Les conséquences de la Covid-19 sur l’immobilier à Genève

Print Friendly, PDF & Email

immobilier

La pandémie a tout changé. Elle a touché notre santé, l’économie, mais également notre façon de vivre. Par conséquent, elle a sans nul doute influencé le secteur de l’immobilier. C’est ce que nous allons vous expliquer.

 

La pandémie comme catalyseur du marché immobilier

Les effets du Covid-19 sur les marchés immobiliers et sur les valeurs immobilières avaient été difficiles à évaluer et à anticiper, lors du premier confinement. Contrairement à ce qu’annonçaient certains experts qui s’attendaient à un effondrement, la pandémie a joué le rôle d’accélérateur. En effet, le fait de rester confiné en pousse certains à envisager le fait de trouver un logement plus grand ou plus en adéquation avec leur style de vie et pensent même, pourquoi pas, à avoir accès à la propriété.

 

La stabilité économique Suisse

En Suisse, la performance économique n’a pas autant chuté que chez nos voisins industrialisés. Les experts anticipent donc un recul de la conjoncture d’environ 3,3% pour l’année 2020. En effet, les mesures d’urgence mises en place ont nettement limité la casse. Le nombre de faillites et le niveau de chômage sont donc plus ou moins stables. Les dépôts de bilan devraient cependant malheureusement augmenter au premier trimestre 2021, avec l’apparition de variants corrélés à des mesures de protection toujours plus accrues.

 

Le télétravail

Certaines tendances sont amenées à durer dans le temps, comme le télétravail qui jouera un rôle primordial sur la demande de bureaux et l’organisation du logement. Ce qui contribue au renforcement du désir d’accéder à la propriété immobilière. Les gens ne savent pas combien de temps la pandémie va durer et se préparent donc à travailler davantage en distanciel.

 

La qualité du lieu de vie

De plus, durant le confinement, nous avons tous passé plus de temps à la maison, nous poussant à réfléchir à la qualité de notre lieu de vie. C’est pourquoi la plupart des gens aménagent leur lieu de vie, de manière à ce qu’ils se sentent au mieux chez eux.

 

De locataire à propriétaire

Cette fameuse crise a donc incité les locataires à emménager dans des appartements plus grands, voire à devenir propriétaires.

Pour conclure, cette pandémie a boosté le marché de l’immobilier et fait grimper la demande. De ce fait, l’offre ne suit plus et les prix sont en augmentation.

 

Lectures complémentaires :

PropTech : Les nouvelles technologies dans l’immobilier

Le marché de l’immobilier résidentiel de luxe à Genève en 2021 

 

Source : Moservernet.ch

Photo credit : StockUnlimited

Laurent Rodriguez Laurent Rodriguez

Courtier en immobilier, ce que j’aime dans mon métier: C’est mettre en relation clients et propriétaires.
Pour un client : -Savoir son budget, le nombre de m2 souhaités ainsi que la zone d’habitation désirée (rive droite, rive gauche) et m’adapter selon son budget. Le mettre ensuite en relation avec un conseiller en financement avec lequel je collabore afin de savoir si les banques vont ou non lui octroyer un crédit.
Je les accompagne tout au long du processus d’achat en les faisant visiter différents biens préalablement sélectionnés selon leurs critères, jusqu’à la signature chez le notaire.
Pour un propriétaire : -Prendre connaissance du bien à vendre que ce soit un appartement, une villa ou un immeuble locatif/commercial en prenant tout les dossiers utiles à la vente (plans, descriptif des prix, les coupes etc)
Je les accompagne en Français, Anglais, Espagnol ou Italien, ce qui facilite la relation avec un mandant lorsque l’on s’exprime dans sa langue.
Ayant une bonne connaissance du marché immobilier genevois je me ferai un plaisir de satisfaire mon client.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.