied during hours with a magnifying glass, it will interest me. There's no doubt!

I think there is a good place to write my motto just after the very next colon: rather than programming solutions, I love to solve problems.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.