Situation et perspective des médias écrits en Suisse romande 1. Introduction

Print Friendly, PDF & Email

médias

En pleine mutation, le monde de la presse doit faire face à de formidables défis pour compenser la baisse des ventes et la concurrence des plates-formes online. Pourtant, la quasi-totalité des journaux ont tenté de résoudre le problème en créant eux-mêmes une plate-forme. Mais ces dernières années, les médias qui se sont créés à Lausanne et Genève consistent en plate-forme web seule. Alors, le papier a-t-il un avenir ? Et qu’est-ce que cela change pour les différents corps de métier ? Correcteur depuis 35 ans, l’auteur vous propose une série d’articles sur la situation et l’avenir des médias écrits à court et moyen terme, avec des entrevues d’acteurs du paysage médiatique et des réflexions personnelles.

 

Lausanne, capitale romande des médias écrits

Internet, inventé au CERN en 1993, arrive réellement à portée des acteurs économiques au début des années 2000. On ne saurait donc lui imputer la mort de monuments dans les années 1990, tels que « La Suisse », « Le Journal de Genève » ou encore « Le nouveau quotidien ». C’est du passé !

Or, comme l’indique le titre général, mon intention est d’appréhender le présent et le futur. Mon objectif consiste à interroger des personnages en vue du paysage médiatique sur la situation actuelle et les perspectives d’avenir de leur média. Pour ce faire, je ne me limiterai pas à Genève, mais inclurai Lausanne car les deux grands groupes suisses de la branche, TX Group (ex-Tamedia) et Ringier, en ont fait leur base arrière pour toute la Romandie.

 

Support papier, plate-forme web ou les deux ?

Les deux questions principales portent sur la possible disparition du papier et, corollaire de celle-ci, l’intérêt du modèle « plate-forme seule », qui est très « tendance » depuis quelques années, avec entre autres la création de BPLT (Bon pour la tête), L’Impertinent ou encore L’anti-média… Comme les journaux préexistants ont aussi développé des plates-formes web – avec plus ou moins de succès -, depuis une dizaine d’années, il sera intéressant de comparer les deux modèles.

Je vous donne rendez-vous pour ma prochaine intervention avec une première entrevue : invitée de marque, Laura Drompt, ex-rédencheffe du journal « Le Courrier » de 2018 à 2021. D’ores et déjà, bonne lecture !

 

Lectures complémentaires :

Consommation médias : les chiffres en 2019  par

La radio : le 1er des médias dans nos déplacements en voiture par

 

Photo credit : SU Exclusive via stockunlimited.com

Patrick Magnenat Patrick Magnenat

Amoureux de la langue de Molière, j’ai collectionné les 6 en dictée, rédaction, dissertation, puis obtenu ma licence en lettres. Surtout, depuis lors, tout en acquérant d’autres savoir-faire, j’ai mis mes compétences au service de nombreuses écoles, maisons d’édition ou imprimeries, coiffant tour à tour entre 25 et 60 ans les casquettes d’enseignant, de journaliste freelance, de traducteur, rédacteur, d'assistant de rédaction et bien sûr de correcteur, ayant chassé la coquille, la redondance ou l’accord des participes ces 12 dernières années.
Disponible, empathique, je sais aussi quand il le faut assumer un rôle de leader et prendre les décisions qui s’imposent. J’ ai ainsi poussé tout un open space victime d’une panne générale à travailler jusqu’à 2h du matin, « à la papa », pour que le journal sorte… et il est sorti !!

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.