Schizophrénie rédactionnelle : Poésie

Print Friendly, PDF & Email

poésie« La plupart des formes neuves se produisent non pas en partant de zéro, mais par lente dérivation à partir d’une forme antérieure. L’outil s’adapte, peu à peu ; il subit de légères modifications ; la nouveauté qui résulte de leur effet conjoint n’apparaît généralement qu’à la fin, une fois l’œuvre écrite. C’est tout à fait comparable à l’évolution animale. » M. Houellebecq, Articuler, in D’abord, la souffrance.

C’est sous une forme neuve pour Geneva Business News que se présentera la série d’articles que je publierai prochainement. Sortir du ton purement journalistique pour vous conter une histoire, divisée en cinq épisodes rédigés dans différents styles : voici ce qui vous sera proposé ces prochains temps. Vous piaffez. Vous tremblez, gémissez presque. Le début de l’histoire est votre seule envie. La fête est finie : comme première partie, et pour la première fois de ma vie, voici que je publie de la poésie.

Qui n’a jamais voulu,
Après un livre lu,
Qu’il lui soit possible
D’approcher la Bible ;
D’écrire un best-seller ;
Vrai ? Une gageure ?

De l’imagination,
Une petite idée
Qu’il faudrait étayer ;
Le faire avec passion
Et un peu de boisson
Pour produire à foison.

Est-ce alors viable
Pour un mortel commun
Se sentant fiable
De suivre ce chemin ?
Et sans un projet mûr,
Irai-je dans le mur ?

Personne ne saura
En n’ayant pas tenté
De noircir du papier
Plein de talent ou pas ;
Pour pouvoir émerger
Un seul conseil : osez !

Photo credit : fotoatelie via fotolia.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.