De précieux conseils pour vos dossiers de candidature

FavoriteLoadingPlacer dans les favoris
Print Friendly, PDF & Email

PageGroup est l’un des leaders mondiaux du conseil en recrutement coté au London Stock Exchange (MPI). Créée en 1976, la société compte 152 bureaux dans le monde, dont 3 en Suisse dans les villes de Genève, Zurich et Lausanne. Elle a su y développer ses activités à travers ses trois principales marques que sont Page Personnel, Michael Page et Page Executive.

Présent depuis 2005 en Suisse, Page Personnel identifie pour ses clients, des PMEs comme des multinationales dans divers secteurs, des profils qualifiés juniors et confirmés pour des postes temporaires et permanents.

Julien Gibert, Directeur Exécutif de Page Personnel pour la Suisse Romande, nous a reçus afin de nous livrer ses précieux conseils quant à la préparation d’un dossier de candidature.

Comment aborder les prérequis de l’offre d’emploi ?

Il est difficile de dire avec certitude si un prérequis doit être compris comme un impératif ou non. D’une manière générale vous devez le sentir, faire parler votre intuition et votre bon sens lorsque vous parcourez l’offre d’emploi. Naturellement, si l’offre mentionne que vous devez parler le japonais, ce prérequis devient un impératif. C’est pourquoi, quelque part les prérequis sont hiérarchisables et doivent être considérés au cas par cas.

Les candidatures spontanées

Naturellement, l’envoi de candidatures spontanées se doit d’être accompagné d’une lettre de motivation. Cette dernière est tout simplement l’espace qui vous est offert pour expliquer votre démarche et vos motivations. Il est essentiel que vous exprimiez votre valeur ajoutée, ce que vous pouvez apporter de manière concrète afin que le lecteur puisse se projeter sur une future collaboration. Concernant vos motivations, adoptez une juste mesure. Gardez à l’esprit que « le trop est l’ennemi du bien » !

Afin d’être prise en considération, une candidature spontanée se doit d’être adressée à un interlocuteur précis ou à une personne de votre réseau autant que faire se peut. Faites un travail de recherche qui vous permet de comprendre les profils et compétences recherchés ainsi que les valeurs de l’entreprise. Votre capacité à souligner vos compétences clés ou à adapter votre discours en fonction de ces éléments multipliera vos chances de succès.

Julien Gibert précise que le fait d’envoyer une candidature spontanée à une agence de recrutement vous offre – par définition – un spectre plus large de possibilités et dès lors vos chances se trouvent multipliées. Le recruteur dispose d’outils et d’un réseau qui lui permet de se projeter sur votre profil, votre dossier et vos compétences. Si votre dossier l’interpelle, il sera en mesure de vous conseiller dans vos démarches, voire même de vous proposer des postes auxquels vous n’aviez pas pensé.

Aussi, n’hésitez pas à effectuer cette démarche auprès de Page Personnel qui se fera un plaisir de vous apporter son expertise et ses conseils. Selon Julien Gibert, la clé du succès du groupe réside notamment sur la qualité de ses services de proximité et le partenariat de confiance qu’il a su construire sur le long terme avec ses clients. Avoir son dossier chez PageGroup, c’est bénéficier de cette crédibilité.

Des conseils pour votre CV

En premier lieu, il est important de noter que la nécessité d’un CV sur une seule page n’est pas une vérité en soi. Aux yeux de Julien Gibert, il serait dommage que vous brimiez votre parcours professionnel par cette contrainte. Le CV sur 2 pages peut tout à fait être légitime si – et uniquement si – l’intégralité de son contenu se révèle pertinent pour le poste en question.

Votre CV doit naturellement contenir tous les éléments qui vous permettent d’expliquer votre savoir-faire et votre savoir-être, mais la tâche ne s’arrête pas là. De nos jours, le CV est devenu quelque chose de pointu. Il ne s’agit pas seulement de présenter son parcours et ses compétences. Le véritable défi est de savoir répondre à un besoin exprimé au travers d’une offre d’emploi. Comment allez-vous être capable de répondre à la question ‘pourquoi vous’ de la même manière qu’un assureur doit être capable d’expliquer ‘pourquoi mon produit plutôt que celui de la concurrence’. Julien Gibert appuie sur le fait qu’il est essentiel d’adapter votre CV à l’offre d’emploi. Vous devez être capable de sentir ce qui doit être mis en avant et ce qui pourrait vous desservir. Même le choix de vos forces doit être approprié et non pas un simple qualificatif ou une compétence standard par rapport à la nature du poste. Par exemple, le fait d’être minutieux est-il vraiment judicieux ? Le poste en question nécessite-t-il réellement cette qualité ou pourrait-elle être interprétée comme une faiblesse, un risque que vous vous perdiez dans les détails au détriment des délais ou de vos autres tâches ? Vous l’aurez compris, il est impératif que votre CV soit rédigé avec une approche ‘sur mesure’ par rapport à l’offre d’emploi à laquelle vous postulez. Sachez jongler entre le trop et le pas assez, mais surtout, assurez-vous que l’intégralité du contenu de votre CV ait une réelle valeur ajoutée pour le profil recherché.

Veillez à ce que votre nom, vos coordonnées et le poste auquel vous postulez ne soient pas noyés dans le contenu de votre CV. Le temps imparti à la lecture de votre CV ne permet cette partie de cache-cache. Le lecteur doit immédiatement comprendre l’objet de ce qu’il est en train de lire et vos coordonnées doivent être rapidement accessibles pour le cas échéant. Ensuite placez les différents éléments selon le degré de pertinence par rapport à l’offre d’emploi. Par exemple, si l’un des prérequis est le fait que vous devez savoir parler le japonais, veiller à placer vos compétences linguistiques au-devant de la scène.

Les CV par compétences semblent être la grande tendance, mais encore une fois c’est le parcours professionnel de l’intéressé qui décide réellement de la pertinence de la forme choisie. Une chose est sûre, si vous optez pour un CV par compétences, il est essentiel de les mettre en situation, dans le contexte de vos expériences. Cette approche permet de mettre en relief une donnée essentielle : le temps effectif de telle ou telle compétence. Une compétence pratiquée 6 mois n’a pas le même potentiel qu’une autre pratiquée 2 ans. Un seul projet de 3 mois n’a pas le même poids que plusieurs projets réalisés sur plusieurs années. Les départements RH ou les recruteurs ont non seulement besoin de connaître vos compétences, ils doivent pouvoir comprendre vos degrés d’expertise.

Concernant votre lettre de motivation

Julien Gibert précise en guise d’introduction que la lettre de motivation est de moins en moins exigée. Quelque part les lecteurs de vos rédactions sont conscients des limites de cet exercice. Dès lors, il est de plus en plus fréquent que la lettre de motivation se voit demandée après le second entretien, de manière à vraiment lire vos motivations dans le contexte de vos futures taches expliquées plus en détail.

Ceci étant, lorsqu’elle est exigée, gardez à l’esprit que cette dernière ne doit pas être un explicatif de votre CV. L’objectif visé est de (dé)montrer vos motivations, votre capacité à comprendre le cahier des charges exprimé et à mettre vos valeurs ajoutées en situations.

Il est essentiel de bien comprendre à qui vous vous adressez. Allez sur le site internet de la compagnie en question. Récoltez un maximum d’éléments exploitables pour votre rédaction ou votre futur entretien. Ce travail de recherche vous permet de comprendre les valeurs de l’entreprise, son environnement, voire même peut vous aider à mieux appréhender votre futur rôle au sein de l’organisation. De plus, tous ces éléments peuvent vous aider à décider la mise en page, les couleurs et le ton de votre CV. Encore une fois tout cela dépend de la compagnie et du poste en question.

Concernant l’envoi de votre dossier

Concernant la préparation des différents éléments demandés et leur envoi, il vous faut tout simplement faire ce qui est mentionné dans l’offre. Cela démontre déjà votre capacité à suivre des instructions.

 

En conclusion, compte tenu de l’effort à déployer, trouver un job c’est déjà un job en tant que tel. Il vous faut comprendre le besoin exprimé au travers de l’offre, veiller à mettre votre CV en adéquation avec les responsabilités et le cahier des charges et rédiger une lettre de motivation qui mette en perspective la future collaboration.

Concernant l’interview, Julien Gibert préconise d’être soi-même. Dîtes-vous que si vous êtes là, c’est que l’intérêt existe déjà et surtout qu’il est commun. Dès lors, il n’y a aucune raison de s’imaginer un quelconque guet-apens. Ceci étant, il est évident que de par la nature et l’enjeu de l’exercice, une préparation assidue en amont demeure indispensable. Plus vous serez prêt, plus vous pourrez faire ressortir votre personnalité. Et en règle générale, c’est votre savoir-être qui se trouve être l’élément décisif d’une future collaboration.

 

Autres articles de l’auteur :

Assistant de direction : un chef de projet pour la vie !

Les procédures : un mal pour un bien

L’écoute active, une arme à maîtriser

 

Hervé Chetaud Hervé Chetaud

J’ai forgé mes compétences au fil d’un parcours professionnel où Service et Solution sont les maîtres-mots. J’ai toujours été un acteur stratégique essentiel, un véritable liant qui comprend son environnement et les enjeux.

Mon savoir-faire s’inscrit dans une continuité qui me permet de répondre à un cahier des charges opérationnel ambitieux avec une rigueur et une adaptabilité sans faille.

En tant que manager, je développe des relations de travail basées sur la confiance. Je favorise la communication et le partage d’idées afin de créer un environnement où les gens se sentent impliqués.

Je suis homme de confiance armé de solides connaissances techniques, mais surtout d’un savoir-être qui place le facteur humain et le collectif au cœur des succès.

Mon parcours et responsabilités :

  • 3 ans, Responsable ‘Qualité et Back-Office’ : Produire le Reporting et les procédures Qualité, à l’échelle de l’entreprise
  • 6 ans, Business Analyst : Simplifier ou automatiser les tâches et processus métier
  • 9 ans, Responsable ‘IT Business Applications’ : Gérer et organiser le travail d’une équipe de 8 Business Analysts, fixer et contrôler le budget
  • 4 ans, Chef de Projet : Migration de l’ERP métier sur SAP / Création d’une fondation et de son site internet / Organiser les nouveaux bureaux
  • 2 ans, Responsable Administratif, Assistant Personnel du CEO : Homme de confiance, responsable de tout l’opérationnel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.