La Blockchain I : Qu’est-ce que la blockchain et que nous promet-elle ?

Print Friendly, PDF & Email

Suite à un intérêt exponentiellement croissant ces dernières années, la blockchain est désormais l’un des sujets d’actualités les plus probants de notre temps. Hormis les experts en la matière, son origine, sa signification et son utilité restent encore relativement méconnues du grand public.

L’objectif de cette introduction, dans une série de trois articles, sera donc d’introduire la blockchain dans un premier temps avant d’explorer plus en profondeur les différentes facettes et applicabilités de son écosystème.

 

Les origines de la blockchain

Au pic de la crise financière de 2008, l’équilibre financier et monétaire planétaire atteint son point le plus critique. Craignant que la crise des subprimes, à l’origine de celle-ci, n’anéantisse intégralement le système financier international, les plus grandes banques centrales furent forcées d’intervenir afin de sauver l’économie mondiale. Grâce à leurs injections de liquidités, au travers d’assouplissements quantitatifs, la stabilité économique fût progressivement restaurée au fil du temps.

Cependant, malgré l’effet salvateur de ces mesures d’urgence, nombreux furent ceux qui remirent en question la fiabilité de ces institutions financières, ainsi que la concentration du pouvoir monétaire qu’elles représentaient. C’est donc à l’aube de cette crise financière que la technologie blockchain émerge pour la première fois, notamment avec l’apparition du Bitcoin en 2009. Son objectif principal vise à décentraliser les autorités financières tout en démocratisant le pouvoir entre particuliers afin de redonner confiance en la transmission des données et des échanges commerciaux.

 

La blockchain, qu’est-ce que c’est ?

Pour faire simple, la blockchain représente un registre électronique au travers duquel des transactions sécurisées se complètent l’une derrière l’autre sous forme de blocs, qui viennent eux-mêmes s’ajouter à une chaîne de blocs déjà existante. Ces transactions, sécurisées par le biais de la cryptographie et du minage, peuvent toutes être visualisées dans une blockchain (« chaîne de blocs ») censée être accessible à tous.

La technologie blockchain fait particulièrement office de livre comptable pour le protocole d’échange d’information de pair à pair « Bitcoin », sur lequel s’échange la cryptomonnaie « bitcoin » (considérée comme la monnaie électronique de l’échange).

La blockchain permet donc de stocker et de transmettre des informations de manière transparente et sécurisée, sans pour autant avoir recours à un organe central de contrôle. Elle constitue ainsi une base de données distribuée entre plusieurs utilisateurs qui permet d’enregistrer et de gérer des listes d’informations, tout en les protégeant de tentatives de manipulation ou de falsification.

Une blockchain représente alors une chronologie décentralisée et sécurisée de transactions effectuées depuis le point de départ d’une chaîne d’opérations, afin d’assurer la confiance entre utilisateurs.

 

Ethereum : Blockchain 2.0

Outre le Bitcoin, l’Ethereum est considéré comme la blockchain la plus prometteuse. Celle-ci fonctionne comme une sorte « d’ordinateur mondial » qui permet à toute personne de développer des applications décentralisées, de manière sécurisée.

Vitalik Buterin, son fondateur, explique qu’à la différence de la blockchain du Bitcoin, qui a été plus spécifiquement conçue pour des applications monétaires, celle de l’Ethereum permet de générer un panel diversifié d’applications. Sa technologie permettrait donc de bâtir un monde internet où les intermédiaires disparaîtraient intégralement pour permettre au client final d’accéder directement aux services qu’il recherche.

Entre autres, des particuliers pourraient immédiatement s’accorder entre eux aux travers de contrats numériques, sans nécessiter l’intervention d’avocats pour en fixer les modalités. Grâce à l’infrastructure de l’Ethereum, tout marché conclu serait inchangeable et infalsifiable grâce au protocole cryptographique en place. Dans ce cas précis, cela permettrait donc d’économiser en frais d’avocat, tout en gagnant en sécurité.

 

Les « smart contracts » : pièces maîtresses de l’Ethereum

Les « smart contrats » sont des programmes qui appliquent automatiquement des conditions prédéfinies, établies sur des instructions conditionnelles de type « if – then » (si – alors).  Ces contrats, dit intelligents, s’exécutent bien plus rapidement et efficacement, tout en maintenant une confiance mutuelle entre utilisateurs, du fait qu’ils seront exécutés comme convenu. Ces programmes sont donc capables d’écarter tout problème d’aléa moral tout en réduisant les coûts d’exécution, de vérification, d’arbitrage et de fraude qui seraient impliqués. Ils offrent de multiples applications, notamment en assurance.

Une utilité diversifiée

Même si la blockchain a été créée à la base pour optimiser les échanges monétaires, celle-ci sert une volonté plus large de sécuriser l’échange et la transmission des données.

Cette révolution pourrait donc résoudre un grand nombre de problèmes d’actualités en entreprise ou servir de nombreux domaines d’activités, tels que le luxe ou l’immobilier. De même, d’autres documents importants comme des cadastres ou bien même un vote pour une élection pourraient bénéficier de cette technologie.

 

Retour vers le futur

En conclusion, la blockchain promet un avenir bien plus sécurisé et fiable au niveau de l’information et des transactions que les paradigmes actuels ne sauraient le garantir. Malgré les doutes légitimes portant sur la viabilité des cryptomonnaies, la technologie blockchain qui les sous-tend saura s’intégrer plus largement au sein de divers univers, autres que celui des échanges monétaires.

Dans un prochain article, la société Lian Group, spécialiste en investissements blockchain, nous fera part de ses activités et projections sur l’avenir du domaine au travers d’un entretien exclusif avec son co-fondateur Nessim Gaon.

 

Sources :

Photo credit : jaydeep_; TheDigitalArtistxresch via pixabay.comETC via flickr.com

Theo Sebagh About Theo Sebagh

I am naturally curious, both personally and professionally, and constantly seek to learn new knowledge while putting it into practice. I enjoy spending my time getting a deeper understanding on a variety of subjects, making sure that I can grasp the less obvious intricacies while covering the bigger picture. I love tech and anything related to solving problems.  Mastering the Microsoft Office Suite as well as getting to know more about various other applications and technological tools are a passion of mine!

I enjoy building strong long-lasting relationships with people, so gathering, analyzing, evaluating and presenting information to support others is what personally drives me. I am currently investigating how the skills I have used and developed as an analyst in finance can help me to continue to evolve as I look forward to my next challenge.

One of my favorite quotes by Benjamin Franklin: "An investment in knowledge pays the best kind of interest."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.