Comment gérer le stress du « 2019-CoV » en milieu médical ?

Print Friendly, PDF & Email

medical

En ce moment, le milieu médical doit de plus en plus répondre à la paranoïa ambiante. Pour cause, le nouveau virus, le « coronavirus » ou « 2019-nCoV » », découvert en Chine au mois de décembre 2019, dans la région de Wuhan, effraie la planète.

Notre article traite de la gestion des patients et de la manière dont cela se passe en milieu médical, en relation avec ce virus. Par chance, pour le moment en Suisse, il ne faut pas s’inquiéter, aucun cas n’a été détecté, et les tests sur les patients suspects se sont avérés négatifs.

 

Le personnel soignant en premières ligne

La première personne à vous recevoir en cas de maladie est une secrétaire médicale ou une infirmière. En cas d’épidémie, celle-ci possède toutes les compétences nécessaires pour vous rassurer. En effet, du côté des centres de virologie de Genève, des procédures ont été mises en place.

Il faut néanmoins que le personnel soignant possède les capacités suivantes (parmi d’autres) pour faire face à cette situation :

  • Calme (donc gestion du stress)
  • Patience
  • Écoute

 

Le diagnostic en pratique

Voici les questions officielles qu’un soignant vous pose en premier lieu lors d’un contrôle médical :

  1. Tout d’abord, la protection et l’hygiène sont primordiales : masque, gel désinfectant et gants pour le personnel soignant et masque et gel désinfectant pour les patients.
  2. Les questions importantes à poser sont :
    • Avez-vous voyagé dans un des pays à risque ?
    • Avez-vous été en contact avec une personne ayant voyagé dans ces pays ?
    • Avez-vous été en contact avec une personne ayant une pneumonie d’origine indéterminée ?

En général, si les points précédents sont négatifs, elle vous explique qu’il est inutile de paniquer, car vous n’avez peut-être pas tous les symptômes suivants :

  • Fièvre (pas toujours)
  • Toux sèche
  • Difficulté à respirer (dyspnée)
  • Maux de tête
  • Douleurs diffuses dans tout le corps
  • Diarrhée
  • Rhinorrhée (nez qui coule)

Pour rappel, la grippe saisonnière donne certains de ces symptômes et elle est également présente actuellement !

Si les réponses aux questions vues au point précédent semblent positives, dans un premier temps, des examens seront fait en laboratoire ainsi qu’une radiographie des poumons (dans certains cas). Les résultats sont disponibles dans les 24 à 48 heures. Les patients suspects sont alors mis en isolement pendant ce temps-là.

En résumé, ne paniquez pas aux premiers symptômes ! Tant que l’OMS et les HUG nous disent qu’aucun cas n’a été détecté sur le sol suisse, cela ne sert à rien de créer une psychose autour de ce virus, qui pour le moment, est moins mortel que la grippe saisonnière en cours.

 

Sources :

https://www.who.int/health-topics/coronavirus

https://vigigerme.hug-ge.ch/fiche-vigigerme/2019-ncov-nouveau-coronavirus-2019

https://www.hug-ge.ch/laboratoire-virologie/centre-national-reference-pour-infections-virales

Photo credit : Infographic vector created by freepik – www.freepik.com

Deborah Rossi Deborah Rossi

Riche de 4 ans d'expériences dans l'administratif, bilingue français / italien et maîtrisant l'anglais, le domaine éditorial me permet de mettre mes compétences et connaissances sur "papier".
Je m'intéresse aux domaines suivants :
- Aux Ressources Humaines, plus particulièrement au recrutement et au placement
- A la réception, pour le contact humain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.