Banques suisses aux Etats-Unis : la ruée vers la chute?

Print Friendly, PDF & Email
D.R.

D.R.

Selon L’Hebdo, les profits générés par les banques suisses aux Etats-Unis sont dérisoires au regard des risques énormes qui ont été pris. Ainsi, la défunte banque Wegelin a gagné moins de 10,5 millions de dollars sur les avoirs américains non déclarés sur la période 2002-2010. Elle a reçu une amende de 74 millions de dollars pour solder son conflit avec les autorités américaines. Passons sur le cas de l’UBS dont les déboires ont contribué à affaiblir considérablement la place financière suisse, en plus des amendes que la grande banque continue de payer dans différentes affaires.

Un autre cas moins connu est celui de la Banque cantonale de Zurich (ZKB). Le fisc américain estime l’évasion fiscale due à cette banque à plus de 423 millions de dollars, ce qui est très peu comparé aux 176 milliards de francs gérés par l’établissement. De quoi dégrader l’image de ZKB, même si celle-ci n’est pas menacée de disparition comme ce fut le cas de Wegelin.

Quant à UBS, les avoirs non déclarés se montaient à 20 milliards de dollars, contre un total de 780 milliards gérés alors par la filiale nord-américaine de la grande banque. En comparant ces 20 milliards aux 2174 milliards alors sous gestion dans la grande banque, on peut se demander si le marché américain valait vraiment toute la peine qu’il a causée à la Suisse, une peine qui rend aujourd’hui plusieurs négociations politiques et économiques plus difficiles.

Source: L’Hebdo, Risques énormes, profits minuscules, Edition du 10 janvier 2013, p24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.