Congés illimités : La politique managérial 2.0

Print Friendly, PDF & Email

vacances illimitées

Jonckers, une société internationale contenant 172 employés au sein de sa succursale belge, a décidé dès le mois prochain de mettre en action un innovant concept au travail : les vacances à durée illimitées.

Depuis 1994, la société Jonckers se spécialise dans le développement de logiciel de traduction. Dès le mois de février, cette dernière compte mettre fin aux 20 jours de congé payé et instaurer un crédit vacance illimités pour ses collaborateurs en Belgique.

Cette approche managériale 2.0 nous vient de la Silicon Valley aux États-Unis. Geo Janssens, CEO de l’entreprise a pour objectif d’appliquer ce concept au sein de ses 10 succursales Jonckers à travers le globe d’ici la fin de l’année.

L’attractivité de l’entreprise accrue

Ce concept innovant n’est aucunement utopique et permettrait de lutter contre l’absentéisme injustifié croissant au travail. La flexibilité des horaires enlèverait une part de stress chez les salariés qui, se sentant détendu, offriraient de meilleurs résultats, performances ainsi qu’une atmosphère de travail au beau fixe. Ces différents éléments permettent d’augmenter l’attractivité de la société et ainsi pallier la hausse des salaires sur le marché.

 

Vacances illimitées : Bonne ou mauvaise idée ?

Le bon déroulement de ce système peut être questionné, étant donné que les entreprises concernées ne sont pas à l’abri des abus face à ce droit. Cependant, d’après une étude du site The Namely blog, les salariés concernés par cette offre n’en profiteraient pas. En effet, la totale autonomie allouée aux salariés crée une inconsciente culpabilité qui engendre une certaine sévérité dans l’application de leurs droits. Cette dernière se traduit par un nombre de jours de congé annuel quasi-similaire à celui des salariés ne bénéficiant pas de ce droit infini aux vacances.

Jonckers est la dernière société en date à avoir appliqué cette innovation; Netflix ou encore Virgin ont déjà recours à cette méthode. « Nous essayons de mesurer les gens en fonction de la quantité, de la rapidité et de la qualité de leur travail, en particulier dans les délais, nous ne mesurons pas les gens en fonction du nombre de soirées ou de week-ends qu’ils passent au bureau. » expliquait Netflix en 2009 dans son rapport «Freedom and Responsability Culture».

 

Source : La Dernière Heure, Le matin, Jonckers

Photo credit : Tumisu from Pixabay

Emmanuel Sanga Emmanuel Sanga

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.