On ne lâche rien !

Print Friendly, PDF & Email

 

 

Ou comment le collectif genevois de la grève féministe a rebondi suite à la décision du Conseil fédéral d’interdire toutes les manifestations de plus de 1000 personnes

L’alerte annonçant la nouvelle résonne sur tous les téléphones. Coronavirus oblige, il faut se rendre à l’évidence : la manifestation organisée par Le Collectif Genevois de la Grève féministe/Grève des femmes qui devait avoir lieu à Genève ce dimanche 8 mars, est annulée.

Des mois de préparation anéantis en l’espace de quelques secondes. Face au désarroi, la question ardente sur toutes les lèvres : “et maintenant, qu’est-ce qu’on fait?”

Gestion de crise

Cet exemple illustre parfaitement la question de la gestion de crise dans les relations publiques. Une situation imprévisible et fortuite à laquelle il faut répondre rapidement et stratégiquement. Une préparation en amont est toujours conseillée, notamment au niveau des actions à entreprendre : mettre en place des mesures et des directives claires pour anticiper, veiller et agir si cela devait se révéler nécessaire.

Le mot d’ordre ? Savoir rebondir et oser braver la tempête avec créativité, résilience et courage.

Le collectif

C’est peut-être l’un des secrets qui rend ces femmes si victorieuses. Cette force puisée dans une lutte commune qui les unit.

Constitué en amont à la préparation de la grève nationale Suisse du 14 juin 2019, le collectif est composé de femmes de tout âge, certaines militantes, d’autres apolitiques, aux horizons et aux parcours différents.

Un mouvement démocratique, avec une hiérarchie horizontale, des coordinations constituées au niveau national, par régions linguistiques, puis par ville, allant même jusqu’aux quartiers. « Une nouvelle forme de penser la société… décentralisée et égalitaire », nous relate Sarah Flores, membre du secrétariat du collectif genevois. « Nous sommes un mouvement autonome et autogéré par des femmes de bonne volonté ».

Tout le monde est à la même enseigne, chaque opinion est entendue et toute décision, étant le fruit d’une collaboration collective, doit faire l’objet d’un consensus. La notion de l’empowerment étant au cœur du mouvement.

Aude Spang, autre membre du secrétariat du collectif genevois, le souligne : « Ton opinion peut influencer une décision – chacune a un pouvoir politique. Il faut conscientiser les femmes et leur faire comprendre qu’elles peuvent être des sujets politiques et pas seulement des victimes face à la discrimination. »

#Onlacherien

Plus qu’un slogan et son hashtag correspondant; un cri du cœur. Qu’à cela ne tienne ! On ne lâche rien! Le collectif se réunit de suite et réfléchit aux alternatives possibles. La solution ? Décentraliser les actions, éclater le rassemblement, être présentes, mais autrement. L’essentiel étant de donner de la visibilité au mouvement pour continuer à informer et communiquer.

Il faut rapidement demander de nouvelles autorisations, contacter la presse, relayer l’information sur les réseaux sociaux, activer les groupes WhatsApp, rédiger des newsletters – utiliser tous les moyens de communication possibles, en dépit du peu de moyens financiers à disposition.

Et au final…

Un programme inédit pour le 8 mars avec des actions éparpillées dans la ville pendant tout le weekend. Des concerts, des expositions, des discours, des tables rondes et des ateliers. Pour celles et ceux qui ne pourront pas sortir, une diffusion continue sur les radios LibreRadio et Fréquence Banane.

Pas de rassemblement massif ? Pas de problème ! Une flashmob est lancée: reprendre, où que vous soyez, à l’heure symbolique de 15:24, la performance créée le 25 novembre 2019 par le collectif « Las Tesis » au Chili, à l’occasion de la Journée Internationale pour l’élimination des violences faites aux femmes. (Retrouvez les paroles en français sur la page facebook du collectif).

Le rendez-vous est pris.

Les organisatrices vous remercient de votre bienveillance et vous demandent de bien vouloir suivre les consignes de sécurité concernant le Coronavirus.

 

 

 

Lectures complémentaires : 

Les Créatives, un festival féminin et féministe par Amanda Spierings

Journée de la femme le 8 mars… par GBNews-reporters

Sources : Frauenstreik 2019, 14 juin Genève, Facebook

Crédits photos : Frauenstreik, TV5monde

Fernanda Guerrero Fernanda Guerrero

Je vous aide dans votre communication avec différents publics, en sélectionnant le discours parlé et/ou écrit qui soit en accord avec chaque support.

Comment ? Grâce à mon réseau dans le secteur privé, la scène culturelle genevoise et politique qui me permettent d’interagir aisément avec des personnes issues de cultures et de milieux socio-économiques différents, tant en anglais, français, espagnol que portugais.

Je traduis les idées en mots ou en images ET je vous aide à maintenir les bonnes relations que vous avez déjà établies, tout en vous accompagnant à en construire de nouvelles.

Mettre les gens en relation et créer des synergies; là est une de mes passions. L’autre, est d’être un pont entre les communautés locales et internationales de Genève.
________________

As a PR specialist with work experience, studies, clients and friends ranging from the private sector to the local arts and political scene, I have the know how to help you interact with people from different cultures and socio-economic backgrounds in English, French, Spanish and Portuguese.

In short, I can help you connect with different audiences whether it be through my writing or in-person.
I translate ideas into words or images AND help you maintain the good relations you have and build new ones.

My well-developed network in culture, banking and international organisations helps me know what doors to knock on and how to knock on them to help you find the artist, technician, graphic designer, sponsor, partner (you name it!) that you need.

I love connecting people and am always looking to be a bridge between international Geneva and local Geneva.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.