Le jeu vidéo en Suisse : les sports électroniques

Print Friendly, PDF & Email

Les sports électroniques : qu’est-ce ?

Souvent considérés comme une activité solitaire et menant à l’isolement, les jeux vidéo ont pourtant toujours eu une forte composante sociale, et même compétitive. En effet, de nombreux jeux encouragent la collaboration ou la compétition directe entre joueurs. L’avènement d’Internet a permis de connecter entre eux les joueurs du monde entier, entraînant le développement fulgurant des sports électroniques, c’est-à-dire la pratique du jeu vidéo en tant que sport de compétition.

A l’heure actuelle, les sports électroniques sont devenus une véritable industrie événementielle. Les revenus générés en 2016 à l’échelle mondiale sont estimés à près de 500 millions de francs suisses. Des tournois internationaux de très grande envergure sont organisés chaque année, proposant des prix de plus en plus vertigineux.

 

Fédérations e-sportives en Suisse et à Genève

En comparaison avec la Corée du Sud, les États-Unis ou la Suède, la scène e-sportive suisse est encore à un stade embryonnaire. Cependant, des infrastructures sont déjà en place, et sont en constante évolution.

Membre fondateur de la « International e-Sports Federation », la Fédération Suisse de l’e-Sports travaille depuis près de dix ans à la reconnaissance des sports électroniques en tant que discipline sportive, et favorise la création de standards professionnels.

Depuis 2014, le canton de Genève a également sa propre fédération. Première structure cantonale officielle, la « Geneva e-Sport Federation » (GeSF) a tout récemment rejoint l’Association Genevoise des Sports – un évènement majeur pour la reconnaissance de l’e-sport. A l’échelle locale, la GeSF a comme projet la création d’un centre sportif afin de promouvoir l’e-sport comme activité extra-scolaire, et de poser les bases d’une ligue officielle.

La reconnaissance progressive des sports électroniques en tant que discipline sportive permettra aussi de mettre en place des programmes sports/études dont les e-athlètes pourraient bénéficier au même titre que les jeunes sportifs d’aujourd’hui. La GeSF a déjà entamé le dialogue avec l’Université de Genève afin de discuter d’un tel programme.

 

Métiers émergents

Les sports électroniques ont de très nombreux aspects en commun avec les sports de compétition traditionnels. C’est également le cas du corps de métiers qui se développe autour de l’e-sport.

Nous avons tout d’abord le joueur professionnel : beaucoup de joueurs en rêvent, mais il est encore difficile d’en vivre pour la grande majorité d’entre eux. La carrière d’un joueur professionnel est particulièrement courte – les pro gamers prennent en général leur retraite vers 25 ans.

Passé cet âge, un joueur professionnel peut s’orienter vers le coaching. Tout comme un sportif de haut niveau, le joueur professionnel a besoin d’entraînement, de discipline dans son hygiène de vie, et de conseils en matière de stratégie.

Les managers sont également essentiels à un haut niveau de compétition, surtout pour les équipes e-sportives. Ils s’occupent notamment de la gestion des contrats des e-athlètes, ainsi que de leur inscription aux différents tournois.

Les très nombreux tournois qui ont lieu chaque année offrent aussi de nombreuses possibilités aux organisateurs d’événements et aux commentateurs intéressés par la scène e-sportive.

 

Formations

Si les formations suisses dans le domaine des sports électroniques sont encore au stade de projet, le concept d’académie e-sportive existe déjà bel et bien – notamment en France, où l’e-sport est officiellement reconnu depuis mai 2016.

Ces écoles offrent des formations en internat, où les étudiants peuvent se familiariser avec les diverses disciplines de l’e-sport, et construire un projet professionnel.

De manière générale, un travail d’éducation est nécessaire – tant auprès du grand public qu’auprès des joueurs. Il s’agit de combattre les clichés et les fausses idées avec des données réelles. La mise en place d’une infrastructure pour les jeunes permettrait également de sensibiliser ceux-ci aux difficultés d’une carrière e-sportive, tout en leur apportant le soutien dont ils ont besoin.

 

L’image des jeux vidéo compétitifs est peu à peu en train de changer. Bien qu’encore perçus par les masses comme un loisir addictif, ils sont désormais reconnus comme discipline sportive dans plusieurs pays.

Malgré son temps de retard, la Suisse est sur la bonne voie. La rapide croissance de l’industrie suscite un intérêt grandissant auprès d’investisseurs potentiels, et contribue à créer un terrain favorable au développement des sports électroniques en pays helvète.

 

Sources :

Informations recueillies lors du Forum Genevois du sport électronique le 13 mai 2017
https://www.letemps.ch/societe/2016/08/27/suisse-difficile-essor-lesport

Photo credit : Roman Kosolapov via shutterstock.com

Alexandra Gorbounova Alexandra Gorbounova

Titulaire d’un Bachelor en Lettres (Français et Anglais), j’ai également démontré mes compétences linguistiques et organisationnelles dans des cadres professionnels variés, où j’ai assuré la gestion administrative durant plus de six ans. Flexible et polyvalente, j’ai su m’adapter avec aisance à de nombreux domaines, et ma curiosité naturelle me pousse toujours à explorer de nouveaux horizons.
Passionnée de jeux vidéo, je m’intéresse tout particulièrement aux nouvelles opportunités offertes par le progrès technologique, notamment en matière de métiers et secteurs émergents.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.