Faut-il avoir peur de l’intelligence artificielle ?

Print Friendly, PDF & Email

intelligence artificielle

L’intelligence artificielle est à l’heure actuelle en plein essor dans divers domaines d’activité, notamment dans le secteur des Ressources Humaines. Est-ce que cela signifie que nous allons bientôt « déshumaniser » les liens entre une entreprise et ses collaborateurs ?

 

L’intelligence artificielle au service de l’humain

« Il est bien évident que la gestion administrative des RH va être très significativement robotisée (…) Le recrutement n’échappera pas à la règle sous la poussée des chatbots – des logiciels programmés pour simuler une conversation en langage naturel -, des outils de matching des CV avec les postes vacants et des moteurs de tests psychologiques qui émergent sous forme de gaming», selon Anatole de La Brosse, directeur adjoint du cabinet SIA Parners. En effet, celui-ci pense qu’il est inévitable que des outils d’analyse dotés d’intelligence artificielle arrivent au sein des métiers RH.

Cependant, les professionnels des ressources humaines pourront travailler dans de meilleures conditions et surtout retrouver et se focaliser davantage sur les tâches les plus importantes et proches de l’humain, soit, apporter des solutions aux besoins des collaborateurs et les aider à gérer leur carrière.

 

Intelligence artificielle faible et forte

Il est important de prendre en compte les deux types d’IA (Intelligence Artificielle). L’IA faible, permet l’automatisation de certains systèmes. L’IA forte, elle, peut recréer une certaine action ou un certain comportement, mais aussi en comprendre les raisonnements. Cela lui permet également d’apprendre.

 

L’IA faible dans le processus RH

Actuellement, l’IA faible est présente dans les processus RH, même si c’est encore à une moindre échelle. Il s’agit principalement de chatbots. Cependant, il est crucial de noter que si ceux-ci sont capables de sélectionner des candidats, ils leur est impossible de faire une évaluation fine de celui-ci, notamment concernant le caractère, les points culturels, etc. que ce dernier pourrait amener à l’entreprise.

Toutefois, grâce à l’apprentissage automatique et à la rapidité à laquelle évolue l’IA, des chatbots, ainsi que des machines plus perfectionnées pourraient bientôt faire leur apparition.

Actuellement, des démarches automatisées se trouvent déjà en place, telles que LinkedIn ou Jobup, mais en Suisse l’IA reste faiblement présente dans les processus de recrutement. Son avantage principal est de proposer une aide sans intermédiaire dans les différentes étapes de recrutement.

Pour conclure, pour réussir l’intégration de l’IA au processus de recrutement, il est essentiel de mettre l’humain au centre des procédures. Si les outils automatisés sont une aide précieuse pour pré-évaluer les candidats, les entretiens d’embauche doivent être menés par des spécialistes RH bien humains.

 

Source : Article Gestion des Ressources Humaines, « Faut-il avoir peur de l’intelligence artificielle ? », HR Genève, Entreprise Romande, 1er février 2019

Photo credit : pixabay.com by sujins

Anaelle Ordinas

Anaelle Ordinas


My work is focused, responsive and consistent. I'm proactive and methodical. I enjoy challenges. It brings out the best in me. My skills include planing and I have a critical mind. I face situations with confident.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.