Geneva Lux Festival : Et la lumière fut !

Print Friendly, PDF & Email

lumière

 

Cette semaine, vos diaphragmes sont mis à l’épreuve par des illuminations à couper le souffle.

« Post Tenebras Lux » étant la devise de notre cher canton, le Département de la sécurité et des sports de la ville de Genève se confrontent aux ténèbres dans lesquels une pandémie nous a entraînés sans notre consentement.

Festival sous la responsabilité de la Conseillère administrative Marie Barbey-Chappuis, le Geneva Lux Festival tient ses promesses du 22 au 31 janvier 2021.

 

La lumière dans les ténèbres, synonyme d’espoir

Sur le même principe que les Belvédères Sonores, le festival se répand dans la ville et vous propose une réelle chasse au trésor.

À la clef ? Une bouffée de lumière dont nous avons tant besoin, synonyme d’espoir et d’échappatoire.

L’événement nous transforme en papillon de nuit à l’espérance de vie bien plus élevée, nous souhaitons vous rassurer à ce sujet. Il s’agit d’une bonne habitude que la Ville de Genève consomme sans modération pour le bonheur de nos pupilles.

De ce long travail résulte des projections phénoménales, se donnant en spectacle durant plusieurs heures, défiant le vent, le froid et notre ennemi microscopique.

 

21 œuvres éphémères

Véritable chevalier de la culture, Geneva Lux Festival se dresse pour apporter sa lumière à travers des installations inédites et éphémères.

Cette année, 21 œuvres dispersées dans l’obscurité genevoise tissent l’intrigue de cette manifestation.

Centre-ville, hypercentre, quartiers et communes, sans oublier les symboles que sont les Pâquis, les Eaux-Vives et Plainpalais, le festival n’épargne personne géographiquement.

Une lumière se répand à l’unisson avec nos souffles enfermés dans nos masques, jalousant la liberté de nos globes oculaires face à la couleur de la vie sous toutes ses formes et émotions.

Des artistes suisses, mais également français, anglais et allemands enchaînent leurs performances et nous avons le privilège d’assister à la naissance d’un tout nouveau projet.

 

Des animaux pour nous émerveiller

Parmi les nouveautés du festival, et cela, sans l’aide d’une baisse de l’activité mondiale, des animaux peu familiers nous rendent visite.

Imaginés par le collectif CUBE HTX, une baleine et son baleineau gardent l’Ile Rousseau comme des dragons bienveillants.

Moins amicales aux yeux de l’homme, mais tout aussi fascinantes, des araignées rejoignent le bal, et cela, grâce au groupe LAPS.

Des frissons garantis que nous pourrons évacuer à Chantepoulet et rue du Mont-Blanc où un magnifique champ de coquelicots nous transporte dans une fiction testée positive pour notre odorat.

Produits de la saison, « les Hivernales Népenthèses » de l’artiste Sophie Guyot se retrouvent sur la place du Rhône.

A vous de découvrir toutes ces magnifiques œuvres ! Pour plus d’information : Infos pratiques

 

Lectures complémentaires :

Demandez le programme ! III #1

Les festivals de films ont-ils un futur ? par

 

Sources :

Oeuvres; Carte pour se géolocaliser

Photo credit : Rémy Gindroz

Reda Sayagh Reda Sayagh

Co-fondateur de la plateforme de diffusion médiatique "WAV33", je participe à coordination du projet "Résiliences Sonores".
Également curateur, sélectionneur et producteur de musique électronique au sein du collectif Ramin & Reda, j’ai eu l’opportunité d’élaborer de nombreux concepts et de collaborer avec de nombreuses institutions culturelles. Mon parcours hôtelier me permet d’entreprendre de nombreux projets et de mettre en évidence mes qualités organisationnelles.

Je suis passionné par le travail en équipe, le partage de connaissances et la culture.

N’hésitez pas à me contacter pour vos prochaines aventures !

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.