Les MMT sont-elles des clefs pour la réinsertion professionnelle ?

Print Friendly, PDF & Email

MMTQue sont les MMT ?

MMT signifie : Mesure du Marché du Travail

Les premières mesures du marché du travail ont été introduites en Suisse en 1998 par l’assurance-chômage. Ce sont des mesures de réinsertion qui ont pour but d’améliorer les chances d’une personne inscrite au chômage de retrouver un travail.

Pour qu’un assuré puisse prendre part à une MMT, il doit remplir les conditions générales ouvrant droit à l’indemnité définies à l’article 8 de la loi fédérale sur l’assurance-chômage obligatoire et l’indemnité en cas d’insolvabilité (LACI). Les mesures de formations peuvent être aussi octroyées lorsque l’employé est menacé de chômage imminent et qu’il est inscrit à l’autorité compétente. Le financement d’une mesure par l’assurance-chômage est applicable jusqu’à l’expiration du délai cadre d’indemnisation.

Il appartient aux cantons de mettre à disposition des chômeurs le nombre de places et le type de MMT qu’ils jugeront nécessaires. Le conseiller en personnel de l’Office Régional de Placement (ORP) aidera le chômeur à identifier les mesures adaptées à sa situation.

Ces mesures peuvent prendre différentes formes, telles que cours, stages, allocations d’initiation au travail (AIT), allocations de formation (AFO) ainsi que soutien à une activité indépendante (SAI), entreprise d’entraînement et programmes d’emploi temporaire.

 

Mesures de formation

Cours collectifs ou individuels

Ce sont des cours de perfectionnement et de reconversion donnés par des enseignants qualifiés. Ils sont de plusieurs natures ; nous pouvons trouver des cours sur Ms Office de différents niveaux, des cours de langue, de dactylo, de comptabilité, cours de techniques de recherches d’emploi, bilan de compétences.

Stages de formation

La personne possède un CFC ou un diplôme de fin d’études et est au chômage ou menacé de l’être. De plus, la situation du marché du travail nécessite qu’elle suive un stage de formation pour améliorer ses aptitudes au placement, elle pourra être placée au sein d’une entreprise ou d’une administration afin d’acquérir les compétences qui lui font défaut. Pratique professionnelle et pratique d’une langue font partie de ces stages de formation.

Entreprises de pratique commerciale – Entreprises d’entraînement

Afin d’acquérir une expérience ou une formation complémentaire dans le domaine commercial, cette MMT vous permettra d’apprendre en travaillant.

Elle est conçue pour les personnes dont le manque d’expérience pratique immédiate et récente représente un handicap au placement. Ces entreprises d’entraînement stimulent toutes sortes de secteurs d’activité, non seulement l’administratif, le financier, la comptabilité, mais aussi l’artisanat et la technique, avec la fabrication, la construction et la conception en pratiquant des activités réalistes.

Cette mesure est souvent prévue pour de jeunes chômeurs sortant d’apprentissage ou des personnes en reprise d’activité professionnelle.

La répartition d’une journée de travail s’organise en générale de la façon suivante :

  • Pratique : 60 %
  • Formation : 20 %
  • Recherche d’emploi : 20 %

 

Mesures d’emploi

PETF – Programmes d’emploi temporaire fédéraux

Cette mesure permet de réinsérer la personne dans le monde du travail en exerçant une activité professionnelle. Elle pourra ainsi utiliser et approfondir ses qualifications clés et maintenir et améliorer sa compétitivité sur le marché du travail. Il est possible d’exercer cette mesure dans des secteurs variés, tels que la nature, la protection de l’environnement, l’engagement social, le recyclage de matériaux divers, les travaux au sein d’administrations publiques etc.

SEMO – Semestre de motivation

Cette mesure est destinée à des jeunes ayant interrompu leur apprentissage, ayant obtenu leur maturité ou à des personnes ayant abandonné le gymnase ou une autre école. Elle vise à les aider dans le choix d’une formation. En règle générale, les personnes sont libérées des recherches d’emploi durant cette mesure. Le but poursuivi est l’obtention d’une place d’apprentissage, respectivement d’une formation.

Ceux qui ont exercé une activité soumise à cotisation, pendant douze mois,  reçoivent leur indemnité journalière, en plus d’un forfait de CHF 7.- par jour pour les frais. Quant aux autres qui ont un délai d’attente spécial de 120 jours, ils touchent un montant de soutien de CHF 450.- nets en moyenne par mois.

SP – Stage professionnel

Cette mesure du marché du travail est effectuée sous forme d’emploi temporaire en entreprise privée ou dans une administration publique. Son but est de favoriser la réinsertion professionnelle par l’acquisition de l’expérience professionnelle et de contacts noués avec leur profession ou une activité proche de celle-ci, ainsi que l’approfondissement des connaissances professionnelles acquises. L’activité exercée pendant le stage ne devrait pas avoir un caractère exclusivement productif, mais l’assuré devrait aussi avoir suffisamment de temps à disposition pour effectuer ses recherches d’emploi et se consacrer à sa formation et à son perfectionnement.

Le stage professionnel ne doit en aucun cas mettre en péril l’existence de places de travail.

Le stage professionnel est particulièrement indiqué pour les jeunes sortant de formation, mais sans expérience professionnelle et également destiné aux ayants droits qui ont besoin d’élargir leur expérience professionnelle.

Différence entre SP et stage de formation

Le SP vise à fournir à l’assuré qualifié une première expérience professionnelle ou une remise en contact avec sa profession ou le monde du travail, tandis que le stage de formation vise à compléter les connaissances dans un domaine où l’assuré présente des faiblesses.

Pour le SP, un accord d’objectifs devra être conclu entre l’entreprise, le stagiaire et l’autorité compétente et un programme devra dans tous les cas être établi. A la fin du stage, l’entreprise délivrera au stagiaire un certificat mentionnant les activités effectuées, ainsi que les connaissances et aptitudes spécifiques qu’il a acquises.
L’entreprise accueillant le stagiaire doit en principe être habilitée à former des apprentis, ou si ce n’est pas le cas, offrir toutes les garanties requises et disposer de l’infrastructure et du personnel nécessaire au bon déroulement de la mesure.
La participation financière de l’entreprise s’élève à 25 % de l’indemnité  journalière de stage brute. Ce taux de 25 % est le taux minimal, il peut être revu à la hausse par les cantons.

Comme nous pouvons le constater dans la description de ces mesures, les principaux objectifs sont les suivants :

  • Améliorer les connaissances spécialisées
  • Faire apprendre de nouvelles techniques et méthodes
  • Permettre de nouer de nouvelles relations

Le but final est la réinsertion professionnelle

Afin que la mesure ait du succès, il faut être attentif à l’adéquation de la mesure avec les réels besoins du chômeur. Le temps et les moyens financiers doivent être en rapport avec les objectifs visés par la mesure. Une mesure de formation ou d’emploi ne devrait pas dépasser une durée de 12 mois. Si elle est surdimensionnée, l’objectif recherché et l’amélioration de l’aptitude au placement peuvent également être atteints par une mesure moins longue.

La motivation de l’assuré (objectif personnel ou mesure permettant de sortir du chômage) et son âge (une formation de base ne devrait pas être délivrée aux jeunes) sont à prendre en considération.

Des règles réciproques sont à respecter. Les assurés sont tenus de suivre les instructions de l’organisateur de la mesure, sous peine de sanctions. Ce dernier négocie avec les assurés un accord d’objectifs. En contrepartie, il remettra spontanément à l’assuré une attestation de travail.

 

D’autres mesures existent telles que les mesures spécifiques.

AIT – Allocation d’initiation au travail

Un candidat (chômeur) intéresse un employeur, mais celui-ci manque de compétences. L’assurance-chômage peut alors financer une partie de son salaire, et en échange l’employeur engage le candidat à durée indéterminée et le forme. Attention ! Ceci ne concerne pas la formation usuelle destinée à toute nouvelle personne rejoignant une entreprise.

Exemples d’AIT

Jusqu’à 50 ans

  • 60 % du salaire brut du 1er mois au 2ème mois
  • 40 % du salaire brut du 3ème mois au 4ème mois
  • 20 % du salaire brut du 5ème mois au 6ème mois

A partir de 50 ans

  • 60 % du salaire brut du 1er mois au 6ème mois
  • 40 % du salaire brut du 7ème mois au 12ème mois

AFO – Allocation de formation

L’assurance-chômage permet d’engager un chômeur en apprentissage, afin d’obtenir un Certificat Fédéral de Capacité (CFC) ou une Attestation de Formation Professionnelle (AFP). Il doit être âgé de plus de 25 ans, avoir déjà eu une ou plusieurs expériences professionnelles, ainsi qu’avoir besoin d’acquérir une qualification professionnelle. Ainsi, il pourra bénéficier d’un salaire de CHF 3500.-

PeSE – Contribution aux frais de déplacement et de séjour

Cette contribution sert à favoriser la mobilité géographique et à couvrir un préjudice financier, lorsque le futur lieu de travail se trouve en dehors de la région de domicile et qu’avec un moyen de transport public, le trajet dépasse 50 kilomètres, ou quand il ne peut être atteint en une heure au moyen d’un véhicule privé, et que vous n’avez pas trouvé de travail convenable dans votre région de domicile et que vous avez donc accepté un emploi hors de celle-ci. L’assurance-chômage vous rembourse partiellement vos frais effectifs de déplacement hebdomadaire, de logement et de repas pendant au maximum six mois durant le délai-cadre d’indemnisation.

Le demandeur d’emploi doit présenter une demande de prestations au plus tard 10 jours avant le début de son contrat de travail.

SAI – Soutien à une activité indépendante

Pour obtenir ce soutien, en premier lieu, il est nécessaire de présenter à votre conseiller en personnel de l’ORP, une esquisse de projet démontrant que votre future activité indépendante est économiquement viable. Ensuite, l’assurance-chômage vous libère pendant 90 jours de l’obligation de chercher un emploi en assumant partiellement les risques de perte. Vous pouvez ainsi démarrer la planification de votre activité indépendante.

 

Autres aides au recrutement

Test d’aptitude

D’une durée allant de 1 à 5 jours, le test d’aptitude vous permet de vérifier que le candidat sélectionné répond à vos attentes.

EDS – Emplois de solidarité

Ils sont créés au sein d’institutions privées ou associatives à but non lucratif, poursuivant des buts d’intérêt collectif et déployant des activités sur le marché complémentaire de l’emploi.  Ils sont le fruit d’un partenariat entre ces institutions et le département de la sécurité, de l’emploi et de la santé ou DSES.

ARE – Allocation de retour à l’emploi

Cette allocation permet à l’employeur de bénéficier de l’aide financière de l’Etat dans le cadre du recrutement d’une personne en fin de droit, en contrat à durée indéterminée. L’Etat finance une partie du salaire de votre nouveau collaborateur, durant une période pouvant varier en fonction du profil du candidat. La participation s’élève à 50 % du salaire brut.

  • Pour les demandeurs d’emploi de moins de 50 ans au moment du dépôt de la demande, 12 mois consécutifs au maximum
  • Pour les demandeurs d’emploi de 50 ans et plus au moment du dépôt de la demande, 24 mois consécutifs au maximum

Le salaire maximum couvert par l’ARE est plafonné au montant du salaire médian genevois, à savoir CHF 7’278.-. La participation mensuelle de l’Etat ne peut donc dépasser CHF 3’639.-.

Si vous désirez engager une personne avec l’ARE, contactez : are@etat.ge.ch ou 022 546 37 72

 

Les employeurs

Les mesures AIT et ARE sont particulièrement importantes pour les employeurs, car ceux-ci peuvent former un employé non seulement aux métiers de leur entreprise, mais aussi bénéficier d’une participation au salaire de l’employé.

  • Les employeurs connaissent-ils cette possibilité ?
  • Comment les chômeurs peuvent-ils mettre en avant cette allocation d’initiation au travail dans leur candidature ? Les assurés doivent-ils en parler ou est-ce au service employeurs de l’office Cantonal de l’emploi à faire plus d’information sur cette mesure aux employeurs ?

Le 20 février 2020, à Genève, une charte de partenariat a été mise en place entre l’Office Cantonal de l’Emploi et les employeurs privés.

 

Lecture complémentaires :

Simona Cantarelli – La fondation IPT : la personne au centre du marché de l’emploi

 

Sources :

Bulletin MMT LACI

https://www.ge.ch/recruter-candidat-inscrit-au-chomage/recruter-grace-aux-allocations-ait-afo-are

http://insertion-vaud.ch/modules/documentation/files/evaluation-des-mesures-du-marche-du-travail.pdf

Crédit photo : nugroho dwi hartawan de Pixabay

Jacqueline Gremaud Jacqueline Gremaud

En tant qu'assistante ressources humaines et insertion, mon travail polyvalent consiste à gérer le cycle de vie non seulement des collaborateurs en entreprise, mais aussi celui des emplois de solidarité, des personnes en activité de réinsertion et des apprentis. De leur entrée à leur départ de la société, j’établis leurs documents administratifs, je les assiste dans leurs demandes aux assurances sociales et je les accompagne à effectuer différentes démarches pour une formation et leurs recherches d’emplois.
Sens de l’organisation, une certaine rigueur, écoute, empathie, dynamisme et esprit d’équipe font partie des qualités de ce métier dans lequel je peux m’exprimer pleinement et vous apporter mes compétences et mes connaissances.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.