Aujourd’hui plus que jamais, je suis journaliste

Print Friendly, PDF & Email

salle_redaction

Nous vous présentons le troisième article de notre série sur la liberté d’expression, qui traite du métier de journalisme, de ses enjeux et de ses valeurs.

L’actualité et les événements qui se sont déroulés à Paris cette semaine ont frappé les esprits à travers le monde et ceci nous pousse à l’introspection. La puissance symbolique d’une telle douche froide nous laisse bien naturellement face à une multitude de questionnements et d’interrogations. En effet, en s’attaquant délibérément à la rédaction d’un journal, ce sont les valeurs mêmes de notre profession ainsi que son rôle social qui ont été visés ce 7 janvier 2015.

Pour parler du métier et de la place des journalistes dans une société commençons par évoquer l’histoire de la presse. 1789, Article 11 de la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen : « La libre communication des pensées et des opinions est l’un des droits les plus précieux de l’Homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi ». De la genèse d’une vision de l’esprit à la consolidation d’un contre-pouvoir avec les grandes figures qui y sont associées comme Albert Londres (référence pour les journalistes francophones en termes d’éthique du métier) ou Camus, c’est avant tout la représentation et la photographie d’une société qui peuvent être vues à travers le prisme de la liberté des journalistes. De l’historique J’accuse d’Emile Zola en 1898 en passant par le scandale du Watergate qui entraîna la démission du Président Nixon dans les années 1970, ce sont tous les grands chapitres de l’Histoire moderne qui peuvent être racontés et enseignés, à travers les rédacteurs et la presse dans toute sa pluralité d’opinions.

Cette diversité des points de vue n’est pas exempte d’influences idéologiques, sociétales, politiques ou culturelles. Par conséquent, c’est au lecteur de se forger sa propre opinion de l’actualité, en lisant la presse tout en gardant à l’esprit qu’un journaliste ou une rédaction ne peuvent éviter de refléter des convictions et des orientations qui leurs sont propres.

Que signifie être journaliste en 2015 ?

Si de par la nature intrinsèquement variée de la profession, il est difficile de résumer et de tisser des liens entre toutes les carrières et tous les parcours, il faut évoquer le besoin viscéral qui donne envie de faire ce métier dans un très grand nombre de cas. Grande curiosité intellectuelle, faculté d’analyse et capacité à saisir les enjeux sont les maîtres-mots et les moteurs des journalistes. Et de souligner ainsi la passion de l’actualité et l’envie d’informer.

Si je devais évoquer mon cas personnel (en cassant un peu les codes de la rédaction d’un article et le retrait journalistique qui sont de rigueur), je parlerais pour ma part de vocation. Vocation à jouer un rôle d’utilité publique, avoir une place à part dans la société et approfondir une soif de connaissance sans limites. En effet, ce métier joue un rôle très important, car il est un indispensable contre-pouvoir ayant pour objectif d’informer et de rendre compte à l’opinion publique des enjeux importants.

Le professionnel de l’information est avant tout un transmetteur, sachant canaliser et livrer en les décryptant les tenants et les aboutissants d’une nouvelle. Il est essentiel et impératif pour le journaliste d’être objectif dans le traitement des faits et surtout de vérifier toute source d’information. Être journaliste c’est plus qu’un métier, c’est un état d’esprit, une façon d’aborder le monde et de le raconter. L’enjeu principal du journalisme d’hier comme celui de demain est et sera la transmission, l’analyse et le décryptage de l’information, car une société bien informée où les journalistes peuvent exercer leur métier librement est une société saine. Le grand public aura toujours besoin de personnes sachant décoder l’information dans un monde qui court de plus en plus vite. Malgré les mutations technologiques et l’effondrement de la presse papier, de nouveaux modèles d’information se mettent en place et construisent les supports de demain (formules d’abonnement avec accès illimité aux contenus et aux archives, journaux virtuels et importance décuplée des réseaux sociaux, comme Twitter).

Les événements qui ont eu lieu la semaine dernière en France nous ont rappelé une facette de notre métier, qui touche beaucoup de journalistes dans le monde. C’est un fait, la presse et les journalistes sont de plus en plus menacés sur la planète et ceci est très révélateur des dangers qu’ils encourent dans l’exercice de leur mission d’informer et de la volonté des régimes ou des organisations qui veulent brider et restreindre leur liberté d’expression.

“Aujourd’hui plus que jamais je me suis réveillé journaliste, aujourd’hui plus que jamais je souhaite continuer à informer et à exercer librement mon métier. Pour eux, pour nous tous.”

Texte : Oscar (Charlie) Ferreira

Photo credit : txmx 2 via photopin cc

Comments

  1. Saidali

    Ce magnifique article évoque trois points clés :
    La liberté de la presse
    Les compétences et les qualités que doit avoir un journaliste
    La passion de l’auteur de l’article pour son métier

  2. Wendt Juan-Carlos

    Bravo pour cet article très réaliste et honnête… Il est certain que par définition l’objectivité est impossible, d’où la difficulté pour un journaliste d’être ou d’écrire au plus proche de la vérité malgré sa subjectivité. Un métier décidément pas facile!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.