Les matières premières, sous un angle différent – 3. Le café

Print Friendly, PDF & Email

café

La Suisse est une plaque tournante du négoce des matières premières. Saviez-vous que cette activité représente 4% du PIB suisse, et même 22% des recettes fiscales pour le canton de Genève ?

Nous continuons d’explorer ce vaste sujet sous un autre angle, et nous publions une série d’articles, en nous focalisant à chaque fois sur une matière première avec des anecdotes, des citations. Aujourd’hui, nous allons nous pencher sur le café.

Les légendes sur l’origine du café, transmises oralement par des conteurs orientaux, se sont perpétuées depuis des siècles.

La légende la plus répandue sur l’origine du café est celle du berger Kaldi.

Ses chèvres étaient plus agitées que d’habitude après avoir ingéré les fruits de cet arbuste, Perplexe, il apporta ces fruits au monastère le plus proche. Les religieux y virent le fruit du Malin et s’en débarrassèrent en les jetant au feu. Mais l’odeur qui se dégagea du brasier leur plut et ils retirèrent les baies des flammes.
Le café fit alors ses preuves au sein de la communauté qui parvint à en extraire un délicieux breuvage leur donnant plus d’énergie et de concentration pour leurs prières du soir.

 

Les origines du café : entre Ethiopie et Yémen

Le café est historiquement originaire d’Ethiopie, dans la province de Kaffa, mais la question n’est pas absolument tranchée.

En effet, tout l’enjeu de savoir si le café a été utilisé pour la première fois en Éthiopie ou au Yémen est un sujet de débat et chaque pays a ses propres mythes, légendes et faits, concernant l’origine de la boisson.

En 1583, un médecin allemand de retour d’un voyage de dix ans au Moyen-Orient, Léonard Rauwolf, fut le premier Occidental à décrire le breuvage : « une boisson aussi noire que l’encre, utile contre de nombreux maux, en particulier les maux d’estomac. Ses consommateurs en prennent le matin, sans se dissimuler, dans une coupe en porcelaine qui passe de l’un à l’autre et où chacun prend une rasade sonore. Elle est composée d’eau et du fruit d’un arbuste appelé bunnu »

Saviez-vous que le célèbre écrivain Honoré de Balzac était un véritable accro au café ?

On dit qu’il pouvait boire jusqu’à 50 tasses par jour, à des concentrations extrêmement élevées.

Il faut dire qu’il travaillait comme un forçat et pouvait rester jusqu’à 18 heures par jour sur ses manuscrits

 

Effets du café sur le corps humain

Le chimiste allemand Friedlieb Ferdinand Runge (1794-1867) s’est penché sur les effets du café sur le corps humain, il y a près de 200 ans

Il réussit à isoler de la caféine pure, qu’il nomme alors “kaffein”. Il prouve alors les propriétés énergisantes présentes dans le café, mais également dans les feuilles de maté et de thé. Même si celles-ci prennent un nom différent (théine, matéine), il a été prouvé qu’elles se composent de la même formule chimique que la caféine.

Ce n’est qu’à la fin du19ème siècle que la structure exacte de la caféine a été établie, puis synthétisée quelques années plus tard par Emil Fisher.

 

Défis

Il y a beaucoup de défis à relever tant sur le plan environnemental, comme par exemple obtenir un recyclage de dosettes, que sur le plan de la traçabilité de la production.

Un autre objectif est d’améliorer les conditions de vie des personnes concernées par les chaînes d’approvisionnement.

Le changement climatique place les familles de producteurs devant de grands défis. On assiste par exemple, à l’apparition de maladies, qui sont favorisées par l’augmentation des températures.

Pour les petits producteurs qui ne sont pas regroupés en coopératives, le pouvoir de négociation est très faible, car ils n’ont pas accès aux informations concernant le marché et les prix.

En raison de surfaces cultivées, de petite taille, et de récoltes faibles, les petits producteurs de café vivent dans la pauvreté.

Peu ont leur mot à dire dans la chaîne de livraison du café, car cette dernière est dominée par un petit nombre de multinationales commerciales et spécialisées dans la torréfaction.

Et pour finir, il y a des coûts agricoles et budgétaires croissants, notamment dus à la crise économique, ce qui constitue des obstacles pour les producteurs de café.

 

Et maintenant

Quelles sont les prévisions pour le café ?

Dans un article paru le 10 décembre 2021, ING prévoie :

« The coffee market has already suffered from drought and frost damage. How much of an impact this will have on next season’s crop will depend on precipitation over the rainy season. Given the uncertainty, coffee prices are likely to remain elevated until the market gets a better idea of how big Brazil’s next crop will be. »

Le marché du café a déjà souffert des dommages causés par la sécheresse et le gel. L’impact sur la récolte de la saison prochaine dépendra des précipitations de la saison des pluies. Compte tenu de l’incertitude, les prix du café devraient rester élevés jusqu’à ce que le marché ait une meilleure idée de l’importance de la prochaine récolte brésilienne.

 

Dans la même série « Les matières premières, sous un angle différent » :

1. Le chocolat

2. Le tournesol

 

Photo credit  : canva.com

Pascaline Stella Pascaline Stella

I worked as an information officer in the field of commodities in a bank. I have 20 years of experience.
What I like most about my job is researching, find the right information and finally that people are satisfied with my work.
I'm passionate in history. I'm interested in social media, and I am familiar in community management

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.