Après l’engouement, le marché du CBD à la traîne

Print Friendly, PDF & Email

cannabisEn 2016, lorsque l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) a accepté la vente libre du cannabis, une plante proche du houblon, qui peut être cultivée en tant que chanvre à destination industrielle. C’est la résine de la plante « cannabis » qui contient la substance active responsable des effets psychotropes, le tétrahydrocannabinol (THC) dont le taux toléré est inférieur à 1%.

Alors qu’il n’y avait que cinq producteurs au début de l’année 2017, l’Administration fédérale des douanes dénombre à ce jour plus de 650 entreprises qui se sont lancées dans l’aventure.

Dû à ce débordement de l’offre, les prix ont dégringolé considérablement. Alors que les prix sont en chute libre, passant de 6’000 francs le kilo à un prix qui varie actuellement entre 1,500 et 1’800 francs

Selon un organisme de contrôle, près de 20% de producteurs sont en péril et seuls les grands producteurs résisteront, car il y a également une menace et une pression des pays étrangers sur les producteurs locaux.

Le Canada a légitimé le cannabinol (CBD) au terme du mois d’octobre dernier et ne peut que constater un « rush » dans cette exploitation active. 10400 créations de postes ont été repourvues dans ce domaine en novembre, représentant plus de 266% sur une année, selon des chiffres officieux.

En effet, un fabricant américain de cigarettes a investi 1.8 milliard de dollars afin de détenir 45% des parts d’un gros producteur canadien de chanvre, car il croît dans ce marché potentiel.

 

Source : www.20minutes.ch

Photo credit : cytis via pixabay.com

Bernard Golay Bernard Golay

Fort d'une expérience confirmée dans le domaine bancaire, rigoureux avec un sens d'analyse et un goût prononcé pour les chiffres je suis titulaire d'un CFC d'employé de banque et possède des compétences en matière de gestion administrative et financière. J'ai notamment travaillé en tant que responsable dans le domaine des crédits privés à la banque Migros et à Fiat Crédit. J'ai rejoint HSBC Private Bank en 2000 pour me spécialiser dans les rapprochements bancaires et suivi de placement de trésorerie, mon rôle a été d'examiner et de contrôler les risques sur les opérations cash et titres. J'explore maintenant les pistes qui me permettront d'utiliser mes connaissances dans ce monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.