Happy @ work : un nouveau métier crée le buzz

Print Friendly, PDF & Email

Et si nous avions trouvé la clé du bonheur ?

Être heureux est une nécessité pour l’homme, un fondement de notre identité. Quand cet état de satisfaction est stable et durable, il nous rend plus responsable, engagé, ouvert et favorise les relations harmonieuses avec les gens qui nous entourent.

Alors qu’aujourd’hui le monde du travail est impitoyable et que tout s’accélère fortement, l’ambition de créer un environnement stimulant et épanouissant semble être la préoccupation de bon nombre de dirigeants qui reconsidèrent avec bienveillance la valeur et la place de l’individu dans le monde du travail.

Une prise de conscience qui, si elle est impulsée et portée par la Direction générale saura faire place à plus d’humanité et inciter les entreprises à agir avec bon sens et honnêteté.

 

La « Feel Good » attitude

Et voilà qu’à ce titre, un nouveau métier crée le buzz dans les médias et sur les réseaux sociaux, celui de « Chief Happiness Officer ».

Née dans la Silicon Valley de l’expérience de Google et de l’américain Tony Hsieh, cofondateur de Zappos – numéro un mondial des ventes de chaussures en ligne – l’idée est d’offrir un cadre de travail aux employés où bien-être et amusement se marient harmonieusement, et où les collaborateurs peuvent avant tout être eux-mêmes.

Bien qu’ayant fait ses preuves aux USA, ce concept, d’abord considéré comme fantaisiste, est pris de plus en plus au sérieux par les entreprises.

Elles y voient un bon moyen pour garder les équipes stimulées, impliquées et performantes et, pour réduire les conséquences improductives et destructrices découlant de la démotivation et du stress.

 

Les leaders de demain

Cette prise de conscience, Géraldine Finan, l’a eue. En tant que Coach et Chief Happiness Officer, elle a fondé en octobre 2016 à Genève la société Ubuntu Solutions dont la mission est de prendre soin des jeunes générations de leaders en entreprise.

“Aujourd’hui”, dit-elle, “avec la génération Z qui s’impose, nous ne pouvons plus faire semblant, ni ignorer leurs attentes.”

Leurs attentes sont très claires : un équilibre de vie entre professionnel et privé, du sens dans leur travail, la reconnaissance de leur valeur et de leurs compétences, la qualité des relations et un feedback instantané.

Éternelle optimiste et profondément convaincue de la nécessité d’ouvrir les esprits et de remettre au centre de nos préoccupations l’humain, Géraldine Finan insiste sur la nécessité pour un leader de faire preuve de courage managérial et d’embrasser avec audace le futur.

Le bonheur étant une notion subjective que seul l’individu est à même de doser en fonction de ses propres besoins, offrir un cadre agréable et bienveillant favorisera indéniablement son autonomie, sa liberté, ses talents et son état d’esprit. L’absentéisme, la maladie et le turn-over des employés s’en retrouvent alors fortement diminués.

 

Chief Happiness Officer : un nouveau métier ?

À mi-chemin entre communication, relations humaines et événementiel, le « Chief Happiness Officer » a pour mission d’accompagner les évolutions de l’entreprise, de fédérer et de garantir cohésion et bien-être des salariés grâce au dialogue et à l’organisation d’évènements dans l’entreprise.

Il doit également prêter une attention particulière aux situations individuelles. S’occuper du bien-être en entreprise est une fonction à plein temps qui demande un investissement de chaque instant fondé avant tout sur une relation de confiance.

Cette nouvelle philosophie inspire, s’exporte et se développe avec enthousiasme en Europe. Elle rendrait les collaborateurs plus heureux, épanouis et efficaces dans leur travail, mais attirerait et fidéliserait également les meilleurs talents.

Quand bien même cette nouvelle tendance pourrait donner l’impression d’un monde “bisounours”, restons lucides et ne perdons pas de vue que nous évoluons dans un système capitaliste dont l’objectif principal reste celui de la productivité et de la compétitivité.

Mais, si cet objectif peut être atteint dans un cadre ludique et dans des conditions de bienveillance et de bien-être, alors : “Sois reconnaissant envers les gens qui te rendent heureux. Ils sont les jardiniers qui font fleurir ton âme.» – Marcel Proust.

 

Sources :

https://newrepublic.com/happiness-officers

http://coaching-management-toulouse.com/faut-il-embaucher-un-chief-happiness-officer

Photo credit : OpenClipart-Vectors via Pixabay

Muriel Winkler

Muriel Winkler


Un métier qui me passionne et plus de 10 ans d’expérience à partager !

Mes missions en qualité de Responsable RH m’ont permis d’aborder des métiers et des domaines aussi divers que variés (industrie & banque) pour accompagner des populations multiculturelles allant de 250 à 600 collaborateurs.

Femme de terrain et d’action, les divers projets de réorganisation auxquels j’ai participé, ainsi que la conduite d’initiatives et de programmes RH, ont contribué à développer des compétences (écoute, empathie, conseil, communication, organisation, suivi, etc.) transférables à beaucoup de secteurs.

Quant à mon entregent, à ma curiosité et à mon tempérament entrepreneurial, je ne cesse d’explorer et d’élaborer des solutions afin d'améliorer les outils et rationaliser les processus.

Tout ceci avec un objectif unique : mettre l’individu au coeur de mes préoccupations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.